FAO.org

Accueil > À propos > Réunions > World Forestry Congress > Contexte > Comité Consultatif
XIV World Forest Congress 2015

Comité Consultatif du XIVe Congrès forestier mondial

Le Comité consultatif international est une structure clé du Congrès forestier mondial. Il supporte la préparation du Congrès en conseillant sur le contenu et la structure du programme technique et en proposant des haut-parleurs et les auteurs des études sollicitées spéciaux et en principaux et en révisant les études. Le Comité est également engagée dans l'amélioration de large participation et promotion de ledit Congrès. Certains membres mèneront également un thème ou un événement spécifique du Congrès.

Le Comité consultatif est composé de professionnels de la foresterie qui sont  internationalement reconnues venant d'organisations gouvernementales ou non gouvernementales, des instituts de recherche, les universités ou le secteur privé.

La composition du Comité consultatif du XIVe Congrès forestier mondial est le suivant :

Lennart Ackzell

Lennart Ackzell est consultant principal aux affaires internationales pour la Fédération des propriétaires suédois de forêts familiales. Il fait partie de la Confédération européenne des propriétaires forestiers, du conseil d'administration de l'Alliance internationale des familles forestières et de sa collaboration au « Groupe de détenteurs de droits ». Le Dr Ackzell est titulaire d'une maîtrise en sciences forestières et d'un doctorat en génétique forestière. Il a passé trois ans en Afrique et a mené pendant 14 ans des négotiations internationales liées aux forêts pour le compte du gouvernement suédois. Depuis 2008, il travaille pour des initiatives de foresterie familiales ou de petits exploitants.

 

Yemi Adeyeye

Yemi Adeyeye étudie la foresterie durable tropicale dans le cadre d'un double diplôme de maîtrise  Erasmus Mundus. En 1ère année, il s'est concentré sur la foresterie environnementale à l'Université du Pays de Galles Bangor. Son 2ème domaine d'étude a ciblé les forêts et les moyens de subsistance à l'Université de Copenhague au Danemark. Avant ce diplôme de cycle supérieur, il a obtenu, avec mention très bien, une licence en foresterie et technologie du bois à l'université fédérale de technologie d'Akure au Nigéria. Ses accréditations professionnelles incluent les domaines du conseil aux entreprises, la santé, la sécurité et l'environnement. Yemi a reçu divers titres honorifiques et prix récompensant son parcours académique. 

 

En savoir plus

En savoir plus

M. Adeyeye est membre de l'International Forestry Students Association (IFSA). Il est le chargé de liaison de l'IFSA auprès de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Il a aussi été responsable de la commission pour l'éducation forestière et représentant régional de l'Afrique du Nord. M. Adeyeye a cumulé une expérience conséquente dans le domaine des processus internationaux de foresterie. Il a notamment participé à l'organisation d'initiatives d'apprentissage du groupe de travail sur l'éducation en sciences forestières  de l'Union internationale des instituts de recherche forestière  (IUFRO) conduites en Pologne (2012) et Turquie (2013). Il exerce dans la communication comme transcripteur bénévole pour ForestsClimateChange.org, le module d'information en ligne du CIFOR. Il est membre de l'équipe de développement communautaire de l'association Erasmus Mundus (EMA) et a aussi été rapporteur de l'EMA lors d'évènements internationaux.

 

 

Ronnie de Camino

Ronnie de Camino est directeur de la chaire latino-américaine de gestion du paysage forestier du CATIE et président du conseil d'administration du réseau ibéroaméricains de forêts modèles. Il a aussi été directeur général adjoint du CATIE. Il a participé au processus de création du CIFOR et était l'un des membres fondateurs de son conseil d'administration. Auparavant, il a exercé comme professeur à l'Université pour la paix et responsable de projet GTZ à l'IICA. Il est ingénieur et économiste forestier et a travaillé dans les domaines de l'éducation et de la recherche en gestion forestière, des politiques et de la gouvernance des ressources naturelles.

