Resilience
Restauration rapide des moyens d’existence des ménages vulnérables touchés par la pandémie de la covid-19 dans les régions de Tombouctou et de Gao (IN FRENCH)

Mali | Restauration rapide des moyens d’existence des ménages vulnérables touchés par la pandémie de la covid-19 dans les régions de Tombouctou et de Gao (IN FRENCH)

23/11/2020

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Belgique joignent leurs efforts à ceux du Gouvernement du Mali pour répondre aux besoins croissants des communautés vulnérables touchées par les effets de la maladie à coronavirus 2019 (covid-19). Le projet intitulé «Restauration des moyens d’existence des ménages vulnérables touchés par la covid-19 dans les régions de Tombouctou et Gao», financé par la Belgique pour un montant de 467 136 USD, permettra d’assister 1 100 ménages (6 600 personnes) dans les régions de Tombouctou et de Gao. 

Depuis mars 2020, la pandémie de la covid-19 a touché le Mali dans un contexte déjà marqué par l’aggravation de la crise sécuritaire et alors que le Gouvernement venait de décréter l’état d’urgence alimentaire et nutritionnel dans le pays. De plus, suite au coup d’état militaire d’août 2020, les pays voisins ont fermé leurs frontières avec le Mali, empêchant les éleveurs d’exporter leur bétail et les privant ainsi d’une importante source de revenus. Au vu des impacts de la pandémie, le Gouvernement a réduit ses prévisions de croissance de 5 à 0,9 pour cent du produit intérieur brut et les moyens d’existence des populations les plus vulnérables ont été considérablement touchés. En effet, les résultats de la dernière analyse du Cadre Harmonisé ([CH], mars 2020) estimaient que 1 340 741 personnes sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë à des niveaux de crise ou plus élevés (Phases 3 à 5 du CH) sur la période de juin-août 2020. Depuis la publication de ces résultats et au vu des impacts de la pandémie de la covid-19 sur les populations, il est estimé que la situation actuelle, et notamment le nombre de personnes en insécurité alimentaire, s’est fortement détériorée. 

De plus, dans les régions du nord et du centre du pays, l’intensification des conflits engendrés par des groupes armés et les affrontements communautaires ont significativement impacté la production agricole. Les pluies diluviennes enregistrées en 2019 avaient déjà provoqué des inondations et causé des dégâts matériels importants, enregistrant notamment 95 000 personnes sinistrées et 31 décès, 7 303 maisons détruites, 18 895 kg de céréales perdus, 4 092 ha de champs endommagés ou submergés et la perte de 3 092 têtes de bovins, 70 caprins/ovins et 505 volailles. Enfin, la campagne d’hiver 2020 a également été marquée par une pluviométrie abondante, supérieure à la moyenne des cinq voire 10 dernières années. Dans une grande partie des régions du pays, les surfaces ensemencées ont été inondées et les récoltes prévues fortement réduites. 

Le projet a pour objectif de fournir une réponse d’urgence aux populations touchées par les effets de la pandémie de la covid-19 au sein des zones fortement impactées par les mesures mises en place et les déplacements massifs de population dans les régions de Tombouctou et de Gao. Le projet permettra de renforcer le système de collecte et d’analyse de l’information sur la sécurité alimentaire, de soutenir les moyens d’existence des ménages vulnérables et de renforcer leur résilience, à travers la mise en œuvre d’activité de diversification de la production maraîchère et d’activités génératrices de revenus.

 

Share this page