Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

Dates de sortie mensuelle pour 2020: 6 février, 5 mars, 2 avril, 7 mai, 4 juin, 2 juillet, 3 septembre, 8 octobre, 5 novembre, 3 décembre.

La production de céréales dans le monde devrait atteindre un niveau record et porter le rapport stocks/utilisation à son plus haut niveau en vingt ans

Date de publication: 02/07/2020

Les prévisions de la FAO concernant la production de céréales dans le monde en 2020 ont été révisées à la hausse (+ 9,3 millions de tonnes) ce mois-ci. Elles s’établissent désormais à près de 2 790 millions de tonnes et la production mondiale devrait dépasser de 3,0 pour cent (81,3 millions de tonnes) le record atteint en 2019. La production mondiale de blé est estimée à 761,5 millions de tonnes, soit 3,2 millions de tonnes de plus par rapport au mois précédent et un résultat équivalent à celui de l’année dernière, qui était supérieur à la moyenne. L’augmentation est due en grande partie à une révision à la hausse des prévisions relatives à la production de blé en Australie (+ 5,5 millions de tonnes), qui s’explique principalement par l’amélioration des perspectives de rendement due à de fortes précipitations antérieures et des prévisions météorologiques favorables pour le reste de la campagne. Ces facteurs, combinés à des superficies emblavées plus importantes que prévu initialement, devraient entraîner un rebond plus net de la production en 2020, qui contrasterait avec les récoltes réduites des deux années précédentes, dues à la sécheresse. Les prévisions relatives à la production de blé ont également été relevées pour l’Inde (+ 2,2 millions de tonnes), compte tenu de données officielles récentes faisant état d’une augmentation des superficies ensemencées et des rendements, et pour la Fédération de Russie, où des conditions climatiques favorables devraient doper les rendements et entraîner une hausse des perspectives de production (+ 2,0 millions de tonnes). Ces augmentations ont plus que compensé la contraction de la production de blé prévue dans l’Union européenne (UE) (- 5,5 millions de tonnes) et au Royaume-Uni (- 1,5 million de tonnes) du fait de la baisse attendue des rendements. Les prévisions relatives à la production mondiale de céréales secondaires en 2020 ont également été relevées et portées à 1 519 millions de tonnes, soit une augmentation de 5,7 millions de tonnes par rapport au mois précédent et de 5,0 pour cent (73,0 millions) par rapport à 2019. La révision à la hausse est principalement due à une production d’orge plus abondante en Australie, dans l’UE et en Turquie. Dans une moindre mesure, les prévisions relatives à la production mondiale de maïs ont aussi été revues à la hausse par rapport au mois précédent. L’ajustement tient compte des faibles augmentations enregistrées dans l’UE, où les pluies récentes qui ont succédé à plusieurs semaines de temps sec ont profité aux cultures, en particulier dans le sud de la France et le nord de l’Italie. De même, la production brésilienne de maïs a été réévaluée. Elle dépasserait désormais légèrement celle de l’année précédente et atteindrait un niveau record. Les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de riz pour 2020 s’établissent à 509,2 millions de tonnes, soit une augmentation de 1,7 pour cent par rapport à 2019 et 400 000 tonnes de plus que les prévisions de juin. La légère révision à la hausse est due principalement à l’amélioration des perspectives pour les pays d’Amérique du Sud, où des conditions météorologiques favorables ont porté les prévisions de rendement à des sommets historiques et laissent présager une reprise partielle de la production par rapport à la récolte réduite de l’an dernier.

Les prévisions concernant l’utilisation mondiale des céréales en 2020-2021 ont également été relevées et portées à 2 735 millions de tonnes, soit un peu plus de 43 millions de tonnes (1,6 pour cent) de plus que le niveau de 2019-2020. La révision à la hausse de ce mois-ci découle principalement d’une augmentation des prévisions d’utilisation des céréales secondaires de près de 3,0 millions de tonnes, qui s’explique par une reprise de l’utilisation dans l’alimentation animale et à des fins industrielles par rapport aux prévisions antérieures. L’utilisation totale de céréales secondaires en 2020-2021 devrait atteindre un niveau record de 1 471 millions de tonnes, soit une progression de 2,7 pour cent (38 millions de tonnes) par rapport à 2019-2020, les États-Unis représentant près de 40 pour cent (14,4 millions de tonnes) de l’augmentation prévue d’une année sur l’autre et la Chine plus de 20 pour cent (9 millions de tonnes). L’utilisation mondiale du riz devrait également atteindre un nouveau sommet de 510,4 millions de tonnes en 2020-2021, ce qui représente une hausse de 1,6 pour cent par rapport à 2019-2020 due à l’augmentation de la consommation alimentaire. En revanche, il est prévu que l’utilisation mondiale de blé en 2020-2021 recule légèrement (0,4 pour cent) par rapport au niveau de 2019-2020, principalement sous l’effet d’une contraction attendue de la demande dans le secteur de l’alimentation animale et d’une baisse de l’utilisation industrielle.

