FAO.org

Accueil > Publications > Soco > La situation des marchés des produits agricoles 2015–16

La situation des marchés des produits agricoles 2015–16

La situation des marchés des produits agricoles: Commerce et sécurité alimentaire: trouver un meilleur équilibre entre les priorités nationales et le bien commun

L’objectif de cette édition de La situation des marchés des produits agricoles est d’atténuer la polarisation actuelle des points de vue sur les impacts qu’a le commerce des produits agricoles sur la sécurité alimentaire, et sur la manière dont le commerce agricole devrait être régi de sorte qu’une ouverture accrue aux échanges profite à tous les pays. En donnant des éléments concrets et des éclaircissements sur une gamme de sujets, le présent rapport vise à contribuer à un débat plus éclairé sur les choix de politique et à dresser l’inventaire des améliorations qu’il faut apporter dans les processus politiques au sein desquels ces choix sont faits.

Messages clés

  1. Le commerce mondial de produits alimentaires continue de croître rapidement, mais la structure et les caractéristiques des échanges diffèrent considérablement selon le produit et la région. Les moteurs clés de la production et de la demande, notamment les politiques commerciales et connexes, façonnent ces caractéristiques de différentes manières et peuvent avoir des conséquences importantes sur la sécurité alimentaire.
  2. Participer davantage au commerce mondial fait inévitablement partie de la stratégie commerciale nationale de la plupart des pays. Toutefois, le processus d'ouverture aux échanges, et ses conséquences, doivent être gérés de façon appropriée si l'on veut faire œuvrer le commerce en faveur d'une amélioration de la sécurité alimentaire.
  3. Le commerce influe sur les quatre dimensions de la sécurité alimentaire – disponibilité, accès, utilisation et stabilité. L'interaction du commerce avec ces dimensions est complexe et dépend de divers facteurs sous-jacents, qui donnent des résultats très variés selon les pays. Il est donc difficile de généraliser.
  4. Le rapport entre le niveau d'engagement dans le commerce et la sécurité alimentaire est influencé par le fonctionnement des marchés alimentaires, par la capacité ou la volonté des producteurs de répondre aux incitations changeantes que le commerce peut apporter, et par la géographie de l'insécurité alimentaire. Tous ces facteurs doivent être pris en compte dans la formulation d'interventions politiques en matière de commerce.
  5. Les objectifs des politiques commerciales et connexes portent sur différentes dimensions de la sécurité alimentaire, diffèrent selon les pays et changent au fil du temps. La pertinence de nouvelles options de politique commerciale est en grande partie déterminée par des processus à plus long terme de transformation économique et par le rôle que joue le secteur de l'agriculture dans ces processus.
  6. Les épisodes de flambée des prix des denrées alimentaires sont à prendre en compte du fait de leurs potentiels effets négatifs sur la sécurité alimentaire. Les incertitudes géopolitiques et météorologiques, ainsi que les réponses apportées par les gouvernements, sont susceptibles d'exacerber ces épisodes à l'avenir, et les flux commerciaux sont de plus en plus exposés aux perturbations. Le risque de flambées des prix, bien que celles-ci soient épisodiques, doit être pris en considération dans les décisions à plus long terme concernant la gestion du commerce des produits agricoles et alimentaires.
  7. Les préoccupations relatives au commerce et à la sécurité alimentaire peuvent être mieux articulées dans le système commercial multilatéral grâce à l'apport d'améliorations à l'Accord sur l'agriculture de l'Organisation mondiale du commerce. Toutefois, il convient de trouver le bon équilibre entre les avantages amenés par une action collective découlant des disciplines relatives à l'utilisation des politiques commerciales, d'une part et, de l'autre, la marge de manœuvre nécessaire aux pays en développement, qui ne peut être déterminée qu'en tenant compte des besoins spécifiques de chaque pays.
  8. Pour mieux cerner cette marge de manœuvre et l’utiliser à meilleur escient, il convient de porter l'attention non pas sur les avantages et les inconvénients de politiques spécifiques, mais sur les faiblesses constatées dans les processus décisionnels liés à l’agriculture et au commerce. Le renforcement des synergies entre ces processus améliorera la cohérence des politiques en faveur de la sécurité alimentaire, permettra aux États de trouver un plus juste équilibre entre les priorités lorsqu’ils élaborent des politiques commerciales, et améliorera la conformité avec les cadres institutionnels régissant le commerce régional et mondial.

À propos de la collection

La situation des marchés des produits agricoles, rapport publié tous les deux ans, traite des questions relatives aux marchés  de façon objective et accessible pour les décideurs, les observateurs des marchés et les parties prenantes intéressés par les évolutions des marchés des produits agricoles et leurs conséquences sur les pays quel que soit leur niveau de développement économique.

Pour plus d’informations, contacter Jamie Morrison, Division des produits et du commerce international.