Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Foro Global sobre Seguridad Alimentaria y Nutrición • Foro FSN

Re: Youth Employment in Agriculture as a Solid Solution to ending Hunger and Poverty in Africa

moise nzanzu
moise nzanzuAssociation des Agriculteurs Sans FrontièreDemocratic Republic of the Congo

ENGLISH TRANSLATION BELOW

Bonjour. Merci de nous avoir consulté dans le cadre de l'atelier en cours porté sur le thème les jeunes dans l'agriculture une solution pour mettre fin à la faim et à la pauvreté en Afrique : mobiliser les jeunes grâce aux technologies de l'information et de la communication et à l'entrepreunariat.

En tant que jeune africain impliqué dans le secteur agricole j'ai  d'abord acquis des connaissances oralement transmises par mes parents qui m'ont permis de commencer de petites activités notamment llevage des porcs, des lapins, des poules, des chèvres, et la culture des tomates en serre.

Après mon diplôme dtat je me suis décidé de suivre la faculté des sciences agronomiques afin de rendre mes activités plus professionnelles et rentables. Je suis à présent ingénieur en sciences agronomiques en département de chimie et industries  agricoles à l'institut facultaire des   sciences agronomiques ifa-yangambi/Rdc.J'ai effectué un stage à l'institut national dtudes et des recherches agronomiques INERA/Mulungu-Sud Kivu/Rdc. J'ai aussi fait un stage à l'office congolais de contrôle OCC/Goma-Nord Kivu/Rdc et un autre stage au laboratoire de culture des tissus végétaux de la faculté des sciences de l'université de Kisangani-Tshopo Rdc.

Ce qui m'a poussé à m'engager dans le secteur agricole c'est participer à l'autosuffisance alimentaire et à la diversification de l'alimentation  ; développer des techniques agricoles durables tout en améliorant les rendements ; valoriser les produits agricoles locales pour créer la plus-value dans les zones de production et faciliter la conservation des produits alimentaires. Au-de de tout c'est créer de l'emploi pour les jeunes comme moi à travers l'agribusiness. Sans oublier que la croissance mondiale de la population exigera plus des producteurs à l'avenir et les jeunes africains n'attendent que des investisseurs pour se mettre en valeur et sortir du cercle vicieux des problèmes de développement rural et de la pauvreté.

En effet, en terme des réalisations et histoires de réussites je peux partager les principales qui sont la myciculture, je vend des champignons comestibles. Il y a aussi la mise en place des jardins potagers et constitution de compost efficace à partir de la récupération des déchets organiques de llevage, de récolte et de cuisine. On peut citer aussi la transformation des sésames et des céréales, une farine de bouillie à base de mélange de maïs, riz, eleusine, arachide et soja. Pour la bouillie destinée aux malnutries on enrichit avec la farine des grains d'amarante. Enfin je peux aussi citer llevage des poules et des porcs.

L'expérience qui m'a ai dans mon travail c'est le volontariat et l'auto prise en charge, c'est à dire faire de l'argent pour que les gens achètent chez nous et non demander de l'argent pour acheter chez autrui. Le signe de succès c'est le fait que nous soyons des partenaires de construction d'un changement et d'une transformation dans le renforcement des capacités. Pour réussir je fais participer la famille et des amis de mental engagé et émancipé.

J'ai dé entendu parler d'autres jeunes à Goma /Nord Kivu/Rdc, certains dans la production animale "KIVU CHICKEN". D'autres s'organisent en association de lutte contre la malnutrition en faisant un mélange de bouillie à base de sept céréales. Ils mettent en place aussi des cultures maraîchères dans des champs aux environs de la ville.