 

Doris Capistrano

Doris Capistrano est consultante principale du partenariat ASEAN-Suisse soutenu par la DDC sur la foresterie sociale et le changement climatique (ASFCC) et chercheuse principale du Centre régional pour les hautes études et la recherche en agriculture de la SEAMEO (SEARCA). Elle a été directrice pour la gouvernance et les forêts du Centre pour la recherche forestière internationale(CIFOR) et professeure invitée pour les forêts et les politiques de conservation  à l'Université de Wageningen. Elle a exercé comme représentante adjointe de la Fondation Ford pour l'Inde, le Népal et le Sri Lanka  et chargée de programme ciblant la pauvreté rurale, les ressources et l'environnement au Bangladesh. Auparavant elle était professeure d'économie à l'Université des Philippines à Los Baños.

 

Mirna Cunningham Kain

Mirna Cunningham Kain est issue de la communauté autochtone miskito de Waspam, sur les bords de la rivière Wangki au Nicaragua. Après des études de professorat au niveau école primaire, elle est retournée à Waspam pour y enseigner. Elle a ensuite quitté à nouveau sa communauté pour étudier la médecine et la chirurgie à l'université nationale autonome du Nicaragua (UNAN) et est ainsi devenu la première docteure miskito. Elle a joué un rôle important comme gouverneure dans le processus de consultation sur l'autonomie d'une région multi-ethnique et la négotiation d'accords de paix qui ont permis la loi sur l'autonomie des peuples autochtones et des communautés ethniques de la côte atlantique du Nicaragua (1987) ainsi que l'établissement des premiers gouvernements régionaux autonomes. 

 

En savoir plus

En savoir plus

L'Organisation panaméricaine de la santé a reconnu son travail en la nommant héroïne de la santé aux Amériques en 2001. Elle a été activiste pour les droits des femmes autochtones dans plusieurs régions au Nicaragua, ainsi qu'aux niveaux continental et mondial. Mme Cunningham Kain est présidente du Centre pour l'autonomie et le développement des peuples autochtones  (CADPI), organisation qui cible les domaines de la communication interculturelle, la revitalisation de la culture, les droits des femmes autochtones ainsi que le changement climatique et ses conséquences sur les communautés autochtones. En septembre 2010, Mme Cunningham Kain a été la 1ère femme autochtone à être récompensée d'un doctorat honorifique par l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM). 

 

Colin Dyer

Colin Dyer est directeur de l’Institut de recherche en foresterie commerciale, un institut du secteur privé, associé à l’Université de KwaZulu-Natal, Pietermaritzburg. Il est titulaire d’un doctorat dans la systématique des plantes, obtenu en 1991 à l’Université de Witwatersrand en Afrique du Sud. Au cours des 35 dernières années il a travaillé en tant que chercheur, puis en tant que directeur de recherches dans les domaines de l’agriculture et de la foresterie pour l’Institut de recherches en foresterie d’Afrique du Sud, le CSIR et l’ICFR. Il est membre du conseil d’administration de plusieurs instituts de sciences et de recherches en foresterie en Afrique du Sud et représente l’Afrique du Sud  au Conseil international d’IUFRO. Il préside également le programme de contrôle sud-africain Sirex. Il est président du sous-comité technique du comité d’organisation local pour le XIVe Congrès forestier mondial.

M. Hosny El-Lakany

M. Hosny El-Lakany est titulaire d'un Bsc en agriculture et d'une maîtrise en foresterie de l'Université d'Alexandrie en Égypte, d'un doctorat en foresterie de l'Université de la Colombie-Britannique au Canada et d'un doctorat es sciences honoris causa de l'Université Laval  de Québec au Canada. Il est professeur émérite à  l'Université d'Alexandrie en Égypte, et professeur auxiliaire et directeur du programme international de foresterie à la faculté de foresterie  de l'Université de la Colombie-Britannique au Canada. Il siège au Partenariat international en éducation forestière (IPFE) et y donne des conférences ; il supervise des recherches et est consultant dans le domaine des politiques internationales forestières et de la gestion des ressources naturelles. Il a fondé et préside International Forest Policy Consulting (IFPC) basé à Vancouver au Canada. 

