Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Forum global sur la sécurité alimentaire et la nutrition • Forum FSN

Re: How can social protection contribute to food security and nutrition in West Africa?

Anna Antwi
Anna AntwiGD Resource Center (development NGO)Ghana

>> VERSION FRANÇAISE CI-DESSOUS

Dear Colleagues,

All too soon this exciting exchange has come to an end. We are grateful to all the contributors for making this first West Africa forum a success. It is just the beginning for greater things to come for the sub-region to develop concrete solutions to solve the numerous challenges we face. I am sure we all benefited from these exchanges.

Social Protection (SP) is increasingly gaining grounds in the (sub) regional policy engagements, and its implementation is also improving though there are still many challenges. The many definitions from the contributions point to the fact that ultimately the purpose of SP is to support the poor and vulnerable to avert the risks of hunger and poverty. In the discussion, eligibility was mostly based on poverty status (and also used as the targeting categorization) and having a household member in at least one of these categories: orphans, vulnerable child or youth (OVCY), the elderly (65 years and above), person with severe disability unable to work, displaced, poor female-head of household either widowed without employment and having any of the above as dependent(s), or unemployed, and the sick.  As a summary by a contributor “the proper implementation of social protection programmes in West African countries, will provide assistance to poor individuals, households and communities which will enhance their present and future well-being and give them the capacity to manage risks better”.

However, only few people mentioned HIV/AIDs. Is it because it is not a major problem in the sub-region? About a month and a half ago, I visited People living with HIVs (PLHIVs) dependent on food ration, and it was pathetic when the affected people were begging not to be taken off the food programme. Most of them were too poor to have any source of income, too weak to work or excluded from work by stigma. Such poor PLHIVs needed food to enable them take their routine drugs. Therefore, proper targeting is necessary to cover all socially excluded and vulnerable groups and persons. In the discussions, there are also many SP interventions used in the various countries. Many success stories have also been shared.

It is increasingly recognised that agriculture must play a role in pro-poor economic growth especially in areas with large poor rural settings as found in our sub-region. Poor rural people’s livelihoods are diverse, risk prone and complex and most of them depend on agriculture and related activities for their source of livelihoods, food security and nutrition. Still, only limited efforts have been made to integrate agriculture and social protection interventions and policies to ensure that beneficiaries of SP programmes are transformed into production operatives. Interestingly, the various interventions mentioned in this first forum have direct and indirect implication on food security and nutrition. Different combinations of programme and instruments with well-defined stakeholder roles and responsibilities can promote both agriculture and non-agriculture programmes with either market-led or non-market SP programmes that are more effective and contribute to results that make great impact on people and their community economies. Social protection plays important role in securing the poor against extreme poverty, deprivation and shocks in times of stress to tackle hunger and under-nutrition. Measures to avert these challenges include cash transfers, public work programmes, school feeding, food vouchers, agriculture, health care and educational grants or subsidies. There are informal and cultural SP issues too. In most places, cash transfers are common means of SP interventions.  

I am taking time to acknowledge contributions that may help to shape social protection and future discussions in the sub-region. “To meet the needs of West African countries in terms of food security and nutrition, it is important to promote inclusion as well as productivity by making sure that women and men enjoy the same working conditions. We must provide women with subsidies for building infrastructure to meet and work etc; empowering communities with adaptation strategies will go a long way in boosting social protection. African countries have populations that are predominantly rural, with little or no access to means of production, and resources are unevenly distributed between women and men of a country. Social protection means ensuring decent work and means of production (financial, land) to all citizens which enable them to ensure the food security. Arrangements need to be made at the legislative and regulatory levels. This would contribute to solve the problem of nutrition in West Africa”. Contribution from Australia also indicate that “the African continent has long been recognized for its potential as the global bread basket of the 21 century - 20% of world's land surface but little more than 10% of the people - all that space, soils, water and bio-resources. The contributor concludes by saying “if the custodians of the African continent - those with access to the resources, funds, technologies and, crucially, the vision - don't move into gear others will do it for them”. Another contributor feels one cannot focus on West Africa without taking into account the most dynamic of the regional economies - that of Nigeria. And if Nigeria can come to terms with social protection of vulnerable people in the context of food and nutrition security, then so can other countries in the sub-region. The only contribution from trade unionist indicate that there is a need to clarify the West African context characterised by certain social and economic characteristics that implicate the design and implementation of social protection interventions for the vulnerable in the community of rural workers largely self-employed and the need to go beyond just agricultural production into adding value to farm produce. Mentioned was made to climate variability/changes, poverty and bad governance as some causes of food insecurity and under-nutrition.

