FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

Dates de sortie mensuelle pour 2018 : 1 février, 1 mars, 5 avril, 3 mai, 7 juin, 5 juillet, 6 septembre, 4 octobre, 1 novembre, 6 décembre.

Des récoltes exceptionnelles tirent l’offre mondiale de céréales vers le haut en 2017-2018

Date de publication: 07/12/2017

Suite à une nouvelle révision à la hausse, ce mois-ci, des prévisions concernant la production mondiale de céréales pour 2017, l’offre mondiale de céréales pour la saison 2017-2018 devrait augmenter pour atteindre un niveau record de près de 3,331 milliards de tonnes. L’utilisation mondiale des céréales en 2017-2018 est également à la hausse (1,2 pour cent) par rapport à la campagne précédente, mais les stocks mondiaux de céréales devraient grimper progressivement pour la cinquième campagne consécutive et atteindre un niveau record de près de 726 millions de tonnes. Le rapport stocks/utilisation devrait donc atteindre son plus haut niveau depuis 2001-2002. 

Les prévisions de la FAO concernant la production de céréales nettement revues à la hausse

• Les estimations de la FAO indiquent que la production mondiale de céréales en 2017 devrait s'établir à 2,627 milliards de tonnes, soit 16,8 millions de tonnes (0,6 pour cent) de plus que l’année dernière. Cette hausse s’explique par l’importante réévaluation de 13,4 millions de tonnes réalisée ce mois-ci.

• La dernière révision concerne principalement les céréales secondaires, dont la production en 2017 devrait s’établir à 1,371 milliard de tonnes, soit une hausse de près de 24 millions de tonnes (1,8 pour cent) par rapport à 2016 et environ 11 millions de tonnes de plus que ce qui était prévu en novembre. L’augmentation par rapport au mois de novembre est principalement due à une hausse du volume estimatif de la production de maïs aux États-Unis – suite à une révision des rendements à la hausse – et en Indonésie – où la production est désormais estimée à un niveau record, en raison d’une importante expansion des plantations. Ces hausses ont plus que compensé la baisse de production de maïs en Ukraine.

• La production mondiale de blé en 2017 a également été revue à la hausse par rapport à novembre, quoiqu’à un degré moindre que celle des céréales secondaires, principalement en raison d’une production plus élevée que prévue dans l’Union européenne, qui fait plus que compenser la baisse de production en Argentine. On prévoit actuellement que la production mondiale de blé pour cette année s’établira à 754,8 millions de tonnes, soit 1 pour cent de moins qu’en 2016.

• La production mondiale de riz en 2017 devrait s’établir à 500,8 millions de tonnes, légèrement en dessous du niveau record de 2016 et des prévisions de novembre. Des informations indiquant une augmentation des pertes de récoltes dues aux conditions météorologiques ont entraîné une baisse des prévisions de production au Bangladesh et à Madagascar, mais cette tendance a été en grande partie compensée par une amélioration des perspectives de récolte au Myanmar, au Pakistan et aux Philippines. 

L’utilisation mondiale des céréales revue à la hausse

• L’utilisation mondiale des céréales devrait s’établir à 2,599 milliards de tonnes, soit environ 31 millions de tonnes (1,2 pour cent) de plus qu’en 2016-2017 et 6,4 millions de tonnes de plus que prévu en novembre. L’augmentation par rapport au mois dernier s’explique principalement par l’ajustement à la hausse de la consommation globale de céréales secondaires.

• Les prévisions concernant l’utilisation totale de céréales secondaires en 2017-2018 ont été relevées de près de 5 millions de tonnes, principalement en raison de la révision à la hausse de l’utilisation de maïs dans l’alimentation animale. En raison d’une offre importante et de la faiblesse des prix, l’utilisation totale de maïs pour l’alimentation animale en 2017-2018 s'établit désormais à 592 millions de tonnes, soit 4 millions de tonnes de plus que ce qui était prévu en novembre et près de 14 millions de tonnes (2,3 pour cent) de plus qu’en 2016-2017.