 

En savoir plus

En savoir plus

Il a débuté comme formateur en agriculture, puis en foresterie à l'Université d'Alexandrie en Égypte. Il a étudié et mené des recherches portant sur la génétique forestière et l'amélioration génétique des arbres forestiers au Canada. Il est devenu professeur en foresterie et président du département de foresterie de l'Université d'Alexandrie, puis a exercé comme professeur et directeur du centre pour le développement intégré des déserts de  l'Université Américaine du Caire. Il a été chercheur invité à l'Université nationale d'Australie, membre du comité ayant introduit la foresterie au CGIAR lequel a par la suite conduit à la création du CIFOR ; et membre du Comité consultatif technique du CGIAR. En 1995, le Dr El-Lakany a rejoint la FAO comme assistant directeur de cabinet et en 1998 a été nommé  Sous-Directeur général (SDG) de la FAO/responsable du Département des forêts jusqu'à sa retraite en décembre 2005. En tant que SDG, il était notamment responsable de conseiller le Directeur général de la FAO sur les questions de politique ou relatives aux politiques en matière de foresterie et de développement durable. Il a été Président initial du Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF) réunissant 14 organisations internationales en soutien au  Forum des Nations Unies sur les forêts. Le Dr El-Lakany est membre de plusieurs organisations scientifiques et professionnelles internationales comme le conseil d'administration du CIFOR (Président, depuis janvier 2011), l'ICRAF, l'Institut forestier du Canada, le conseil d'administration de l'Association forestière du Commonwealth, le Groupe consultatif externe pour la mise en oeuvre de la Stratégie forestière de la Banque mondiale (2003-2009), et le comité éditorial de la revue International Journal of Food and Nutrition. Il a publié plus de 110 articles scientifiques et co-edité un ouvrage.

 

Godwin Kowero

Godwin Kowero, citoyen tanzanien, est le secrétaire exécutif du Forum forestier africain (AFF), institution panafricaine ciblant la foresterie et basée à Nairobi au Kenya. Il a une expérience considérable dans les domaines académiques, de la recherche, de la gestion et de l'administration en matière de foresterie à la fois en et hors Afrique. Il a ainsi été professeur d'économie forestière dans plusieurs universités en Tanzanie, au Mozambique et au Kenya. Il a travaillé de façon soutenue dans le domaine de la recherche lors d'une collaboration de dix ans avec le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR), comme scientifique principal et coordonnateur régional de ses bureaux de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe .  

 

En savoir plus

En savoir plus

Il a travaillé sur de multiples aspects de son domaine de spécialité, principalement l'économie forestière et l'analyse de politiques, ainsi que la gestion et l'administration des forêts, dans tous les principaux types de forêts d'Afrique : forêts tropicales, chantiers forestiers et savannes ; mais aussi dans l'administration d'institutions liées à la foresterie. Il est titulaire d'un doctorat en économie forestière et analyse de politiques, ainsi que d'un doctorat honoraire de l'Université suédoise des sciences agricoles. Il a signé environ 70 publications révisées par des pairs, allant de chapitres à des ouvrages entiers.

 

Sunita Narain

Sunita Narain travaille pour le Centre for Science and Environment (CSE, centre pour la science et l'environnement) depuis 1982. Elle est actuellement directrice générale du centre, directrice de la Society for Environmental Communications et éditrice du magazine bimensuel Down To Earth. Ecrivain et écologiste, elle met à profit ses connaissances pour apporter le changement. En 2005, elle a reçu le prix Padma Shri par le gouvernement indien. 

