La résilience
 ©️Photo:FAO/Fahad Kaizer

La transformation du secteur de l’élevage et sa contribution à la réalisation des objectifs de développement durable seront au cœur du Comité de l’agriculture de la FAO

28/10/2020

Les secteurs de l'agriculture, et celui de l'élevage en particulier, doivent amorcer une transition vers le développement durable pour renforcer leur contribution à la sécurité alimentaire, à la nutrition et à une alimentation saine ainsi qu'à une «reconstruction en mieux» afin de surmonter la pandémie du COVID-19 et les autres défis qui se présentent. Voilà ce qu'a déclaré aujourd'hui M. QU Dongyu, Directeur général de la FAO, dans son allocution d'ouverture de la vingt-septième session du Comité de l'agriculture.

Il a par ailleurs ajouté qu'un secteur de l'élevage durable serait synonyme de croissance économique inclusive et d'amélioration des moyens d'existence et qu'il protégerait la santé et le bien-être des animaux en plus d'apporter des solutions aux problèmes environnementaux.  

Cette session du Comité de l'agriculture, organisée pour la première fois à distance, rassemblera plus de 120 États Membres, des partenaires ainsi que des membres du public dans le cadre d'une manifestation en ligne qui se veut ouverte à tous et qui s'articulera autour du thème «Un élevage durable au service des ODD».

Dans son allocution devant les membres du Comité, les représentants d'organismes et d'institutions spécialisées du système des Nations Unies et d'autres délégués, le Directeur général de la FAO a souligné qu'il était nécessaire d'adopter une approche globale et inclusive des politiques et des mesures techniques dans le secteur de l'élevage, une telle approche devant permettre d'associer toutes les parties prenantes du système alimentaire. À cet égard, il a insisté sur le rôle central qui doit revenir au secteur privé, avec lequel il est important de nouer des partenariats étroits.

Faisant remarquer que les effets conjugués du COVID-19, des mesures de lutte contre la pandémie et de la récession mondiale qui en découle allaient alourdir le fardeau qui pèse sur les épaules des exploitants familiaux et des personnes les plus vulnérables, le Directeur général de la FAO a appelé de ses vœux un appui et un investissement accrus en faveur du développement des connaissances, des infrastructures et de la technologie au service d'une agriculture durable. 

«D'après notre évaluation, jusqu'à 132 millions de personnes supplémentaires dans le monde risquent d'être sous-alimentées en 2020 du fait de la pandémie. Cela aurait des effets désastreux, en particulier dans le contexte du Programme 2030 et des objectifs de développement durable», a déclaré M. QU Dongyu en appelant à une approche intégrée du système agroalimentaire, qui soit propice à une gestion globale et efficace de la sécurité alimentaire, des moyens d'existence et des ressources naturelles. 

Partagez