Cinq choses à savoir sur les dattes qui en font un aliment important pour notre avenir


De la nécessité de faire une large place, dans nos systèmes alimentaires, à des fruits et légumes sous utilisés

À l’heure actuelle, nos systèmes alimentaires sont trop fortement tributaires d’un très petit nombre de plantes cultivées. Certaines espèces et variétés végétales locales, aux qualités nutritives intéressantes, pourraient contribuer à diversifier nos régimes et systèmes alimentaires. ©szefei/shutterstock.com

28/11/2019

Nos systèmes alimentaires ne fonctionnent pas comme ils le devraient. Plus de 820 millions de personnes souffrent toujours de la faim sur notre planète aujourd’hui. Parallèlement, on assiste à une épidémie d’obésité d’envergure mondiale. L’accès, tant du point de vue de la disponibilité que du coût, à des aliments bons pour la santé est un facteur crucial dans le cas de ces deux fléaux. Le nombre restreint d’aliments que nous produisons, la façon dont nous les cultivons, dont nous les transportons et dont nous les distribuons sont autant d’aspects où d’immenses progrès sont possibles. En modifiant les systèmes en place, nous pourrions préserver les ressources naturelles, atténuer les émissions de gaz à effet de serre et faire en sorte que de plus grandes quantités d’aliments parviennent jusqu’aux consommateurs, à commencer par les plus vulnérables d’entre eux.

De nombreuses solutions sont à notre portée. On a commencé à poser un regard neuf sur des méthodes de production et de récolte traditionnelles qui ont fait leurs preuves. On s’emploie à redonner toute leur importance aux cultures et au respect de la valeur des aliments. On s’intéresse de nouveau à des fruits et légumes qui avaient été oubliés à l’échelle mondiale. Un large éventail d’aliments font l’objet de ce regain d’attention, mais c’est plus particulièrement le cas des dattes.

Voici cinq raisons pour lesquelles les dattes doivent occuper une plus grande place dans notre alimentation à l’avenir:

1. Les dattes sont nutritives

Riches en fer, en potassium, en calcium et en magnésium, les dattes constituent aussi une bonne source de fibres. Grâce à leur forte teneur en calories, elles représentent également une excellente source d’énergie. Leur goût sucré en fait un bon aliment de substitution au sucre raffiné. Privilégier des aliments naturels et nutritifs, comme les fruits, plutôt que des aliments ultratransformés est un des moyens possibles pour renverser la tendance actuelle en matière d’obésité. Notre planète compte plus de deux milliards de personnes en surpoids. Dans nos systèmes alimentaires modernes, il est plus facile de se tourner vers une alimentation rapide et bon marché, généralement plus riche en graisse, en sel, en sucre et en calories. En favorisant la disponibilité des fruits et légumes frais, on donnera à chacun la possibilité de faire de meilleurs choix pour sa santé. Les dattes séchées sont un bon exemple de solution nutritive et rapide, d’autant plus qu’elles présentent l’avantage de se conserver longtemps, ce qui contribue à limiter les pertes alimentaires.

2. Les dattes offrent des possibilités encore inexploitées

Les systèmes alimentaires actuels reposent à outrance sur un nombre très limité d’espèces cultivées. Quelque 6 000 espèces de plantes ont été cultivées par les êtres humains pour se nourrir tout au long de leur histoire. Aujourd’hui, à peine huit d’entre elles nous procurent plus de la moitié de notre apport énergétique quotidien. À l’heure où le changement climatique fragilise de plus en plus notre production alimentaire, il est impensable de se limiter à un nombre aussi restreint de cultures pour nourrir une population en expansion. Il existe une multitude de plantes traditionnelles qui sont particulièrement nutritives, en plus d’être adaptées aux conditions locales et résilientes face à la variabilité du climat. Celles-ci jouent un rôle de plus en plus important pour ce qui est de diversifier nos systèmes alimentaires et nous procurer les multiples éléments nutritifs dont nous avons besoin pour vivre en bonne santé. S’il est vrai que les dattes sont assez bien connues dans de nombreuses régions du monde, seules quelques variétés de dattes font l’objet d’un commerce international. 

On cultive le dattier depuis plus de 5 000 ans. Ses fruits, de par leur valeur nutritive et énergétique, ont garanti la sécurité alimentaire des populations vivant dans le désert. Photo de gauche: ©West Siwa Development Project; photo de droite: ©Axel Alvarez/shutterstock.com.