Elle a aussi reçu le Prix international de l'eau pour son travail sur la collecte des eaux de pluie et ses implications politiques pour créer des paradigmes de gestion de l'eau par la communauté. En 2005, elle a aussi présidé le groupe de travail sur le tigre sous la direction du 1er ministre, pour adapter un plan d'action de conservation national après la perte de tigres au parc de Sariska. Elle y a promu des solutions incluant un programme de cohabitation avec les communautés locales de façon à ce que les bénéfices de la conservation soient partagés et le futur assuré. Elle est membre du conseil sur le changement climatique du 1er Ministre ainsi que de la National Ganga River Basin Authority, présidée par le 1er Ministre et visant à implémenter des stratégies pour nettoyer le Gange.

Michael Peter

Michael Peter est le Directeur opérationnel de Forestry South Africa, association industrielle qui regroupe 94% des exploitations de bois à usage commercial d’Afrique du Sud. Avec une expérience de vingt-quatre ans, il a une connaissance  du secteur forestier sud -africain qui couvre de nombreux aspects, allant de la gestion technique, financière et sociale, à la gestion environnementale des forêts naturelles, bois, fynbos,  prairies et exploitations de bois pour le commerce. Il est titulaire du Diplôme Supérieur de Foresterie (National  Higher Diploma in Forestry) de Saasveld School of Forestry, de l’Université Nelson Mandela (Nelson Mandela Metropolitan University) et d’un Mastère en Business Administration du Gordon Institute of Business Science, de l’Université dePretoria (Pretoria University).

En savoir plus

En savoir plus

M. Peters possède  une connaissance approfondie des  politiques et stratégies de gestion des forêts, ainsi que du développement de standards dans cette gestion, en raison de sa longue expérience au service du Département des Eaux et Forêts, au sein duquel il fut également responsable du service technique et de l’information des forêts. Il a dirigé l’opération Forêts du Cap Sud (Southern Cape forests) pour obtenir la certification FSC en 2002 ; certification qui s’avéra être la toute première initiative en matière de gestion des forêts naturelles en Afrique. Depuis qu’il a rejoint le secteur privé il y a six ans, il est resté très impliqué dans la question des certifications en Afrique du Sud comme au niveau mondial.
Il a siégé au Groupe pour le développement d’une charte des forêts (FAO Core Group for the development of the Planted Forests Code) en tant que partie prenante, puis en tant que représentant du secteur privé pour le comité de pilotage du Programme de l’UNOAA (ou FAO en anglais) sur les forêts nationales. De surcroît, il représente l’Afrique du Sud au sein du Comité de conseil sur l’industrie des forêts gérées durablement de l’UNOAA, dont il assure actuellement la présidence. Il s’investit activement pour que le développement de l’Afrique du Sud se fasse tout en tenant compte des questions socio-économiques qui lui sont propres et en favorisant l’émergence d’une identité nationale fondée sur la cohésion interne.

Moshibudi Rampedi

Moshibudi Rampedi est conseiller pour les affaires agricoles de l’Ambassade d’Afrique du Sud à Rome depuis 2012. Elle remplit la fonction de représentante permanente adjointe de l’Afrique du Sud à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le Fonds international pour le développement agricole et le Programme alimentaire mondial. Elle travaille depuis 30 ans pour le gouvernement d’Afrique du Sud dans les domaines de l’éducation, de l’environnement, de  la foresterie et de l’agriculture. Depuis 1997 elle assure une fonction de représentation de l’Afrique du Sud sur la scène internationale dans divers forums notamment CITES, UNCCD, au Comité du patrimoine mondial (WHC), UNFF et CCNUCC.

