FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

En 2017, le bulletin sera publié aux dates suivantes: 2 février, 2 mars, 6 avril, 4 mai, 8 juin, 6 juillet, 7 septembre, 5 octobre, 2 novembre, 7 décembre.

Les perspectives restent favorables pour la production céréalière

Date de publication: 05/10/2017

Les dernières estimations pour la campagne en cours indiquent que la production céréalière mondiale devrait s’établir à un niveau record en 2017 et que le volume total des stocks devrait atteindre un nouveau sommet. 

La production mondiale de céréales devrait atteindre un nouveau record en 2017 

  • Les prévisions concernant la production mondiale de céréales en 2017 ont été légèrement relevées depuis le mois dernier et s’établissent à présent à 2,612 milliards de tonnes, soit 6,8 millions de tonnes (0,3 pour cent) au-dessus du record de 2016. L’ajustement à la hausse de ce mois-ci tient principalement à une amélioration des perspectives concernant la production de céréales secondaires et de blé, qui ont largement compensé la diminution de la production de riz.
  • On table maintenant sur une production mondiale de blé de 750,1 millions de tonnes en 2017, soit 1,4 million de tonnes (0,2 pour cent) de plus que les prévisions de septembre. La hausse est principalement due à une production plus abondante dans l’Union européenne et à un renversement de tendance dans la Fédération de Russie, où la persistance de conditions météorologiques favorables devrait accroître davantage encore les rendements de blé de printemps. Cette augmentation a plus que compensé une baisse de la production en Australie, qui a retrouvé un niveau plus normal après la récolte exceptionnelle de l'an dernier. On note par ailleurs que les semis de blé d'hiver pour la moisson de 2018 ont commencé dans l’hémisphère Nord. Dans certaines grandes régions productrices, un temps sec a ralenti les semis, et en Europe, la perspective d’obtenir des revenus plus élevés avec d’autres cultures pourrait avoir une incidence sur les semis de blé d'hiver.
  • La production mondiale de céréales secondaires devrait s’établir à 1,361 milliard de tonnes, soit 2,5 millions de tonnes (0,2 pour cent) de plus que les prévisions du mois précédent. La hausse s’explique en grande partie par une amélioration des perspectives de production de maïs en Chine et aux États-Unis, qui a largement compensé la baisse attendue de la production dans la Fédération de Russie, due à une sécheresse qui a réduit les prévisions de rendement. Les estimations relatives à la production mondiale d'orge ont également été relevées ce mois-ci car les récoltes devraient être plus abondantes dans la région de la mer Noire. Dans l'hémisphère Sud, les semis pour la prochaine campagne ont commencé en Argentine et au Brésil.
  • Les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de riz en 2017 ont été réduites de 2,7 millions de tonnes et ramenées à 500,7 millions de tonnes, soit un niveau quasiment inchangé par rapport à la production record de 2016. La plupart des ajustements à la baisse des prévisions de production de ce mois-ci concernent des pays d'Extrême-Orient, notamment l’Inde, où les effets conjugués des inondations et de la sécheresse devraient empêcher toute amélioration de la production dans la sous-région au cours de cette campagne.

L’utilisation mondiale de céréales en 2017-2018 devrait diminuer tout en restant au-dessus de son niveau de 2016-2017

  • Les prévisions de la FAO concernant l'utilisation mondiale de céréales ont été amputées de 2,3 millions de tonnes (0,1 pour cent) par rapport au mois précédent et ramenées à 2,589 milliards de tonnes, mais elles dépassent encore de 26 millions de tonnes (1,0 pour cent) leur niveau de 2016 2017. La réduction d’un mois sur l’autre s'explique en grande partie par une baisse des prévisions concernant l'utilisation du maïs et du riz, qui n’a pas été compensée par l'augmentation prévue de la consommation de blé.
  • L'utilisation mondiale de blé en 2017-2018 devrait atteindre un niveau historiquement élevé de 734 millions de tonnes, soit 0,5 pour cent (3,4 millions de tonnes) au-dessus des prévisions du mois précédent; elle est désormais supérieure de 0,3 pour cent à celles de 2016-2017. La hausse par rapport au mois dernier tient essentiellement au relèvement des prévisions pour l’utilisation industrielle, tandis que l’augmentation par rapport à 2016-2017 est due en grande partie à un accroissement prévu de 1,1 pour cent de la consommation alimentaire de blé.
  • L'utilisation totale de céréales secondaires en 2017-2018 est actuellement estimée à 1,352 milliard de tonnes, soit une baisse de 0,2 pour cent (2,0 millions de tonnes) par rapport au mois dernier, mais elle dépasse encore de 1,4 pour cent (19 millions de tonnes) son niveau de 2016 2017. La baisse enregistrée par rapport à septembre s’explique par une réduction des prévisions relatives à l'utilisation de maïs dans l'alimentation animale en Égypte, dans la Fédération de Russie et aux États-Unis. La forte augmentation globale enregistrée par rapport à la campagne précédente reste en grande partie imputable à une demande forte et durable d’aliments pour animaux de la part du secteur de l'élevage.
  • Les prévisions de la FAO concernant l'utilisation mondiale de riz en 2017-2018 ont été réduites de 3,6 millions de tonnes depuis le mois de septembre. Elles correspondent aux perspectives moins optimistes concernant la production mondiale et font suite aux révisions successives des estimations de différents pays. Pourtant, l'utilisation mondiale de riz, qui a été révisée et portée à 502,9 millions de tonnes, devrait croître de 1,0 pour cent d’une année sur l’autre.

