FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

En 2015, le bulletin sera publié aux dates suivantes: 5 février, 5 mars, 2 avril, 7 mai, 4 juin, 9 juillet, 10 septembre, 8 octobre, 5 novembre et 3 décembre.

Une production céréalière mondiale satisfaisante en 2015-2016

Date de publication: 9/7/2015

D’après les dernières prévisions de la FAO concernant la production mondiale de céréales pour 2015, celle-ci s’élèverait à 2 527 millions de tonnes, soit 1,1 pour cent (27 millions de tonnes) de moins que le record de 2014, et serait très légèrement au-dessus des prévisions du mois dernier, les estimations relatives à la production de céréales secondaires étant revues à la hausse et faisant plus que compenser la baisse des prévisions pour le riz. La réévaluation des perspectives de production de céréales secondaires repose sur une augmentation de 1 pour cent (5 millions de tonnes) de la production de maïs, qui atteindrait 1 007 millions de tonnes à la faveur de récoltes plus abondantes que prévu en Europe et en Amérique du Sud, suite à des conditions météorologiques favorables. Les estimations relatives à la production mondiale de blé pour 2015 restent inchangées par rapport à celles du mois de juin. On prévoit une production de 723 millions de tonnes, soit 1 pour cent environ (8 millions de tonnes) de moins que le record de 2014. Cette baisse en glissement annuel est la conséquence d’une diminution attendue de la production dans l’Union européenne et en Fédération de Russie, où les rendements devraient retourner à la moyenne, après les niveaux exceptionnellement élevés de l’an dernier. Les perspectives pour 2015 concernant le riz ont quant à elles continué de se détériorer durant le mois écoulé, avec une baisse de 1,2 million de tonnes, en raison de prévisions en baisse en Asie, notamment en Inde. Les prévisions concernant la production mondiale de riz s’établissent donc maintenant à 499 millions de tonnes, soit à peine 1 pour cent de plus que la production de 2014.

Les prévisions mondiales de la FAO pour 2015-2016 concernant l’utilisation des céréales ont été très légèrement relevées par rapport à juin. Le changement le plus notable concerne l’usage de maïs destiné à l’alimentation animale, qui a été revu à la hausse pour les campagnes de commercialisation 2014-2015 et 2015-2016. Estimée à 2 534 millions de tonnes, la consommation mondiale de céréales devrait progresser de 1,2 pour cent (30 millions de tonnes) par rapport aux projections de 2014-2015. Plus de la moitié de cette hausse concerne les céréales secondaires, pour lesquelles on prévoit une consommation en augmentation de 1,4 pour cent, pour un total de 1 306 millions de tonnes, cette situation s’expliquant par l’augmentation de leur utilisation fourragère, en particulier au Brésil, en Chine et aux États-Unis. Les prévisions concernant l’utilisation du riz en 2015-2016 ont été légèrement revues à la baisse depuis le mois dernier et s’établissent actuellement à 507 millions de tonnes, soit 7 millions de tonnes de plus qu’en 2014-2015, la plus grande partie de cette hausse en glissement annuel correspondant au riz destiné à l’alimentation humaine. On estime que le volume de céréales directement destinées à la consommation humaine augmentera de 1,2 pour cent (13 millions de tonnes) par rapport à 2014-2015 et que l’apport alimentaire en céréales par habitant restera stable à 152,4 kg par an.

Les prévisions de la FAO concernant les stocks mondiaux de céréales à la fin de la campagne se terminant en 2016 ont été révisées à la baisse de 3 millions de tonnes par rapport aux 631 millions de tonnes prévues précédemment, ce qui est essentiellement dû au blé. Selon les projections les plus récentes, les stocks mondiaux de céréales devraient diminuer de 2,1 pour cent (14 millions de tonnes) par rapport à un niveau d’ouverture élevé, le riz étant la principale cause de ce fléchissement. Selon les prévisions les plus récentes concernant les stocks et l’utilisation, le rapport stock/utilisation au niveau mondial devrait passer à 24,6 pour cent, soit 1 pour cent de moins qu’en 2014-2015, mais il se situera tout de même au-dessus de la moyenne. Les stocks mondiaux de blé s’établissent actuellement à 198 millions de tonnes environ. Ils sont identiques à leur niveau d’ouverture, mais ont baissé de 4 millions par rapport au mois de juin, la plus grande partie de cette diminution étant à mettre sur le compte de l’Union européenne, de l’Inde et de l’Indonésie. Quant aux céréales secondaires, les prévisions relatives aux stocks mondiaux sont légèrement plus hautes que celles du mois dernier, car les ajustements à la hausse des stocks de fin de campagne, notamment au Brésil, en Chine et en Ukraine ont été compensés par des baisses en Australie et aux États-Unis. Par rapport à l’année dernière, on attend une baisse de 2 pour cent (5 millions de tonnes) des stocks de céréales secondaires, qui devraient s’établir à 264 millions de tonnes. Bien que les prévisions mondiales concernant les stocks de report de 2016 aient été quelque peu revues à la hausse, on s’attend malgré tout à une baisse de 4 pour cent (8 millions de tonnes) par rapport à l’année dernière. Elles devraient s’établir à 169 millions de tonnes, la plus grande partie de cette baisse étant concentrée sur les principaux pays exportateurs.

Les prévisions concernant le commerce mondial de céréales pour la campagne 2015-2016 s’établissent à 358 millions de tonnes, soit 1,2 pour cent (4 millions de tonnes) de moins que les estimations pour 2014-2015, mais elles sont supérieures de 7 millions de tonnes à celles de juin, l’ajustement à la hausse étant imputable en grande partie aux céréales secondaires. Les prévisions d’échanges internationaux concernant les céréales secondaires (juillet/juin) pour 2015-2016 s’établissent à 165 millions de tonnes, soit 7 millions de tonnes de plus que prévu auparavant, mais 2 pour cent (3 millions de tonnes) en moins par rapport à la campagne précédente. La révision à la hausse des prévisions pour ce mois-ci est principalement due à la hausse des exportations de maïs de l’Argentine, de la Fédération de Russie et des États-Unis. Par ailleurs, le volume des échanges mondiaux d’orge et de sorgho a également été revu à la hausse, principalement en raison de la progression des projections d’achat de la Chine. Les prévisions d’échanges mondiaux de blé pour 2015-2016 (juillet/juin) s’établissent à 151 millions de tonnes et sont proches du niveau de la campagne précédente. Elles sont d’environ 1 million de tonnes de plus que prévu le mois dernier, compte tenu d’anticipations de ventes supérieures pour l’Union européenne, la Fédération de Russie et l’Ukraine. Les échanges de riz pour 2016 (janvier/décembre) devraient être de l’ordre de 42,1 millions de tonnes en équivalent de riz usiné, soit environ 400 000 tonnes de moins que prévu en juin, et ils seront pratiquement identiques à l’année dernière. Tous les exportateurs devraient accroître leurs livraisons en 2016, à l’exception de l’Inde, où l’on prévoit que le resserrement des disponibilités et une hausse des besoins intérieurs auront pour conséquence une contraction de 20 pour cent des exportations de riz.

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.