Aux experts de la conférence je dirais que les jeunes sont ouverts à la technologie et à l'innovation pour revitaliser leurs communautés mais il leur manque souvent l'orientation, la formation et le soutien nécessaire et les principales contraintes du marché intérieur sont le manque d'infrastructures de marché, de transport et le manque d'information sur les prix. Qu'est ce que les experts pensent pour redresser les  politiques nationales de développement par rapport à ces problèmes et pour que les politiques nationales reconnaissent suffisamment le potentiel des jeunes en tant que moteurs de la croissance et du développement et leur offrent assez d'opportunités de mettre à profit leurs compétences.

A propos de l'avenir du travail agricole je sais que la migration des jeunes vers ltranger à la recherche des opportunités économiques c'est une perte d'une part de notre force de travail. Que pense les experts sur la production des produits à l'échelle industrielle en Afrique où il y a assez des terres arables cultivables non exploitées. Qu'est-ce que ils pensent pour accompagner les agriculteurs dans le développement pour que leurs activités soient productifs et les conditions de travail favorables.

Hello. Thank you for consulting us in relation to the current workshop on the subject of Youth Employment in Agriculture as a Solid Solution to ending Hunger and Poverty in Africa: engaging through Information and Communication Technologies (ICTs) and entrepreneurship.

As a young African involved in the agricultural sector, I initially acquired knowledge by word of mouth from my parents, which allowed me to start with small scale activities, such as rearing pigs, rabbits, chickens, goats and tomatoes under glass.

After my state degree, I decided to continue in the faculty of agricultural sciences, so as to make my activities more professional and profitable. At present, I am an engineer in agricultural sciences in the department of chemical and agricultural industries of the Institut Facultaire des Sciences Agronomiques  ifa-yangambi/RDC. I have had a placement at the National Institute of Research and Study in Agronomy at INERA/Mulungu-Sud Kivu/RDC. I have also had a placement at the Congolese office for control OCC/Goma-Nord Kivu/RDC and another placement at the laboratory for vegetable tissue culture of the Faculty of Sciences at the Université de Kisangani-Tshopo (RDC).

What has made me engage in the agricultural sector is being involved in food self-sufficiency and diversification; the development of sustainable agricultural techniques while improving yields; enhancement of local agricultural products to create added-value in the production phases and assist in the conservation of food products.  Above all,  creating employment for young people, like me, through agro-business. Without forgetting that world population growth will demand more producers in the future and young Africans are just awaiting investors to prove their worth and break out of the vicious circle of rural development problems and poverty.

Indeed, in terms of achievements and success stories, I can share the main ones which are fungiculture, I sell edible mushrooms. There is also the establishment of market gardens and making compost efficiently after recovering the organic waste from animals, harvest and the kitchen. One can also mention the transformation of sesame and cereals, and flour for porridge made of a mixture of maize, rice, millet, peanuts and soya. The porridge used for the malnourished, is enriched with a kind of flour made from amaranth seeds. Finally, I can also mention the rearing of poultry and pigs.

The experience that has helped me in my work is determination and independence that is to say to make money because people buy our products and not to ask for money to buy from others. The sign of success is the fact that we are partners in building change and transformation by strengthening abilities. To succeed, I involved my family and friends with the same committed and liberated outlook.

I have already heard of other young in Goma /Nord Kivu/RDC, some in the production establishment "KIVU CHICKEN." Others have organized an association for the fight against malnutrition by making a mixture of porridge based on seven cereals. They also established market gardens in the fields around the town.

To the experts at the conference I would say that the young are open to technology and innovation to revitalize their communities, but they often lack guidance, training and the necessary support, and the main constraints of the domestic markets are the lack of market infrastructure, transport and the lack of information on pricing. What do the experts think about adjusting the national policies for development in relation to these problems, so that national policies sufficiently recognize the potential of the young as drivers of knowledge and development and offer them enough opportunities to profit from their abilities?

In relation to the future of agricultural work, I know that the migration of young people overseas seeking economic opportunities is a loss of a part of our workforce. What do the experts think about the production of products on an industrial scale in Africa, where there is much arable land still not exploited?  What do they think about supporting farmers with development so that their activities are productive and their working conditions favorable?