FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

Dates de sortie mensuelle pour 2019 : 7 février, 7 mars, 4 avril, 9 mai, 6 juin, 4 juillet, 5 septembre, 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre.

Un resserrement de l’offre de céréales en 2019-2020 principalement dû à une baisse de la production de maïs

Date de publication: 04/07/2019

Les prévisions concernant la production mondiale de céréales en 2019 s’établissent à 2,685 milliards de tonnes, niveau quasiment identique à celui du rapport précédent (juin), soit une hausse de 1,2 pour cent par rapport à 2018. Cette croissance en glissement annuel est essentiellement imputable à la hausse de la production de blé, qui devrait s’établir, selon les prévisions actuelles, à près de 771 millions de tonnes, soit une hausse de 5,6 pour cent par rapport au niveau de l’année dernière. Les dernières prévisions concernant la production mondiale de blé ont été revues à la hausse pour l’Inde, où les rendements exceptionnels attendus devraient stimuler la production et la porter à un niveau record. En revanche, les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de céréales secondaires en 2019, qui devrait s’établir à 1,398 milliard de tonnes, sont en léger recul par rapport à 2018, car la baisse de la production mondiale de maïs devrait contrebalancer largement la hausse de la production d’orge. La majeure partie de ce recul de la production de maïs devrait concerner les États-Unis, où un printemps anormalement pluvieux a retardé les semis, ce qui devrait affecter les rendements. La production globale de maïs pâtira en outre des perspectives de récoltes moins bonnes en Chine, ainsi qu’en Afrique de l’Est et en Afrique australe, que la reprise attendue en Argentine serait loin de suffire à compenser. Les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de riz (équivalent usiné) s’établissent à 516 millions de tonnes, soit un niveau quasiment identique à celui de juin et proche du niveau élevé de l’année dernière à la même période. Les baisses de production en glissement annuel qui sont prévues en Chine, au Brésil et aux États-Unis devraient être compensées par des hausses en Inde et en Thaïlande.

L’utilisation mondiale de céréales en 2019-2020 devrait très légèrement progresser par rapport à juin et, selon les prévisions actuelles, dépasser les 2,708 milliards de tonnes, soit une hausse de 1,0 pour cent par rapport à 2018-2019. L’utilisation totale de blé devrait s’établir à 758 millions de tonnes, soit une hausse de 1,5 pour cent par rapport à 2018-2019, qui s’explique principalement par l’augmentation prévue de l’utilisation alimentaire. En revanche, la croissance en glissement annuel de la consommation totale de céréales secondaires a été à nouveau abaissée et s’établit à présent à seulement 0,6 pour cent, car l’utilisation globale de maïs a été revue à la baisse ce mois-ci dans plusieurs pays, principalement au Brésil et au Mexique. L’utilisation mondiale de riz en 2019-2020 devrait s’établir à 518 millions de tonnes, soit une hausse de 1,4 pour cent par rapport à 2018-2019, à mettre en grande partie sur le compte de la consommation alimentaire en Asie et en Afrique.

Les prévisions concernant les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes se terminant en 2020 ont été légèrement revues à la baisse depuis juin et s’établissent maintenant à 828 millions de tonnes, soit 27 millions de tonnes (ou 3,2 pour cent) de moins que les niveaux d’ouverture, ce recul étant principalement imputable au maïs. Les stocks totaux de céréales secondaires devraient reculer de 9,1 pour cent et s’établir à 371 millions de tonnes en 2019-2020. Ce recul concernerait notamment les stocks de maïs, qui seraient ramenés à 311 millions de tonnes, soit une chute de pas moins de 12,4 pour cent (44 millions de tonnes) par rapport à leurs niveaux d’ouverture, essentiellement concentrée en Chine et aux États-Unis. À l’inverse, les stocks mondiaux de blé devraient progresser de 4,5 pour cent (12 millions de tonnes) en 2019-2020, sous l’effet du gonflement des greniers en Chine, dans l’Union européenne et en Fédération de Russie. En revanche, depuis le précédent rapport, la FAO a abaissé de 400 000 tonnes ses prévisions concernant les stocks mondiaux de riz en 2019-2020, qui s’établissent à présent à 179 millions de tonnes, en raison d’ajustements à la baisse des stocks aux Philippines et aux États-Unis. Les dernières prévisions indiquent que les stocks totaux de riz devraient baisser de 1,1 pour cent par rapport à leur niveau record d’ouverture. Globalement, le rapport stocks‑utilisation des céréales en 2019-2020 devrait rester à un niveau relativement élevé de 29,6 pour cent, mais celui des céréales secondaires devrait se contracter pour atteindre 24,7 pour cent, soit son plus bas niveau depuis six ans.

Les prévisions concernant les échanges mondiaux de céréales en 2019-2020 ont été légèrement revues à la hausse par rapport au mois de juin et portées à 415 millions de tonnes, soit une hausse de 2 pour cent (8,3 millions de tonnes) par rapport à 2018-2019. Cette augmentation prévue s’explique principalement par un rebond des échanges de blé qui devrait être important: ceux-ci devraient progresser de 3,9 pour cent par rapport à leur faible niveau de 2018-2019, en raison d’une potentielle hausse des exportations de l’Australie, de l’Union européenne et de la Fédération de Russie. Les échanges mondiaux de céréales secondaires devraient rester proches des niveaux estimés pour 2018‑2019, mais les importations de maïs de l’Union européenne devraient nettement reculer en glissement annuel, sous l’effet d’importants reports de la campagne 2018-2019. En ce qui concerne les exportations de maïs, le resserrement des disponibilités aux États-Unis cette saison devrait être largement compensé par une offre abondante en Amérique du Sud. Il est toujours prévu qu’en 2019 les échanges mondiaux de riz se contractent de pas moins de 3,1 pour cent, mais les prévisions provisoires de la FAO indiquent que les échanges de riz pourraient rebondir en 2020 et atteindre le record historique de 48,9 millions de tonnes.

Pour une analyse plus détaillée, voir le numéro de juillet des Perspectives de l'alimentation.

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.