Les prévisions relatives aux stocks mondiaux de céréales ont de nouveau été relevées

  • Les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes qui s'achèvent en 2018 devraient atteindre le niveau record de 720,5 millions de tonnes, soit 0,2 pour cent de plus (1,3 million de tonnes) que les prévisions de septembre et 2,6 pour cent au-dessus (18 millions de tonnes) de leur niveau d'ouverture. À ce niveau, le rapport stock/utilisation de céréales en 2017 2018 se situerait autour de 27,0 pour cent, soit un niveau équivalent au rapport de 2016-2017 mais bien supérieur au creux historique de 20 pour cent enregistré il y a exactement dix ans (2007 2008).
  • Les stocks mondiaux de blé (clôture en 2018) ont peu évolué depuis le mois dernier et devraient s’établir à un niveau record de 261 millions de tonnes et dépasser ainsi de 6 pour cent (15 millions de tonnes) leur niveau d'ouverture. La forte hausse par rapport à la campagne précédente est due en grande partie aux volumes importants des stocks de la Chine (+ 19 millions de tonnes) et de la Fédération de Russie (+ 6,8 millions de tonnes). Le gonflement des stocks mondiaux de blé devrait porter le rapport stock/utilisation de blé à 34,6 pour cent, soit une hausse très nette par rapport à 2016-2017 et le plus haut niveau depuis plus de trente ans.
  • Les prévisions concernant les stocks de céréales secondaires (clôture en 2018) ont été relevées ce mois-ci pour s’établir à près de 290 millions de tonnes, soit 1,3 pour cent de plus (3,7 millions de tonnes) qu’en septembre tandis que les stocks de clôture ont enregistré une hausse de 0,8 pour cent (2,4 millions de tonnes) par rapport à leur niveau d'ouverture. Le rapport stock/utilisation de céréales secondaires devrait ainsi se situer à 20,8 pour cent, légèrement en dessous des estimations pour 2016-2017, elles-mêmes supérieures à la moyenne. L'ajustement par rapport au mois dernier est dû principalement aux révisions à la hausse des reports de maïs au Japon, qui font suite aux révisions de l'offre et de la demande de maïs dans ce pays. Cependant, l'augmentation prévue du niveau des stocks mondiaux de céréales secondaires en 2017-2018 tient essentiellement à une hausse des stocks de maïs du Brésil et de l'Afrique du Sud et à une envolée des volumes de stocks d'orge dans la Fédération de Russie.
  • Malgré une révision à la baisse de 1,7 million de tonnes depuis septembre, les stocks mondiaux du riz à la fin des campagnes 2017-2018 devraient continuer de croître de 0,5 pour cent pour s’établir à 169,5 millions de tonnes. Le gonflement continu des stocks en Chine devrait soutenir cette hausse modeste et le rapport stock-utilisation au niveau mondial ne devrait guère varier et s’établir à 33,2 pour cent en 2017-2018.

En 2017-2018, le commerce mondial devrait être proche de son niveau record

  • Les échanges mondiaux de céréales en 2017 2018 devraient s’établir à près de 403 millions de tonnes, soit un niveau légèrement inférieur aux prévisions de septembre, mais néanmoins supérieur de 0,4 pour cent (1,5 million de tonnes) à leur record historique de 2016 2017.
  • Les nouvelles prévisions relatives au commerce mondial de blé en 2017-2018 (juillet/juin) s’établissent à près de 175 millions de tonnes, un niveau presque égal au volume record de 2016 2017, car la demande d'importations devrait rester stable dans presque toutes les régions, à l'exception de l'Afrique, où le volume total des importations pourrait légèrement diminuer en raison principalement d’une diminution des achats de l'Algérie et du Maroc. Toutefois, les disponibilités exportables devraient être plus que suffisantes pour répondre à la demande mondiale, compte tenu notamment de la récolte exceptionnelle enregistrée cette année dans la Fédération de Russie, qui pourrait hisser celle-ci au premier rang des exportateurs mondiaux de blé en 2017-2018.
  • Selon les prévisions actuelles, les échanges mondiaux de céréales secondaires en 2017-2018 (juillet/juin) devraient frôler les 183 millions de tonnes; en léger repli par rapport au mois précédent, ils sont néanmoins supérieurs de 1,2 pour cent (2 millions de tonnes) aux volumes de 2016-2017. Cette hausse est due en grande partie à l’accroissement des échanges mondiaux de maïs, qui devraient augmenter de quelque 3,3 pour cent et atteindre 143 millions de tonnes, soutenus, pour l’essentiel, par des importations de maïs beaucoup plus importantes de la part de la Chine, de l'Union européenne et de la République islamique d'Iran. L'Argentine et le Brésil deviendront probablement les principaux bénéficiaires de la hausse prévue du commerce mondial de céréales secondaires en 2017-2018.
  • Suite à la légère révision à la hausse des prévisions concernant les exportations de la Chine et du Myanmar, le commerce mondial de riz en 2018 s’établit à présent à 45,2 millions de tonnes, soit une hausse de 1 pour cent d’une année sur l’autre et un volume échangé qui se situe au deuxième rang des volumes les plus importants jamais enregistrés.


Tableaux récapitulatives

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.