Most contributors indicated targeting as a challenge and the importance to “focus on the identification of beneficiaries in order to prevent support being diverted for other purposes including lucrative”. Others specified that “social protection can be an effective way of improving the nutrition of poor households, but the targeting of these must be better regulated and actual impacts should be well measured and assessed in terms of sustainability”. As shown above, targeting women and those in the informal sector was also necessary to get them out of poverty. Still others mentioned building of schools and equipping them for the children from the poorest communities. “This will go a long way to safe guard the future of these children”. Other challenges mentioned include “coordination of all social protection actions developed in several ministerial departments and other institutions; Financing SP must prioritize internal resources to guarantee the sustainability/durability of these programs”. The inter-sectoral and multi-sectoral approach was emphasised to achieve the needed results. As in Benin for example, social protection supports health actors, home visits, and cooking demonstration. Suggestions was made to structure a multi stakeholder and multi sectorial platform; coordination and harmonization between different stakeholders in agriculture, water and sanitation, education and employment, health and support for improved resilience  to emergency, climate variability/ change and conflict situations. Yet another found that the “shifting of agricultural production to urban areas are absolutely integral to ensuring food security and nutrition for the always growing population”. A contributor summarizes the constraints of funding as “the implementation of social security is particularly difficult in Africa, because most of the countries in the region face serious budget constraints, making it almost impossible to finance often rather expensive insurances systems. In addition, the implementation and management of social security systems requires quite complex institutions which, again, are not available in most of these countries. Many countries cover a small portion of the population; usually the employees in the public and private formal sectors”. Another opinion is that the receipt of public cash transfer encourages less effort of beneficiaries to look for employment and therefore choose to engage in more leisure instead. Additionally, in cases where strict targeting method is based on income levels, individuals may not be comfortable working for more money for fear of losing their benefits. A contributor supports the Trade Union claim that unless a significant formalization of the entire labour force occurs, the large majority of the poor usually associated with the non-salaried and informal sector will remain excluded from social protection programs in the future. The adoption of  ILO Recommendation 202 on social protection floors in 2012 recognize the need to progressively ensure higher levels of protection while guaranteeing access to essential health and minimum income security.

For solutions to combat the challenges some proposals include transparency in the management of public markets; identify the guiding principles, the governance structures and the mechanisms which help to generate and support good governance. Alliance and network building were also mentioned as in West African Alliance against Hunger and Malnutrition (WAAAHM). Food Security Policy Advocacy Network (FoodSPAN) in Ghana and the various Alliance against Hunger and Malnutrition in the different West African countries are critical for advocacy, working with other stakeholders, and promotion of the SP concept. Using framework in these countries should build on, and work through these structures as much as possible, from targeting procedures, to implementation, grievances and monitoring etc. These structures also aim to ensure synergies and complementarities among programmes, and with other development-oriented interventions. The trade unionist suggested the importance to appreciate the transformation of the economies that which involve diversifying away from agriculture and other primary production. It entails developing industry, especially manufacturing, in order to realize sustainable employment growth that can ensure progressive realization of the Right to Food and other rights inherent in decent employment. Intensive Labour Public Works similar to WFP’s food for work or asset promote people’s life skills acquisition, while addressing community infrastructural (rural roads, warehouses, soil and water conservation, etc.) needs for sustainable development. Decentralisation efforts could bring decision making closer to the people and development closest to those in most need. Participatory and equitable access to productive resources and its management for production systems and marketing could help the poor. However, in all specific or clarity of objectives to reach the target beneficiary, with assured markets for rural farmers created through social networks and to protect these farmers from rural poverty is important. The political will of the various governments is also essential in SP.