Tomas Schlichter

Tomas Schlichter est coordinateur du programme national de recherche en foresterie de l'Institut national de technologie de l'agriculture (INTA) en Argentine depuis 1993. Ce programme mène des recherches en écologie forestière, écophysiologie,  amélioration génétique, gestion des forêts et silviculture, dans toutes les régions forestières du pays. Le programme emploie environ 150 chercheurs spécialisés en sciences forestières, avec le soutien de nombreux autres laboratoires travaillant sur des sujets comme la biotechnologie, les sols, les SIG... Auparavant il a coordonné un projet regional en Amérique centrale sur la gestion durable des forêts naturelles. 

 

En 1980 il a obtenu son doctorat en sciences forestières à l'Université Georg-August de Göttingen en Allemagne. Le Dr Schlichter a publié plus de 50 articles scientifiques. Il a aussi dirigé 9 thèses et 3 mémoires de maitrise. En 2009 il a présidé le Comité technique et scientifique du CFM XIII à Buenos Aires.

Cyriaque Nikuze Sendashonga

Cyriaque Nikuze Sendashonga – plus connue sous le nom de Cyrie Sendashonga – a la double nationalité Rwandaise/Canadienne et est titulaire d'un doctorat en zoologie de l'Université libre de Bruxelles. Elle a rejoint l'UICN en septembre 2010 comme Directrice du Groupe en charge de la coordination du programme et des politiques globales. Auparavant elle a collaboré avec le le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) entre janvier 2006 et juillet 2010 comme coordinatrice régionale du Bureau pour l'Afrique centrale basé à Yaoundé au Cameroun. De 1999 à 2005, Cyrie travaillait pour le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB) à Montréal au Canada, où elle dirigeait le programme sur la biosécurité responsable des questions liées au Protocole de Cartagena sur la biosécurité. 

 

En savoir plus

En savoir plus

Avant son poste au Secrétariat du CDB, elle a travaillé pour le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) à Nairobi au Kenya,  de 1991 à 1998 où elle ciblait des questions liées à la biodiversité notamment comme administrateur de programme agissant en point focal sur la biodiversité pour la coordination PNUE-FEM entre 1995 et 1998. Auparavant, elle exerçait comme chargée de recherche au Centre de recherche internationale sur les ressources animales (ILRI - l’un des centres du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale – anciennement CGIAR), également basé à Nairobi où elle a commencé sa carière en 1979. A ce jour, l'interface science-politiques apparait comme le fil rouge de sa carrière.

 

Gerald Steindlegger

Gerald Steindlegger est fondateur et chef d'entreprise de  Steindlegger ISS – Integrated Sustainability Solutions situé en Autriche. Il a récemment lancé ce service de conseil aux secteurs privé et publique ainsi qu'aux ONG. Son approche stratégique clé est l'intégration des stratégies et solutions dans des  domaines tels que la foresterie, l'agriculture, le changement climatique, l'énergie et la biodiversité – il s'agit de réunir les parties prenantes autour du bien commun qu'est le développement durable. 

 

En savoir plus

En savoir plus

Il a été président du WWF d'Autriche et a également exercé comme directeur des politiques sur les forêts et le changement climatique pour le WWF à l'international, chargé des processus ciblant les politiques sur les forêts, le changement climatique et la biodiversité avec la CCNUCC, la CDB et le FNUF. Il a supervisé un projet de réduction de la pauvreté mené en Zambie, au RDP lao, au Bhoutan, en Équateur et au Pérou, et a ainsi contribué au développement durable de communautés locales via une gestion améliorée des ressources naturelles. Gerald est/a été membre de plusieurs conseils et comités comme le groupe directeur du High Conservation Value (haute valeur de conservation, HCV) Resource Network, le groupe de travail du FSC sur le carbone des forêts, le comité de conseil d'une maîtrise en gestion de zones protégées, le comité de conseil au XIII Congrès Forestier Mondial et a été observateur pour l'IUFRO. Il a travaillé pendant plus de 20 ans sur les processus politiques et la gestion des ressources naturelles en ciblant les forêts et les domaines intersectoriels afférents. Sa carrière l'a mené dans plus de 45 pays dans le monde. Il est titulaire d'une maîtrise en foresterie de l'Université des ressources naturelles et des sciences de la vie appliquées (BOKU) à Vienne et a participé à des formations en leadership à l'IMD Business School à Lausanne.

