Control operations around Antananarivo: FAO has a good hold on the situation (in FRENCH)

Control operations around Antananarivo: FAO has a good hold on the situation (in FRENCH)

20/05/2014

Des essaims ont été à nouveau repérés autour d’Antananarivo. La population des zones infestées essaie de protéger ses cultures par des feux de brousse. En étroite collaboration avec le Gouvernement malgache, notamment le Poste de coordination national (PCN), le Centre national de lutte antiacridienne (CNA) et la Direction de la Protection des Végétaux (DPV), la FAO suit de près la situation et prend les dispositions nécessaires.

En date du 17 mai 2014, cinq essaims ont fusionné dans le district d’Ankazobe pour n’en former qu’un seul, d’une superficie de plus de 1 500 hectares. Le traitement de cet essaim a été effectué le 19 mai 2014, très tôt dans la matinée.

Toujours en date du 17 mai 2014, un essaim venant de Miarinarivo a traversé la commune rurale de Mahereza et s’est scindé en trois. Le premier essaim, d’une superficie de 200 hectares, a continué son déplacement vers le Sud-Est et a été traité par voie aérienne le 18 mai 2014. Le deuxième essaim, d’une superficie de 100 hectares, se trouve actuellement entre les plaines d’Antsahadinta et de Vontovorona. Le troisième essaim, d’une superficie de 20 hectares, s’est déplacé à Ambohitrimanjaka et se trouve actuellement à Ambohidratrimo Andranotapahana. Ces deux derniers essaims évoluant dans une zone sensible où se trouvent notamment des habitations et des cours d’eau, aucune intervention n’a pu être effectuée dû au risque potentiel de contamination de la population. Leur traitement sera réalisé durant la semaine, dès qu’ils se trouveront dans des zones où cela est compatible avec la protection de la santé humaine et de l’environnement.

La FAO indique que les feux de brousse allumés par la population pour faire fuir les criquets ne sont pas efficaces. En effet, les fumées ne suffisent pas à inciter les criquets à se déplacer et peuvent créer des nuisances à la santé et l’environnement.

La lutte antiacridienne, avec l’objectif de protéger les cultures et la sécurité alimentaire au plan national, se poursuit dans la bonne voie. A l’heure actuelle, une superficie de plus de 1,1 million d’hectares a été traitée. Comme prévu dans le plan d’action de la première campagne 2013-2014, la FAO prévoit d’ici peu une évaluation générale de la situation ainsi qu’un bilan des résultats de la première campagne.