FAO helps to strengthen the resilience of internally displaced persons and their host communities thanks to funding received from the Kingdom of Belgium

FAO helps to strengthen the resilience of internally displaced persons and their host communities thanks to funding received from the Kingdom of Belgium (in FRENCH)

16/12/2019

La FAO, en collaboration avec ses partenaires et le Gouvernement du Burkina Faso, a officiellement lancé, à Kaya dans la région du Centre-Nord, le projet intitulé «Réponse d’urgence à la crise alimentaire et nutritionnelle et renforcement de la résilience des ménages touchés par l’insécurité au Burkina Faso».

La cérémonie de lancement était présidée par le Conseiller technique du Ministre de l’agriculture, en qualité de représentant de Monsieur le Ministre des ressources animales et halieutiques. Son Excellence, l’Ambassadeur du Royaume de Belgique, le Représentant de la FAO au Burkina Faso, les autorités administratives de la région, les partenaires et les bénéficiaires du projet étaient tous présents à la cérémonie d’ouverture.

Le Royaume de Belgique a financé le projet pour un montant de 500 000 USD, soit environ 290 millions de XOF. Il sera mis en œuvre par la FAO pour une durée de 12 mois, avec l’appui technique et opérationnel des partenaires étatiques et des ONG. Ce projet a pour objectif d’apporter une réponse d’urgence à 4 700 ménages vulnérables des régions du Nord, de l’Est, du Centre-Nord et du Sahel. Il s’agira notamment de renforcer la résilience des personnes déplacées internes et de leurs communautés d’accueil, ainsi que de protéger leurs moyens d’existence, à travers la distribution de semences maraîchères (oignon, tomates, etc.), pour couvrir la contre-saison, et la constitution de stocks de contingence (composés de semences de niébé, d’engrais organiques, d’aliments pour bétail et de produits vétérinaires).

Ce projet entre dans le cadre de la réponse d’urgence de la FAO au Burkina Faso, qui vise à soutenir les ménages en situation d’insécurité alimentaire. En effet, depuis 2017, le pays est touché par une crise sécuritaire qui engendre notamment des déplacements massifs de populations, estimés en octobre 2019 à environ 487 000 personnes. Les personnes déplacées internes fuient les zones rurales pour trouver refuge dans les grands centres urbains, laissant derrière elles leurs moyens d’existence.

Au cours de la cérémonie d’ouverture de l’atelier, Monsieur Dauda Sau, Représentant de la FAO au Burkina Faso, a salué la bonne coopération entre la FAO et le Burkina Faso. Il a également remercié le Royaume de Belgique pour son soutien continu apporté aux objectifs de la FAO, permettant à l’Organisation d’accompagner le Gouvernement : «Cet appui est une traduction concrète d’une collaboration fructueuse et de longue date qui a été entretenue entre le Royaume de Belgique et la FAO».

Monsieur Lieven De La Marche, Ambassadeur du Royaume de Belgique au Burkina Faso, a exprimé l’attention particulière donnée à l’insécurité du pays par les autorités et le peuple du Royaume de Belgique. Il a témoigné de sa solidarité envers les communautés touchées par la crise et a confirmé l’engagement de son pays: «Le Royaume de Belgique reste et restera toujours engagé aux côtés du Gouvernement pour œuvrer à l’allègement de vos souffrances et à la restauration de vos moyens de subsistance».

Le Conseiller technique du Ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles a remercié la FAO et la Coopération belge pour leur accompagnement constant et les a assurées des dispositions qui seront mises en œuvre au profit des ménages vulnérables, pour la réussite de ce projet: «J’invite mes services techniques à jouer pleinement leur partition pour une mise en œuvre réussie du projet».

En prélude à l’atelier de lancement du projet, son Excellence Monsieur l’Ambassadeur du Royaume de Belgique et le Représentant de la FAO, accompagnés des autorités administratives et coutumières de la région du Centre-Nord ont rendu visite aux personnes déplacées internes et à leurs familles d’accueil, venues de diverses localités, à la préfecture de Boussouma. Elles ont confié leurs inquiétudes concernant le manque de nourriture, de logement et d’abri pour leurs animaux, malgré l’hospitalité qui leur a été gracieusement offerte par la population d’accueil. L’Ambassadeur du Royaume de Belgique leur a exprimé son soutien ainsi que celui de son pays et les a rassurées de l’engagement pris aux côtés du Gouvernement, à travers des organisations telles que la FAO et les ONG locales, pour soulager leurs souffrances et rechercher des solutions pérennes à leurs préoccupations.

Il convient de souligner que, malgré le soutien reçu, les besoins des populations restent considérables, avec notamment 1 786 629 personnes estimées en situation d’insécurité alimentaire en juin–août 2020, selon les dernières analyses du Cadre Harmonisé (novembre 2019).