Ukraine: la FAO intensifie son action pour aider les familles rurales et protéger la sécurité alimentaire

L’équipe présente sur le terrain a été regroupée et renforcée par l’envoi de personnel d’urgence et la FAO a déclaré qu’elle intensifiait son action

©Genya Savilov

Octobre 2017, Skvira, Ukraine : un employé de la FAO présente des grains de maïs dans une usine de transformation de céréales.

©Genya Savilov

10/03/2022

Rome - L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) intensifie rapidement ses efforts pour répondre aux besoins urgents en matière de sécurité alimentaire créés par la guerre sévissant actuellement en Ukraine. Dans un premier temps, elle mène en priorité des interventions visant à protéger les moyens d’existence des petits exploitants les plus vulnérables.

L’équipe de la FAO en Ukraine compte 81 experts: 76 membres nationaux et 5 membres internationaux. La plupart ont été réaffectés dans l’ouest du pays, dans le cadre de la coordination de l’action de l’ONU. Les procédures d’urgence en cas d’intensification de l’action de la FAO comprennent l’activation de procédures accélérées de gestion et la mise à l’échelle de la chaîne de commandement, dont la désignation d’un ou d’une responsable principal(e), épaulé(e) par un ou une gestionnaire de l’intervention d’urgence, et d’une équipe de renfort très expérimentée, envoyés par le Siège de la FAO à Rome pour se joindre à l’équipe présente sur place. La FAO et le Programme alimentaire mondial (PAM) sont à la tête du groupe humanitaire de la sécurité alimentaire mis en place en Ukraine, qui rassemble plus de 40 organisations. À ce titre, la FAO collabore actuellement avec des partenaires au Ministère de l’agriculture pour évaluer les incidences de la guerre sur le secteur et les besoins qui en découlent.

La FAO réoriente ses programmes en cours vers une intervention d’urgence, dans la lignée de son engagement de longue date envers le peuple ukrainien, tout en veillant à la sécurité de son personnel. Mme Mara Lopes, gestionnaire de l’intervention d’urgence de la FAO en Ukraine, a indiqué que les membres de son équipe étaient très motivés et prêts à accepter de nouvelles responsabilités pour répondre rapidement aux besoins des familles vulnérables d’agriculteurs dans les zones rurales.

«Nous travaillons 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour intensifier notre action. Nous sommes fermement déterminés à rester et à venir en aide à toutes les personnes touchées, en particulier aux agriculteurs et aux personnes dont les moyens d’existence sont tributaires de l’alimentation et de l’agriculture», a-t-elle affirmé.

Non seulement le conflit met en péril la sécurité alimentaire de l’Ukraine, mais il provoque également des déplacements de masse, ce qui aura probablement de profondes répercussions sur la production alimentaire et les moyens d’existence agricoles, qui sont une source de revenus essentielle dans les zones rurales du pays.

50 millions d’USD seront requis au cours des trois prochains mois

La FAO vient de demander que soit versé immédiatement un montant initial minimal de 50 millions d’USD, qui permettra d’aider jusqu’à 240 000 femmes et hommes ruraux parmi les plus vulnérables au cours des trois prochains mois et de répondre aux besoins les plus urgents des populations rurales. Au total, le groupe de la sécurité alimentaire et des moyens d’existence, codirigé par la FAO, a sollicité des fonds atteignant 183,5 millions d’USD en vue d’apporter une aide alimentaire et un appui aux moyens d’existence dans le cadre de l’appel d’urgence lancé par l’ONU.

Les fonds devraient permettre d’aider les petits agriculteurs du pays à ensemencer leurs champs, à récolter, à sauver leurs animaux d’élevage et à continuer de produire de la nourriture. Une assistance en espèces à buts multiples sera fournie pour répondre aux besoins urgents et, lorsque cela sera nécessaire et possible, sera associée à la distribution de semences, d’outils et d’autres intrants agricoles.

En janvier 2021, environ 30 pour cent de la population ukrainienne (soit 12,6 millions de personnes) vivait en milieu rural. L’agriculture occupe une place centrale dans l’économie du pays et les moyens d’existence des populations rurales et représente 9 pour cent du produit intérieur brut.

La période des semis approche

Les semaines à venir seront déterminantes, étant donné que les agriculteurs doivent préparer la terre pour y planter des semis de légumes à la mi-mars. De même, entre février et mai, ils doivent commencer à préparer la terre pour y planter du blé, de l’orge, du maïs et des tournesols. Tout doit être fait pour protéger les récoltes et les animaux d’élevage.

Les déplacements de population, les dégâts subis par les infrastructures agricoles, le manque d’intrants agricoles abordables et la perturbation des marchés et des chaînes d’approvisionnement alimentaire ont de fortes chances de nuire à la sécurité alimentaire, que ce soit à court ou à plus long terme.

Contacts

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]