FAO.org

Home > Resilience > Resources > resources detail
Resilience

Évaluation de la campagne antiacridienne 2013/2014 à Madagascar (in FRENCH)

Évaluation de la campagne antiacridienne 2013/2014 à Madagascar (in FRENCH)
Sep 2014

Sur la base d’expériences de précédentes invasions, le Programme triennal de réponse à l’invasion du Criquet migrateur à Madagascar a été conçu de façon à ce que la première campagne 2013/2014 dudit programme stoppe l’invasion et que les campagnes suivantes assurent son déclin puis le retour à une rémission acridienne.

La première campagne 2013/2014 a réussi à atteindre l’objectif spécifique qu’elle s’était fixée, celui d’enrayer les sources d’invasion du Criquet migrateur malgache.

Le bilan de la campagne est satisfaisant puisque les effectifs des populations acridiennes ont fortement chuté grâce aux efforts de lutte entrepris comme le confirment les résultats des traitements. La superficie globale traitée/protégée avait atteint 1 204 780 ha au 27 juillet 2014, chiffre très proche des prévisions qui avaient été faites (1 500 000 ha à traiter au cours de la première campagne) en dépit des contraintes et difficultés rencontrées au début des opérations de lutte, liées principalement à l’insécurité et aux divers défaillances et dysfonctionnements des hélicoptères, qui ont perturbé le programme des traitements. Le nombre d’heures de vol consommées (2 228 h dont 44,3% pour les traitements et 38,5% pour les prospections, 15,8% pour les convoyages et 1,6% pour autres déplacements) correspond aussi approximativement à celui prévu dans le cadre logique du programme (2 325 h) confirmant une fois de plus le haut niveau de professionnalisme des concepteurs du Programme.

L’introduction de l’avion moyen-porteur pour renforcer les trois hélicoptères en opération a été décisive dans l’amélioration du rendement du travail. L’avion a traité à lui seul 62,6% de la superficie globale traitée/protégée. Les traitements terrestres n’ont concerné que 11 381 ha correspondant à 0,9% de la surface globale traitée/protégée.

L’efficacité des interventions réalisées par voie aérienne avec le Chlorpyrifos 240 et le Teflubenzuron 50 UL a été globalement satisfaisante bien que certains pilotes n’aient aucune expérience ni en lutte antiacridien ni en traitements UBV. Le Green Muscle TC n’a été utilisé que par voie terrestre, sur une superficie de 1 200 ha.

Un important effort a été fourni pour mettre rapidement à disposition les pesticides et biopesticides nécessaires aux opérations de lutte en effectuant à temps des commandes auprès des fournisseurs, suivant la réglementation en vigueur, et en initiant aussi l’approvisionnement par le biais de la triangulation. Aucune rupture de stock n’est à déplorer.

L’opération de triangulation des pesticides est un grand succès à mettre à l’actif de la FAO puisqu’elle a permis de mobiliser rapidement 230 000 litres de pesticides (Chlorpyrifos 240 UL), record jamais égalé dans ce genre d’opérations. Cela a par la même occasion permis de limiter les risques environnementaux associés à leur stockage (et à leur élimination en cas de non utilisation) dans les pays détenteurs de grands stocks. Sur le plan financier, l’opération a permis d’économiser l’équivalent de plus de 1 million d’USD en évitant l’achat de nouvelles quantités de pesticides.

Aucun impact négatif sur la santé humaine ni sur l’environnement n’a été mis en évidence.

La campagne a certes permis de freiner la dynamique des populations du Criquet migrateur en réduisant fortement les effectifs de ce ravageur mais il subsiste encore bien évidemment des populations résiduelles non négligeables sous forme de groupes ou petits essaims comme de populations diffuses qui risquent de constituer un véritable inoculum capable d’engendrer une nouvelle explosion démographique des populations dès le début de la prochaine saison des pluies.

L’effort consenti durant la première campagne doit donc être poursuivi pour réussir la seconde campagne qui se veut décisive vers un retour à la rémission. L’atteinte de cet objectif est tributaire du financement des campagnes 2014/2015 et 2015/2016 qu’il y a lieu d’assurer.

Share this page