 

Mmaphaka Ephraim Tau

Mmaphaka Ephraim Tau est actuellement directeur général opérationnel adjoint de la division des ressources naturelles et des forêts (FNRM) au sein du Ministère de l’agriculture, des forêts et des pêches (DAFF) où il a été nommé directeur en chef, responsable de la gestion des ressources naturelles (NRM). Le début de sa carrière date de 1998 lorsqu’il fut nommé planificateur adjoint pour ce qui était alors le Ministère des affaires foncières (DLA) dans la province Nord -Ouest, (basée à Mafikeng). Il fut alors responsable de la réforme du régime foncier et de l’administration des terres. Il fit ses preuves au sein de ce ministère jusqu’à ce qu’il soit nommé directeur adjoint dans la province de l’État-Libre, responsable de la coordination des politiques et de la planification en 2001.

en savoir plus

en savoir plus

En décembre 2001, à la suite de la restructuration de la fonction d’administrateur des forêts, Tau intégra l’ancien ministère de l’eau et de la foresterie (DWAF) en tant que directeur adjoint responsable de la gestion des forêts. Il remplit cette fonction jusqu’à ce qu’il soit nommé directeur adjoint et responsable de la loi nationale sur le Veld et les feux de forêts de 1998 (the National Veld and Forest Fires Act 1998) en 2005 jusqu’à mi 2008. En 2008 il rejoignit le centre de gestion des catastrophes nationales (NDMC), dans le cadre du ministère de la gouvernance coopérative (DCOG), au titre de directeur responsable du renforcement des capacités et de la recherche. Il a assuré cette fonction jusqu’en mars 2014.
C’est le 1er avril 2014 qu’il est entré au Ministère de l’agriculture, des forêts et des pêches (DAFF) en tant que directeur en chef responsable de la gestion des ressources naturelles (NRM), fonction qu’il assure en même temps que sa responsabilité opérationnelle en tant que directeur général adjoint de la gestion des forêts et des ressources naturelles.

Tint Lwin Thaung

Tint Lwin Thaung est directeur du Centre de formation en foresterie communautaire pour la région Asie et Pacifique (RECOFTC). M. Thaung est titulaire d'un baccalauréat universitaire ès sciences en foresterie de  l'Université de Rangoon au Myanmar, d'une maîtrise de sciences en développement et gestion des ressources naturelles de l'Institut asiatique de technologie de Bangkok (Thaïlande) et d'un doctorat en philosophie de  l'Université du Queensland (Australie). 

En savoir plus

En savoir plus

M. Thaung a débuté sa carrière en foresterie comme agent du service des parcs nationaux au Myanmar fin 1985. Il a aussi exercé comme chef d'équipe en charge des recettes et mesures pour une concession d'exploitation forestière thaïlandaise située à la frontière Thaïlande-Myanmar en 1989. Il a été le 1er coordinateur de programme national lançant le Wildlife Conservation Society au Myanmar en 1993. Après sa thèse il a mené une collaboration de proximité avec des communautés locales de Papouasie-Nouvelle-Guinée pour les aider à promouvoir  la culture du cacao favorable à la conservation via le marché équitable. Le Dr Thaung a coordoné des programmes de conservation de la nature et des forêts en Indonésie, Chine, Thaïlande, et au Mékong. Il a aussi été conseiller pour le projet Responsible Asia Forestry and Trade du CNC (financé par l'USAID), apportant à l'équipe son conseil technique et a travaillé avec de nombreux partenaires pour promouvoir leur capacités institutionnelles en gestion et commerce forestier. Il attache une grande importance à l'équitabilité des retombées pour les communautés locales, les populations désavantagées aet les jeunes via leur participation à la gestion des ressources forestières dans la région Asie-Pacifique. Au cours de ses 28 ans d'expérience, il a développé des réseaux de travail conséquents au sein de gouvernements nationaux, d'institutions académiques, d'organisations de la société civile, du secteur privé et plus remarquablement encore des communautés locales.

