La résilience
La FAO lance la deuxième campagne antiacridienne en réponse à l’invasion acridienne à Madagascar

La FAO lance la deuxième campagne antiacridienne en réponse à l’invasion acridienne à Madagascar

23/10/2014

Suivant la planification établie lors du lancement du Programme, en 2013, trois campagnes successives devront être menées à terme pour venir à bout de l’invasion acridienne déclarée calamité nationale par le Gouvernement malgache en novembre 2012. Les opérations de la deuxième campagne antiacridienne de ce Programme triennal de réponse à l’invasion acridienne ont commencé au début de ce mois d’octobre 2014.

L’objectif de la deuxième campagne antiacridienne est d’accompagner le déclin de l’invasion grâce à des opérations de lutte aérienne de grande envergure dans l’ensemble des zones infestées. Pour identifier ces zones, il est indispensable de conduire des prospections aériennes et terrestres. L’analyse des résultats des prospections permet d’identifier les zones les plus infestées et de déterminer ou confirmer où déployer les bases, à partir desquelles seront réalisés des traitements.

Les opérations aériennes de prospection extensive ont débuté le 9 octobre et couvert le versant ouest de Madagascar, de Majunga à Tuléar. L’objectif de telles prospections est de localiser les populations acridiennes et d’évaluer leur importance et leurs caractéristiques.

Ces prospections ont confirmé les observations faites à la fin de la première campagne, en août 2014 : les populations résiduelles sont importantes. Les conditions d’humidité et de température devenant progressivement favorables aux criquets avec l’installation de la saison des pluies, la majeure partie de ces populations a commencé à se reproduire et à pondre.

Une première base de prospection/lutte a été mise en place à Tsiroanomandidy le 13 octobre et la deuxième, à Ihosy, est opérationnelle depuis le 20 octobre.

Les opérations de prospection intensive au niveau de la base 1 ont permis de localiser les premières cibles à traiter : les traitements ont commencé le 17 octobre. À ce jour, 1 000 ha d’essaims, constitués d’individus se préparant à la première ponte, ont été traités dans la région du Bongolava.

Durant la deuxième campagne (2014/15), il est prévu de traiter 500 000 à 800 000 ha pour accompagner le déclin de l’invasion, dont la progression géographique et démographique a été stoppée au cours de la campagne précédente, en 2013/14. Toutefois, il manque encore 10 millions d’USD pour pouvoir financer complètement cette deuxième campagne.

Les fonds actuellement disponibles ne permettent pas la conduite d’opérations au-delà de février 2015, c’est-à-dire un peu plus que la lutte contre la première des trois générations successives du Criquet migrateur malgache.

Partagez