Les prévisions de la FAO concernant les stocks mondiaux de céréales d’ici la fin de l’année 2021 ont été relevées de 2 millions de tonnes par rapport au mois précédent et s’établissent à 929 millions de tonnes, ce qui représente une forte expansion d’une année sur l’autre, de l’ordre de 52,3 millions de tonnes (6,0 pour cent). À ce niveau, le rapport entre les stocks mondiaux de céréales et leur utilisation en 2020‑2021 atteindrait 33,0 pour cent, son plus haut niveau en vingt ans, ce qui indique une situation confortable au niveau de l’offre pour la nouvelle campagne. L’accroissement de l’offre de blé, qui est due à l’amélioration des perspectives de production dans plusieurs pays, a entraîné une nouvelle révision à la hausse des stocks de blé en 2020-2021, qui devraient atteindre près de 284 millions de tonnes, en hausse de près de 9 millions de tonnes (3,2 pour cent) par rapport aux niveaux d’ouverture, mais toujours en dessous du niveau record enregistré en 2017-2018. La progression d’une année sur l’autre serait principalement due à la Chine, où les stocks devraient atteindre un nouveau record de 138 millions de tonnes, soit près de 11 millions de tonnes de plus que leur niveau d’ouverture, et plus que compenser les baisses prévues dans l’UE et aux États-Unis d’Amérique. Par rapport au blé, les stocks de céréales secondaires devraient croître encore davantage en 2020-2021, soit près de 45 millions de tonnes (10,8 pour cent) de plus, en raison des fortes augmentations prévues des stocks de maïs et d’orge. Le gonflement prévu des stocks de maïs est principalement concentré aux États-Unis d’Amérique, tandis que l’on s’attend à une accumulation des stocks d’orge en Australie et dans l’UE. Les stocks mondiaux de riz devraient atteindre 182,2 millions de tonnes à la fin de 2020-2021, soit 0,7 pour cent de moins que leurs niveaux d’ouverture et un niveau pratiquement inchangé par rapport aux prévisions antérieures. Une grande partie de la diminution devrait se produire en Chine, où l’on prévoit néanmoins une récolte importante en 2020, ce qui maintiendra les stocks à des niveaux abondants. Cette situation, conjuguée aux réductions prévues au Bangladesh et en Indonésie, compensera vraisemblablement une troisième augmentation annuelle consécutive des stocks détenus par les principaux exportateurs de riz.

Les dernières prévisions de la FAO concernant les échanges mondiaux de céréales en 2020-2021 s’élèvent à 435,0 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation de 9,0 millions de tonnes (2,1 pour cent) par rapport au volume de 2019-2020 et un nouveau record. À près de 209 millions de tonnes, les échanges de céréales secondaires en 2020-2021 (juillet/juin) devraient croître de 2,4 pour cent par rapport au niveau estimé en 2019-2020, soutenus par une demande d’importation de sorgho par la Chine qui s’annonce plus forte. Les échanges mondiaux de blé en 2020-2021 devrait atteindre un niveau record de 178,7 millions de tonnes, en hausse de 1,5 million de tonnes (un peu moins d’un pour cent) par rapport à 2019-2020, car les disponibilités exportables seraient plus importantes que prévu, en raison notamment d’un reprise vigoureuse de la production en Australie et au Canada qui fait plus que compenser la réduction des disponibilités exportables prévue dans l’UE et en Ukraine. Une relance de la demande d’importations en Afrique devrait déboucher sur une hausse des échanges de riz, qui s’établiraient à 47,6 millions de tonnes en 2021 (année civile), soit une progression de 6 pour cent par rapport à 2020 et leur plus haut niveau depuis trois ans.

Pour une analyse plus détaillée, voir le numéro de juillet des Perspectives de récolte et situation alimentaire.

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.