FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

Dates de sortie mensuelle pour 2019 : 7 février, 7 mars, 4 avril, 9 mai, 6 juin, 4 juillet, 5 septembre, 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre.

Une augmentation de la production céréalière mondiale est en vue en 2019, avec toutefois une poursuite du léger fléchissement des stocks en 2019-2020.

Date de publication: 09/05/2019

D’après les premières estimations pour 2019, la production céréalière mondiale devrait remonter de 2,7 pour cent après avoir accusé un recul en 2018. Compte tenu de l’état des cultures déjà en terre et des semis prévus, et si les conditions météorologiques sont normales jusqu’à la fin de la campagne, la production mondiale de céréales devrait atteindre un nouveau niveau record, soit 2,722 milliards de tonnes (y compris le riz en équivalent usiné), c’est-à-dire 71 millions de tonnes de plus qu’en 2018. Si on considère les principales céréales, l’augmentation de la production céréalière serait à mettre principalement au crédit du blé, du maïs et de l’orge, dont les hausses respectives seraient de 2,5 pour cent, 2,2 pour cent et 6,1 pour cent par rapport à l’année précédente. La production mondiale de riz devrait rester en revanche proche du record historique de 2018.

L’utilisation mondiale de céréales devrait connaître une hausse de 1,5 pour cent en 2019‑2020, pour atteindre un pic à 2 722 millions de tonnes, soit exactement le volume produit. Cette expansion devrait être particulièrement prononcée pour les céréales secondaires, dont l’utilisation devrait augmenter de 1,3 pour cent par rapport à 2018‑2019, principalement en raison de la forte demande des secteurs de l’alimentation animale et des industries. La consommation alimentaire mondiale de céréales devrait également progresser d’au moins 1,1 pour cent, en raison de la poursuite de l’accroissement démographique mondial. La consommation alimentaire de riz et de blé, qui sont les deux premières denrées alimentaires de base, devrait augmenter de 1,7 et 1,0 pour cent respectivement.

Sur la foi des premières prévisions de la FAO concernant la production céréalière en 2019 et l’utilisation totale 2019‑2020, les stocks céréaliers mondiaux devraient faire l’objet d’un prélèvement négligeable, de l’ordre de 0,7 pour cent, ce qui les porterait à 847 millions de tonnes, soit le volume le plus bas depuis 2016‑2017. La contraction attendue des réserves mondiales de céréales s’explique par le faible niveau des greniers de céréales secondaires et, dans une moindre mesure, des stocks de riz. En revanche, les stocks de blé sont appelés à grossir, pour atteindre leur deuxième plus haut niveau historique. Cependant, le resserrement des stocks céréaliers ne se traduirait que par une baisse modeste du rapport stocks/utilisation de céréales au niveau mondial, qui devrait se situer à 30,1, soit son point le plus bas depuis quatre ans.

En 2019‑2020, le commerce mondial de céréales devrait atteindre un volume proche de 413 millions de tonnes, soit une progression d’à peine 0,5 pour cent (2,0 millions de tonnes) par rapport aux estimations de 2018‑2019, mais qui marquerait aussi un fléchissement de 1,9 pour cent (8 millions de tonnes) en regard du niveau record atteint en 2017‑2018. La baisse prévue s’explique essentiellement par un repli probable du commerce du maïs, alors que les perspectives concernant les échanges de la plupart des autres céréales sont positives, notamment pour le blé et le riz. Dans un contexte d’équilibre globalement bon entre l’offre et la demande pour à peu près toutes les céréales, il est probable que les cours internationaux restent tendus, au moins pendant la première moitié de la campagne 2019‑2020.

Pour une analyse plus approfondie, voir le numéro de mai du bulletin Perspectives de l’alimentation.

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.