La résilience
Les répercussions liées au COVID-19 contribuent à aggraver la faim aiguë dans les pays déjà touchés par une crise alimentaire

Les répercussions liées au COVID-19 contribuent à aggraver la faim aiguë dans les pays déjà touchés par une crise alimentaire

15/09/2020

Le Réseau mondial contre les crises alimentaires a organisé aujourd'hui une manifestation de haut niveau pour faire le point sur les dernières données mondiales disponibles au sujet des retombées de la pandémie du COVID-19 et de leur effet aggravant sur la faim aiguë dans les pays vulnérables qui étaient déjà ravagés par une crise alimentaire avant même l'arrivée du nouveau coronavirus. Cette réunion était également une occasion importante, pour les partenaires fournisseurs de ressources internationaux et d'autres parties intéressées, de discuter des nouvelles priorités et des aspects liés aux financements et aux programmes compte tenu de la situation liée au COVID-19.

Des informations récentes sur la République démocratique du Congo, par exemple, indiquent que ce pays d'Afrique centrale est maintenant aux prises avec la pire crise alimentaire à l'échelle mondiale au point de vue du nombre absolu de personnes vivant en situation d'insécurité alimentaire grave - pas moins de 21,8 millions de personnes -, dans un contexte où les conséquences des mesures adoptées pour faire face au COVID-19 ont aggravé les déterminants de la faim qui existaient déjà dans le pays: insécurité et conflits armés; ralentissement économique prolongé; fortes pluies et inondations.

M. Qu Dongyu, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, a fait savoir aux participants à la manifestation, qui s'est tenue en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies, qu'il fallait absolument agir de concert avant que la situation ne se détériore en privilégiant les systèmes et les mesures de prévention et d'alerte rapide. 

Partagez