Organismes nuisibles et maladies transfrontières des végétau

Les organismes nuisibles et les maladies transfrontières des végétaux sont des parasites migrateurs qui constituent un danger important pour la sécurité alimentaire, le commerce et les moyens d’existence des populations des pays touchés et occasionnent d’immenses pertes de cultures et de pâturages. Pour protéger les cultures et les pâturages contre cette menace, il est essentiel de prendre des mesures préventives, d’agir rapidement et de trouver des solutions à long terme.

NSPMD surveille en permanence la situation, émet des alertes rapides et concourt à la gestion et à la maîtrise de la propagation des organismes nuisibles et des maladies transfrontières des végétaux tout en encourageant la coopération entre les pays. Nous recommandons aux États Membres la meilleure stratégie à adopter pour gérer les organismes nuisibles et les maladies transfrontières des végétaux et prévenir et limiter leur propagation.
La FAO et les organismes nuisibles et maladies transfrontières des végétaux
La FAO encourage les approches durables et écologiques visant à prévenir et à lutter contre les effets potentiels des organismes nuisibles et des maladies transfrontières des végétaux grâce à une surveillance continue, à un système d’alerte rapide et à la promotion de stratégies de lutte préventive qui soient novatrices, respectueuses de l’environnement et durables.
Surveillance et alerte rapide

La mise au point des systèmes de surveillance et de suivi et l’innovation continue en la matière ont permis à la FAO et aux pays d’améliorer la collecte de données, les dispositifs d’alerte rapide et la gestion des organismes nuisibles et des maladies transfrontières des végétaux. Ces systèmes consistent en des outils numériques tels que l’imagerie par satellite, les prévisions météorologiques, la modélisation, les systèmes d’information géographique et les drones utilisés pour la surveillance du criquet pèlerin. La FAO s’en sert pour concevoir des systèmes et des applications sur mesures afin de faciliter la gestion des organismes nuisibles et des maladies transfrontières des végétaux.

L’utilisation conjointe des données de terrain, de l’imagerie par satellite et des modèles de prévision permet à la FAO de prévoir la propagation des organismes nuisibles et des maladies et de décider de la meilleure voie à suivre.
Le Service d’information sur le criquet pèlerin (DLIS) de la FAO

NSPMD gère un service d’information centralisé sur le criquet pèlerin (DLIS) qui surveille quotidiennement la situation acridienne dans le monde entier. Le DLIS analyse en permanence les conditions météorologiques et environnementales afin d’évaluer l’évolution, la reproduction et la migration du criquet pèlerin en exploitant des données historiques recueillies depuis près de 100 ans et en ayant recours aux technologies novatrices les plus récentes pour faire le point de la situation, réaliser des prévisions et émettre des alertes avec rapidité et exactitude. Le DLIS, initialement créé dans les années 1930 au Royaume-Uni puis transféré à la FAO, émet des prévisions et des alertes et a diffusé plus de 500 bulletins mensuels sur le criquet pèlerin depuis la fin des années 1970.

Renforcement des capacités de lutte contre le criquet pèlerin
Desert Locust Capacity Building

Depuis le début des années 1960, trois commissions régionales de la FAO sur le criquet pèlerin apportent un soutien continu à 30 pays touchés par le ravageur. NSPMD coordonne et facilite le travail de ces commissions, à savoir la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale (CLCPRO), la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région centrale (CRC) et la Commission de lutte contre le criquet pèlerin en Asie du Sud-Ouest (SWAC). Les secrétaires exécutifs des commissions sont des fonctionnaires de NSPMD.

Les Commissions sont chargées du renforcement des capacités nationales des pays membres en matière d’alerte rapide et de stratégies de lutte préventive contre le criquet pèlerin, notamment en ce qui concerne la prospection, la lutte, la notification, la formation, les plans d’urgence et les normes de sécurité humaine/environnementale.

NSPMD assure le secrétariat du Comité de lutte contre le criquet pèlerin (DLCC), créé en 1955, qui est la principale instance où se réunissent les pays touchés par le criquet pèlerin, les donateurs et d’autres organismes pour discuter de la gestion du criquet pèlerin. Le Comité définit des stratégies et des approches globales de prévention antiacridienne mises en œuvre aux niveaux régional et national.