Thanks for the many links, some I have already acknowledged. I read through all the contributions and links more than once. Brokers and FARM linkage of SP and food security are also interesting and informative and so are the earlier ones. There is the need for long term and integrated approaches that lay emphasis on livelihood based social protection and agricultural production through input subsidy. The different SP interventions all support a common goal. Provide cash transfer to the poor and help them transform their socio-economic status through linkage with their production by providing agriculture extension from pre-production through post harvest to ensure sustained growth. Social mobilization is important for empowerment. Social protection schemes have the potential to contribute to the realization of basic human rights like rights to food, incomes, education, health and combating inequalities and advancing women and children’s rights.  The essence of SP affords countries the opportunity to support the poor and vulnerable, and tackle immediate problems of hunger and under-nutrition before it escalates to famine. As indicated earlier, almost all the SP interventions like Labour Intensive Public Works, Cash transfer, school feeding programme, Health Insurance Scheme and Free Maternal and Child Health Care, agricultural input subsidies etc all support a common course to enable the poor and vulnerable to enjoy basic rights like good health and food, and prevent them from falling into extreme poverty. The major challenge to ensure better targeting of beneficiaries is the use of common targeting mechanisms to guarantee that proper objectives are reached. Like many other aspects of social life in the sub-region there are many governance challenges in managing SP programmes. The growing quest for good governance in general should push harder on the SP front to ensure higher levels of accountability, efficiency and effectiveness and probity.  Addressing climate variability/ change, targeting, good governance and proper SP interventions delivery, the poor and vulnerable people will be able to meet their minimum food and nutrition needs. Thank you all for your insightful contributions.

Anna Antwi (PhD), Development Consultant, Ghana.

Chers collègues,
La fin de cette passionnante discussion est arrivée trop rapidement. Nous sommes reconnaissants aux participants d’avoir fait de cette première discussion en ligne sur le Forum FSN en Afrique de l’Ouest un succès. Ceci est seulement un début pour de plus grandes choses à venir pour que la région développe des solutions concrètes pour résoudre les nombreux défis auxquels nous faisons face. Je suis persuadée que chacun bénéficie de ces échanges.
La protection sociale gagne de plus en plus de terrain dans les engagements politiques de la région et sa mise en œuvre est également en cours d’amélioration malgré les nombreux défis. Les définitions variées proposées dans les contributions soulignent le fait que le but de la protection sociale est de soutenir les plus pauvres et vulnérables pour prévenir les risques de famine et de pauvreté.
Lors de la discussion, l’éligibilité a principalement concerné la pauvreté (utilisé également comme catégorie de ciblage) et le fait d’avoir un membre du foyer dans une des catégories suivantes: orphelin, enfant ou jeune vulnérable, personne âgée (plus de 65 ans), personnes avec  un handicap, personne déplacée, foyer dirigé par une femme pauvre (veuve sans emploi avec enfants à charge…). Comme résumé par un participant à la discussion, “ la bonne mise en œuvre de  programmes de protection sociale dans les pays d’Afrique de l’Ouest fournira l’assistance aux pauvres individus, foyers et communautés qui amélioreront ainsi leur niveau de vie présent et futur et leur donneront la capacité de mieux gérer les risques auxquels ils sont soumis

Il est de plus en plus admis que l'agriculture doit jouer un rôle pour promouvoir une croissance économique qui favorise les pauvres, en particulier dans les zones pauvres et rurales de notre sous-région Les moyens d'existence des habitants des zones rurales pauvres sont variés, vulnérables aux risques, et complexes; ils dépendent, pour la plupart, de l'agriculture et d’activités afférentes comme sources de moyens d'existence, de sécurité alimentaire et de nutrition. Rares sont toutefois les efforts réalisés pour intégrer l'agriculture et les interventions et politiques de protection sociale afin de garantir que les bénéficiaires de programmes de protection sociale soient opérationnels en termes de production. Il est intéressant de noter que les différentes interventions mentionnées dans ce premier forum ont des incidences directes et indirectes sur la sécurité alimentaire et la nutrition. Différents dosages de programmes et d’instruments, dans lesquels les différentes parties prenantes auraient des rôles et des responsabilités bien définies, peuvent contribuer à la promotion de programmes agricoles et non agricoles dans le contexte de programmes de protection sociale basés ou non sur le marché qui soient plus efficaces et qui contribuent à un plus grand impact sur les économies des personnes et de leur communauté. La protection sociale joue un rôle important pour apporter une sécurité aux pauvres dans des contextes d'extrême pauvreté, de dénuement et de chocs en période de crise, et aborder le problème de la faim et de la sous-alimentation. Plusieurs mesures sont possibles pour relever ces défis, notamment les transferts monétaires, les programmes de travaux publics, l'alimentation scolaire, les bons alimentaires, l'agriculture, les soins de santé et les bourses ou subventions à l'enseignement. Il existe également des aspects informels et culturels en matière de protection sociale. Dans la plupart des pays, la modalité la plus fréquente d'intervention en matière de protection sociale est celle des transferts monétaires.  