• L’utilisation de blé en 2017-2018 devrait atteindre 740 millions de tonnes, en légère hausse par rapport aux prévisions du mois dernier et en augmentation de 6 millions de tonnes (0,8 pour cent) par rapport aux estimations pour 2016-2017. La consommation alimentaire de blé devrait progresser de 1,1 pour cent et atteindre le chiffre record de 504 millions de tonnes.

• L'utilisation mondiale de riz devrait connaître une hausse de 1 pour cent en 2017-2018 et atteindre 503 millions de tonnes. L’utilisation alimentaire devrait soutenir la croissance, tandis que des disponibilités quelque peu limitées devraient entraîner un fléchissement des autres utilisations finales durant toute la campagne.

Les stocks de céréales battent le record de l’année dernière

• Les stocks mondiaux de céréales devraient atteindre un nouveau record de 726 millions de tonnes, soit une hausse de 22 millions de tonnes (3 pour cent) par rapport à des niveaux d’ouverture déjà élevés et 7 millions de tonnes de plus que ce qui était prévu en novembre. À ce niveau, le rapport stocks-utilisation de céréales au niveau mondial devrait s’établir à 27,3 pour cent, en légère hausse par rapport à 2016-2017 et au plus haut depuis 2001-2002.

• Les stocks mondiaux de blé (clôture en 2018) devraient atteindre un niveau record de 257 millions de tonnes, en légère baisse par rapport aux prévisions de novembre, mais encore 13 millions de tonnes (5 pour cent) au-dessus de leurs niveaux d’ouverture, qui étaient déjà élevés. Cette forte progression par rapport à 2016-2017 s’explique principalement par l’accumulation importante des stocks en Chine et en Fédération de Russie, qui fait plus que compenser les prélèvements en Amérique du Nord.

• Les prévisions concernant les stocks de céréales secondaires (clôture en 2018) ont été portées au niveau record de 299 millions de tonnes, soit une hausse de 7 millions de tonnes par rapport à novembre. Cette hausse par rapport au mois dernier s’explique par une augmentation des stocks de maïs plus importante que prévue, en particulier aux États-Unis.

• En raison de reports de stocks plus importants que prévus au Bangladesh, en Inde et au Vietnam, les prévisions de la FAO concernant les stocks mondiaux de riz en 2018 ont été relevées de près de 1,0 million de tonnes, pour atteindre 170,2 millions de tonnes. À ce niveau, les reports mondiaux de stocks devraient progresser de 0,6 pour cent par rapport à leurs niveaux d’ouverture, car les accumulations constantes en Chine (continentale) devraient plus que compenser les prélèvements dans les principaux pays exportateurs de riz.

Les échanges mondiaux de céréales en 2017-2018 à un niveau quasiment égal à celui de 2016‑2017

• Les échanges mondiaux de l’ensemble des céréales en 2017-2018 devraient avoisiner les 404 millions de tonnes, un volume quasiment égal à celui du record de la saison précédente, l’augmentation des échanges mondiaux de maïs et de riz compensant la baisse des exportations d’orge et de blé.

• Les échanges mondiaux de blé en 2017-2018 (juillet/juin) devraient atteindre 175 millions de tonnes, soit une baisse de 2 millions de tonnes (1,1 pour cent) par rapport à 2016-2017, les nets reculs prévus en Chine, en Inde et au Maroc faisant plus que compenser l’augmentation des importations dans plusieurs pays.

• Les échanges mondiaux de céréales secondaires en 2017-2018 (juillet/juin) devraient s’établir juste au-dessus de 182 millions de tonnes, en légère baisse par rapport à novembre, mais toujours en hausse de 2,5 millions de tonnes (1,4 pour cent) par rapport à 2016-2017. Ce recul par rapport au mois dernier s’explique par un léger ajustement à la baisse des échanges d’orge et de maïs.

• Les échanges mondiaux de riz en 2018 devraient désormais s’établir à 46,2 millions de tonnes, en progression par rapport à la prévision de 45,9 millions de tonnes pour 2017, qui avait déjà été revue à la hausse. La révision des perspectives concernant les échanges pour ces deux années s’explique principalement par le relèvement des prévisions concernant les exportations de la Chine (continentale), du Myanmar et, dans une moindre mesure, de l’Inde.

Tableaux récapitulatives

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.