Ebola recovery: restoring hope with ASTF support

Ebola recovery: restoring hope with ASTF support (in FRENCH)

26/02/2016

En Guinée, la préfecture de Coyah, située à un peu plus de 50 km de la capitale Conakry, a été durement affectée par la Maladie à Virus Ebola (MVE) et pour répondre à l’impact de la maladie sur les moyens d’existence des ménages, 600 personnes ont bénéficié de l’assistance de la FAO à travers le Fonds fiduciaire de solidarité africain (ASTF).

Parmi ces bénéficiaires, Ousmane Sylla, 52 ans, chef d’une famille de 16 personnes est natif de  Kendoumayah, un petit district de la préfecture de Coyah. Selon la Coordination nationale de lutte contre Ebola, le cumule de cas enregistrés dans l’ensemble de la ville de Coyah à la date du 9 février 2016 est de 244, soient 7 cas probables et 237 confirmés. Sur la dizaine de victimes recensées à Kendoumayah, cinq proches de ce quinquagénaire ont péri dans cette épidémie qui a secoué la Guinée entre 2014 et 2015. Ousmane, qui tire l’essentiel de ses moyens d’existence de l’agriculture, et notamment de la culture du riz, a vu ses activités agricoles s’effondrer suite aux décès des bras valides du ménages et aux effets directs de la MVE sur les bases économiques et sociales de la préfecture.

Il explique : « Ici à Kendoumayah, nous ne savons que travailler la terre. Et cette activité nous a toujours apporté du bonheur jusque-là. Malheureusement depuis l’année dernière, nous avons vu nos activités agricoles tourner au ralenti à cause de cette affreuse maladie d’Ebola qui nous a complètement appauvris sur tous les plans. Quand elle est arrivée ici, tout le monde a entendu parler des ravages qu’elle a causés à Kendoumayah. Moi qui vous parle, j’y ai perdu cinq de mes proches parmi lesquels j’avais des beaux-frères, des belles-sœurs et des cousines ».

Grâce à une initiative conjointe du Gouvernement de la République de Guinée et de la FAO, un financement accordé par le Fonds fiduciaire de solidarité africain a permis d’appuyer un programme d'intervention d’urgence pour soutenir l'agriculture et la sécurité alimentaire face aux effets de la MVE en Guinée. Ce financement d’un montant de 500 000 dollars a permis la mise en œuvre du projet intitulé « Appui à la résilience des populations affectées par la MVE » et a facilité l’acquisition de 35 tonnes de semences de riz, 100 tonnes d’engrais, 1 000 houes et 1 000 machettes distribuées dans les zones concernées.

Ainsi, à l’image d’Ousmane Sylla, ce sont au total 1 000 ménages répartis non seulement dans les préfectures de Coyah mais également de Boffa, Forécariah, Dubreka, Kindia et de la capitale Conakry, qui ont bénéficié de kits agricoles. Cette assistance d’urgence a permis à Ousmane Sylla de mettre en valeur un demi-hectare de riz pour obtenir une production totale de deux tonnes. Une production très appréciable que cet agriculteur attribue à la bonne qualité des semences et des engrais offerts par la FAO : «  Cette variété de riz CK 801 est d’une excellente qualité. Je ne m’attendais pas à une telle quantité de riz à la récolte. Cette fois, nous avons récolté deux fois plus que d’habitude : deux tonnes de riz sur un demi-hectare, pour moi c’est un record ! J’en mangerai une partie avec ma famille mais surtout, j’en garderai une bonne partie dans mon grenier pour servir de semences l’année prochaine. Ma joie est telle que je ne peux rester sans remercier le Gouvernement et la FAO pour nous avoir offert ces semences et engrais de qualité tout en espérant que l’aide continuera. ».

D’autres activités du projet sont en cours de réalisation, notamment des transferts monétaires destinés à 2 600 autres bénéficiaires pour faciliter la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus (AGR) ainsi que la diffusion de microprogrammes pour la sensibilisation des communautés contre la MVE, par quatre radios rurales et communautaires dans les zones couvertes par le projet.

Le Fonds fiduciaire de solidarité africain a apporté une assistance remarquable au Gouvernement guinéen au moment où il en avait besoin pour lutter contre la Maladie à Virus Ebola, en renforçant la capacité de résilience des ménages ruraux affectés et en permettant la sensibilisation des communautés  pour stopper la propagation de la maladie. Ce mécanisme innovant de  financement des pays africains pour  les africains est une initiative hautement appréciée qui mérite d’être soutenue dans la perspective d’une Afrique plus forte.