Je souhaite mettre en valeur certaines contributions qui peuvent contribuer à la protection sociale et à de futures discussions dans la sous-région. « Pour répondre aux besoins des pays d'Afrique de l'Ouest en termes de sécurité alimentaire et de nutrition, il est important de promouvoir l'inclusion et la productivité en garantissant des conditions de travail égalitaires pour les femmes et les hommes. Nous devons fournir aux femmes des subventions qui permettent de construire une infrastructure où se rencontrer et où travailler, etc. ; une autonomisation accrue des communautés à l'aide de stratégies d'adaptation contribuerait fortement au développement de la protection sociale. Les pays africains ont des populations majoritairement rurales qui ont un accès limité voire nul aux moyens de production, et où les ressources sont distribuées de façon inégale entre les femmes et les hommes d'un même pays. La protection sociale implique de garantir un travail décent et des moyens de production (financiers, fonciers) à tous les citoyens de façon à ce qu'ils puissent assurer leur propre sécurité alimentaire. Des mesures doivent être adoptées à l'échelon législatif et réglementaire. Ceci contribuerait à résoudre le problème de la nutrition en Afrique de l'Ouest ». Un participant signale également, dans une contribution envoyée d'Australie, que « le continent africain est reconnu depuis longtemps pour son potentiel en tant que grenier du monde pour le XXIe siècle: 20 % de la surface terrestre du monde avec un peu plus de 10 % seulement des habitants, à savoir un espace, des terres, et des ressources hydriques et biologiques considérables. Le participant a conclu avec ces mots « si les gardiens du continent africain, à savoir ceux qui ont accès aux ressources, aux fonds, aux technologies et qui ont avant tout la vision nécessaire, n'enclenchent pas la vitesse supérieure, d'autres le feront à leur place ». Un autre participant estime que la situation de l'Afrique de l'Ouest ne peut être analysée sans tenir compte de l'économie la plus dynamique de la région, à savoir celle du Nigéria. Si le Nigeria parvient à trouver une solution pour assurer la protection sociale des groupes vulnérables dans le contexte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, d'autres pays de la sous-région pourront le faire aussi.  La seule contribution d’un syndicaliste indique qu'il est indispensable de préciser le contexte de l'Afrique de l'Ouest en fonction de certaines caractéristiques sociales et économiques qui ont une incidence sur la conception et sur la mise en œuvre des interventions de protection sociale pour les groupes les plus vulnérables, au sein de la communauté de travailleurs ruraux, généralement indépendants, et insiste sur la nécessité d'aller au-delà de la simple production agricole et introduire de la valeur ajoutée aux produits agricoles. La variabilité du climat et les changements climatiques, la pauvreté et les problèmes de gouvernance ont également été mentionnés parmi les causes de l'insécurité alimentaire et de la sous-alimentation.

La plupart des participants ont signalé que le ciblage constitue un problème et qu'il est important de « centrer les efforts sur l'identification des bénéficiaires afin d'éviter que le soutien ne soit acheminé à d'autres fins, y compris des fins lucratives ». D'autres ont indiqué que « la protection sociale peut constituer une manière efficace d'améliorer la nutrition des ménages pauvres mais qu’il est important de mieux réglementer le ciblage de ceux-ci et de bien mesurer et évaluer les impacts réels en termes de pérennité ».

