Passerelle sur l’aviculture et les produits avicoles

Sélection

Au cours de ces dernières décennies, avec l'urbanisation croissante, la contribution des races commerciales à la production d’œufs et de viande se développe toujours plus rapidement, alors que les races indigènes contribuent toujours de façon importante à satisfaire la demande dans les régions rurales de la plupart des pays. 

Dans la majorité des pays en développement en zone tropicale, le principal obstacle physiologique à la bonne production de volailles commerciales est le manque de tolérance des oiseaux aux températures ambiantes élevées. La tolérance à la chaleur peut être augmentée en incorporant des gènes majeurs qui permettent de réduire le manteau de plumes des animaux. Toutefois, les lignées hautement productives qui expriment ces gènes ne sont généralement pas disponibles.

Différentes approches ont été utilisées pour améliorer la performance des souches indigènes adaptées à leur environnement, y compris le croisement et l’amélioration par le biais de back-cross avec des races améliorées et de sélection au sein de la lignée. Toutes ces approches ont cependant des limites: le croisement et le back-cross nécessitent de séparer des populations distinctes, entraînent une détérioration de la couvaison dans la descendance, ainsi qu’une baisse de l’attrait des consommateurs pour les œufs et la viande. De plus, la sélection au sein de la lignée n’est possible que sur une assez grande échelle et dans des conditions bien contrôlées.

À l'heure actuelle, les races indigènes utilisées en élevage avicole familial dans les régions rurales des pays en développement apportent une contribution importante à la conservation mondiale des ressources génétiques de la volaille. Le remplacement des races indigènes par des souches commerciales de volailles dans ces régions est préoccupant et pourrait poser une menace réelle pour les ressources génétiques avicoles.

Le saviez-vous?

  • Depuis le début des années 1960, le taux de croissance des poules de chair a doublé et le coefficient de transformation des aliments a diminué de moitié.
  • Il existe à travers le monde plus de 1 600 races de poules, 270 races de canards, 200 races d’oies et 110 races de dindons.
  • Chez les espèces aviaires, ce sont les races de poules qui sont de loin les plus menacées d'extinction.
  • Dans un certain nombre de pays en développement en Afrique et en Asie, les oiseaux indigènes représentent jusqu'à 80 pour cent de la population avicole.