 

Xiao Wangxin

Xiao Wangxin travaille pour le départment de la coopération internationale de l'Administration d'état des forêts de Chine (SFA). Elle est responsable de la coopération avec les organisations intergouvernementales liées au forêts, la négotiation et la coordination des AME et processus multilatéraux relatifs aux forêts.  Elle a des années d'expérience dans la coopération non-gouvernementale en foresterie et la gestion de projets de foresterie internationaux mis en oeuvre en Chine. Elle a été chargée à la SFA de la coopération avec les ONG internationales engagées dans la conservation de la nature. 

 

En savoir plus

En savoir plus

Elle a été membre des délégations chinoises à diverses sessions du FNUF, du Conseil international des bois tropicaux (ITTC), du Comité des forêts (COFO), du Réseau international sur le bambou et le rotin (INBAR), de l'APEC, du partenariat REDD+, des codes de pratiques de Ramsar, du CITES, de la Convention sur la lutte contre la Désertification (UNCCD)...  Elle a exercé comme présidente du comité de rédaction de la 20ème session du COFO à la FAO en 2010. Elle a été impliquée dans l'organisation de plusieurs conférences et évènements internationaux réalisés en Chine, comme la 2ème Semaine forestière de l'Asie et du Pacifique et la 24ème session de la CFAP à Beijing en 2011. Elle est diplomée en anglais de  l'Université des études étrangères de Beijing,  a obtenu une maîtrise de l'université d'économie et commerce extérieur de Chine et a suivi une formation en gestion des ressources naturelles et foresterie à l'Université de la Caroline du Nord (États-Unis).

 

Michael (Mike) Wingfield

Michael (Mike) Wingfield, docteur en phytopathologie à  l'Université du Minnesota (1983), ancien de l'AMP175 à la Harvard Business School, a conduit des recherches sur les ravageurs et maladies arborifères en particuliers leurs migrations mondiales pendant plus de trente ans. Une des ses contributions les plus  importantes au domaine de la foresterie est liée à son rôle de conseiller auprès de plus de 60 étudiants en thèse, dont une partie importante exerce aujourd'hui  des postes de haut rang au niveau mondial. Il a été responsable de la création du programme de protection des arbres Tree Protection Co-operative Programme (TPCP) en 1990, lequel a joué un rôle catalysateur dans le lancement en 1998 du Forestry and Agricultural Biotechnology Institute (FABI ; www.fabinet.up.ac.za, site en anglais) dont il a été le 1er directeur. 

 

En savoir plus

En savoir plus

Il a largement publié sur la santé arborifère avec plus de 700 articles scientifiques, sept ouvrages et une participation à de nombreuses conférences mondiales. Il exerce at a exercé à de nombreux postes prestigieux liés à ses recherches, a reçu maints prix et titres honorifiques en Afrique du Sud et dans le monde, avec par exemple en 2013 le plus haut prix scientifique en Afrique, le Kwame Nkurumah Scientific Award de l'Union africaine. Il a été élu membre de sociétés scientifiques comme la Royal Society of South Africa, l'Académie des sciences d'Afrique du Sud, la Southern African Society for Plant Pathology et la Société américaine de phytopathologie. Il a été nommé docteur honoris causa par l'Université de la Colombie-Britannique (Canada) en 2012 et l'Université de la Caroline du Nord (États-Unis) en 2013. Mike a été activement impliqué à l'IUFRO pendant plus de 30 ans, exerçant actuellement comme vice président responsable des divisions et président de l'IUFRO dès octobre 2014.