Dans ce même ordre d'idées, il importe de cibler les efforts sur les femmes et tous ceux qui travaillent dans le secteur informel pour les sortir de la pauvreté. D'autres ont mentionné la construction et l’équipement d’écoles pour les enfants des communautés les plus pauvres. « Ceci contribuera énormément à sauvegarder l'avenir de ses enfants ». Les participants ont également épinglé d'autres problèmes tels que « la coordination de toutes les actions de protection sociale menées dans différents départements ministériels et d’autres institutions ; le financement de la protection sociale doit mettre l'accent sur les ressources internes pour garantir la pérennité/durabilité de ces programmes ». L'accent a également été mis sur la nécessité d'une approche intersectorielle et multisectorielle pour obtenir les résultats voulus. Au Bénin, par exemple, la protection sociale appuie les acteurs de santé, les visites à domicile, et les démonstrations culinaires. Plusieurs participants ont proposé de mettre en place une plate-forme multipartite et multisectorielle et de favoriser la coordination et l'harmonisation entre les différentes parties prenantes en matière d'agriculture, d'eau et d'assainissement, d'éducation et d'emploi, de santé et de soutien au renforcement de la résilience dans les situations d'urgence, dans le contexte de la variabilité/des changements climatiques et dans les situations de conflit. Un autre participant a signalé que « le déplacement de la production agricole aux zones urbaines est un élément absolument essentiel pour garantir la sécurité alimentaire et la nutrition pour une population en constante augmentation ». Un autre participant a mentionné les contraintes en matière de financement en signalant « la mise en œuvre de la sécurité sociale est particulièrement difficile en Afrique car les pays connaissent, pour la plupart, de graves contraintes budgétaires qui rendent pratiquement impossible de financer des systèmes d'assurance souvent très onéreux. En outre, la mise en œuvre et la gestion de système de sécurité sociale passent par l'existence d'institutions relativement complexes qui font défaut dans la plupart des pays. Dans de nombreux pays, seul un petit pourcentage de la population est couvert, généralement les employés des secteurs formel public et privé ». Un autre a estimé que la réception de transferts monétaires publics peut induire les bénéficiaires à ne pas faire les efforts suffisants pour chercher un emploi et à préférer avoir plus de temps libre. De plus, lorsque la méthode de ciblage est basée sur les niveaux de revenu, les individus peuvent se demander s'ils ne risquent pas, en travaillant et en gagnant plus, de perdre l'accès à ces bénéfices. Un participant a manifesté son soutien à la revendication syndicale selon laquelle, faute d'une formalisation importante de l'ensemble de la main-d’œuvre, la grande majorité des pauvres, généralement associés au secteur informel et non salarié, restera en marge des programmes de protection sociale. L'adoption de la recommandation 202 de l’OIT en 2012 sur les socles de protection sociale reconnait la nécessité d'assurer l’accroissement progressif des niveaux de protection tout en garantissant l'accès aux soins essentiels et la garantie d’un revenu minimum.