3. Les dattes font partie d’une culture et d’un patrimoine très anciens

Cela fait plus de 5 000 ans que le dattier est cultivé au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Compte tenu de la teneur en éléments nutritifs et en calories des dattes, ces fruits ont contribué à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vivant dans les zones désertiques et arides.

Partout dans le monde, l’alimentation et l’agriculture représentent une facette importante des cultures et des identités. Dans une volonté de rendre hommage à ce patrimoine et d’en assurer la préservation, la FAO a mis sur pied le programme Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM) afin de mettre en valeur des sites, aux quatre coins de la planète, où se perpétuent la culture et la récolte traditionnelles d’aliments caractéristiques de la région concernée et bien adaptés aux conditions climatiques et aux paysages locaux. Parfait exemple de SIPAM, l’oasis de Siwa en Égypte illustre toute l’ingéniosité dont font preuve les agriculteurs pour adapter les systèmes de culture à des environnements hostiles. Sur ce site, les dattiers sont cultivés en association avec des fruits, des légumes, des cultures fourragères et, parfois, des cultures céréalières, ce qui donne lieu à la formation d’un couvert végétal à trois niveaux, dominé par les dattiers. Ce système constitué de plusieurs couches crée un microclimat qui permet aux autres cultures de pousser à l’abri des dattiers, ce qui préserve les ressources en eau si précieuses.

4. Les dattiers tolèrent des conditions environnementales difficiles

L’Égypte, l’Iran, l’Algérie et l’Arabie saoudite sont les plus importants producteurs mondiaux de dattes et tous, sans exception, sont en proie à des problèmes de pénurie d’eau. Le dattier peut pousser dans des climats chauds et arides, en plus d’être tolérant à l’eau salée. Grâce à ces qualités, il peut se développer et offrir une bonne source d’alimentation même dans des environnements où les conditions sont défavorables, comme les déserts.

L’Égypte, l’Iran, l’Algérie et l’Arabie saoudite sont les quatre principaux producteurs de dattes au monde. © Rawpixel/shutterstock.com

5. Les dattes constituent un moyen de subsistance important 

La production de dattes est un secteur important pour les populations rurales, car celles-ci en dépendent non seulement pour assurer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi pour gagner leur vie. Depuis une trentaine d’années cependant, ce moyen de subsistance est menacé par le charançon rouge du palmier, qui est l’organisme nuisible le plus destructeur des palmiers dans le monde. Originaire de l’Asie du Sud-Est, cet insecte s’est rapidement propagé dans d’autres régions. Étant donné qu’il se nourrit en rongeant les arbres de l’intérieur, le charançon rouge du palmier est difficile à détecter durant les premiers stades de l’infestation. La FAO met actuellement au point une application mobile, baptisée «SusaHamra», pour aider les agriculteurs à l’échelle mondiale à collecter des données lorsqu’ils procèdent à l’inspection et au traitement des palmiers. La FAO s’appuie également sur l’utilisation combinée de la télédétection et de l’intelligence artificielle pour cartographier les palmiers et surveiller la propagation du ravageur dans l’espoir de préserver les moyens de subsistance dans la région Proche-Orient et Afrique du Nord.

Dans le cadre d’une autre initiative importante, la FAO et la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) s’efforcent d’attirer l’attention sur la nécessité de protéger les ressources végétales contre les maladies et les organismes nuisibles et de promouvoir un commerce international sans risque à travers la célébration, en 2020, de l’Année internationale de la santé des végétaux. Cette initiative est essentielle pour sensibiliser l’opinion publique non seulement à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi à la préservation de la biodiversité et à la remise en état des écosystèmes, en particulier dans les zones arides.

En juin 2019, la FAO a accueilli une manifestation organisée par le Royaume d’Arabie saoudite pour promouvoir les bienfaits de la production de dattes pour le développement économique, environnemental et social. Des discussions sont en cours pour déterminer de quelle manière les cultures traditionnelles et locales pourraient contribuer à la réalisation du deuxième objectif de développement durable (ODD 2).

L’heure est venue de repenser nos systèmes alimentaires, de diriger nos efforts sur les espèces cultivées sous-utilisées à l’échelle mondiale, de revitaliser les techniques de culture autochtones et de s’intéresser en priorité à la nutrition plutôt qu’à l’alimentation... pour la santé de notre planète et pour la nôtre. Si chacun y met du sein, nous parviendrons à atteindre l’objectif #FaimZéro et les ODD.


En savoir plus

2. Zero hunger, 3. Good health and well-being