Pour relever ces défis, certains proposent d'inclure la transparence dans la gestion des marchés publics, et de définir les principes directeurs, les structures de gouvernance et les mécanismes susceptibles de conduire à une bonne gouvernance et à son maintien. L'importance de travailler en réseau et dans le cadre d'alliances a également été mentionnée, comme dans le cas de l’Alliance contre la Faim et la Malnutrition en Afrique de l'Ouest. Le Réseau pour le plaidoyer en faveur de politiques de sécurité alimentaire (FoodSPAN) au Ghana et les différentes Alliances contre la Faim et la Malnutrition dans les pays d'Afrique de l'Ouest jouent un rôle essentiel dans le plaidoyer, la collaboration avec d'autres parties prenantes et la promotion du concept de protection sociale. Il conviendrait de mettre en place dans ces pays des structures qui permettent de concentrer la majeure partie du travail, des procédures de ciblage à la mise en œuvre, aux plaintes et au suivi, etc. Ces structures devront également assurer les synergies et les complémentarités entre les programmes, ainsi qu'avec d'autres interventions visant au développement. Le syndicaliste a également souligné l’importance de la transformation des économies moyennant une diversification qui aille au-delà de l'agriculture et d'autres produits primaires. Cette transformation implique de développer l'industrie, en particulier manufacturière, pour parvenir à une croissance durable de l'emploi qui garantisse une réalisation progressive du droit à l'alimentation et d'autres droits inhérents au travail décent. Les programmes intensifs de travaux publics, tels que le programme Vivres contre travail ou actifs du PAM favorisent l'acquisition de compétences pendant toute la durée de la vie et contribuent, dans le même temps, à répondre aux besoins communautaires en matière d'infrastructure (chemins ruraux, entrepôts, conservation des terres et de l'eau, etc.) indispensable pour parvenir à un développement durable. Les efforts de décentralisation pourraient contribuer à rapprocher les prises de décision de la population et d'assurer un développement plus proche des plus démunis. Un accès participatif et équitable aux ressources productives et leur gestion dans le cadre de systèmes de production et de commercialisation pourraient également aider les pauvres. Il est toutefois important d'avoir des objectifs spécifiques et clairs pour parvenir aux bénéficiaires ciblés, avec des marchés garantis pour les agriculteurs ruraux, dans le cadre de réseaux sociaux, et pour protéger ses agriculteurs de la pauvreté rurale. La volonté politique des différents gouvernements est également un facteur essentiel en matière de protection sociale.
Merci pour les nombreux liens qui m'ont été envoyés. J'ai lu toutes les contributions et les liens en question à plusieurs reprises. Les liens de Brokers et FARM sur la protection sociale et la sécurité alimentaire sont également intéressants et riches en informations. Il est indispensable d'appliquer des approches intégrées et à long terme qui mettent l'accent sur des moyens d'existence basés sur la protection sociale et la production agricole moyennant l'octroi de subventions aux intrants. Les différentes interventions de protection sociale contribuent toutes à un objectif commun: Fournir aux pauvres des transferts monétaires et les aider ainsi à transformer leur situation socio-économique en établissant des liens avec leur production et en fournissant des conseils agricoles allant de la pré-production à l’après-récolte de façon à garantir une croissance soutenue. La mobilisation sociale est un facteur important d'autonomisation.

Les dispositifs de protection sociale peuvent contribuer à la réalisation de droits humains de base comme les droits à l'alimentation, aux revenus, à l'éducation, à la santé ainsi qu'au combat contre les inégalités et à la promotion des droits des femmes et des enfants. L'essence de la protection sociale est de permettre aux pays d'apporter un soutien aux pauvres et aux groupes vulnérables, et d'aborder les problèmes immédiats de la faim et de la sous-alimentation avant qu'ils ne dégénèrent en famine. Comme mentionné plus haut, presque toutes les interventions de protection sociale telles que les programmes intensifs de travaux publics, les transferts monétaires, les programmes d'alimentation scolaire, le  régime d'assurance-maladie et les services gratuits de santé maternelle et infantile, les subventions aux intrants agricoles, etc., poursuivent tous l'objectif commun de permettre aux pauvres et aux personnes vulnérables de jouir de droits fondamentaux tels que la santé et l'alimentation et de les empêcher de tomber dans l'extrême pauvreté.  Le principal défi pour garantir un meilleur ciblage des bénéficiaires est d'utiliser des mécanismes communs de ciblage qui garantissent la réalisation des objectifs fixés. Tout comme pour beaucoup d'autres aspects de la vie sociale de la sous-région, la gestion des programmes de protection sociale pose de nombreux enjeux en termes de gouvernance. La recherche croissante d’une bonne gouvernance, d'une manière générale, devrait s'appliquer plus particulièrement sur le front de la protection sociale pour garantir une amélioration en termes de reddition des comptes, d’efficience et d'efficacité ainsi que de probité.  Les efforts en matière de variabilité/changements climatiques, de ciblage, de bonne gouvernance et de fourniture correcte des mesures de protection sociale doivent permettre aux pauvres et aux personnes vulnérables de satisfaire leurs besoins minima en termes d'alimentation et de nutrition.

Merci à tous de vos judicieux apports à cette discussion.