Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires est une mesure de la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base. Il s’agit de la moyenne des indices des cinq groupes de produits de base, pondérée selon la part respective moyenne des exportations de chacun des groupes pour la période 2014-2016. Un article publié dans le numéro de juin 2020 des Perspectives de l’alimentation présente les modifications apportées à l’indice, à savoir la révision de la période de référence et l’élargissement du panier de produits, qui seront appliquées à partir de juillet 2020. Cet article de novembre 2013 contient des informations techniques sur les formules précédemment employées pour composer l’indice.

Dates de sortie mensuelle pour 2023: 6 janvier, 3 février, 3 mars, 7 avril, 5 mai, 2 juin, 7 juillet, 4 août, 8 septembre, 6 octobre, 3 novembre, 8 décembre.

En novembre, l’Indice FAO des prix des produits alimentaires reste à peu près stable pour le deuxième mois de suite

Date de parution: 02/12/2022

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires* a affiché une valeur moyenne de 135,7 points en novembre 2022, un niveau à peu près identique à celui d’octobre, la baisse mensuelle des indices des prix des céréales, des produits laitiers et de la viande ayant presque compensé la hausse de ceux des huiles végétales et du sucre. À ce niveau, l’indice ne se situait que légèrement au-dessus (0,3 pour cent) de sa valeur de novembre 2021.

» L’Indice FAO des prix des céréales a enregistré une valeur moyenne de 150,4 points en novembre, soit 1,9 point (1,3 pour cent) de moins qu’en octobre, mais encore 9,0 points (6,3 pour cent) de plus que sa valeur d’il y a un an. Les prix mondiaux du blé ont cédé 2,8 pour cent pendant le mois de novembre, principalement en raison du retour de la Fédération de Russie dans l’Initiative céréalière de la mer Noire et du renouvellement de l’accord, ainsi que d’une demande à l’importation limitée aux États-Unis d’Amérique due au manque de compétitivité des prix et d’une plus grande concurrence sur les marchés mondiaux du fait de la hausse des expéditions de la Fédération de Russie. Les prix internationaux des céréales secondaires se sont, eux aussi, tassés en novembre, baissant de 1,0 pour cent par rapport à octobre. Les prix du maïs ont reculé de 1,7 pour cent en glissement mensuel, eux aussi sous l’effet de l’évolution de la situation en ce qui concerne l’Initiative céréalière de la mer Noire. L’amélioration des conditions de transport sur le fleuve Mississippi aux États-Unis d’Amérique a également pesé sur les prix. Les prix internationaux du sorgho ont fléchi, de 1,2 pour cent, en novembre, tout comme ceux du maïs, tandis que ceux de l’orge ont augmenté de 2,5 pour cent. Les prix internationaux du riz ont encore progressé en novembre, de 2,3 pour cent, du fait de l’appréciation des monnaies par rapport au dollar des États-Unis chez certains fournisseurs asiatiques et d’un bon intérêt de la part des acheteurs.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 154,7 points en novembre, gagnant 3,4 points (2,3 pour cent) après sept mois consécutifs de baisse. Cette augmentation est due à la hausse des prix internationaux de l’huile de palme et de l’huile de soja, qui a plus que compensé le recul des cours de l’huile de colza et de l’huile de tournesol. Les prix internationaux de l’huile de palme ont rebondi en novembre, en raison d’un regain de la demande mondiale à l’importation, dû à la compétitivité des prix par rapport à ceux des autres huiles comestibles, et de craintes quant à une baisse du potentiel de production, au vu des précipitations excessives qui sont tombées dans certaines parties des principales régions de culture en Asie du Sud-Est. Par ailleurs, les valeurs mondiales de l’huile de soja ont légèrement progressé, principalement sous l’effet d’une demande persistante et solide de la part du secteur du biogazole, en particulier aux États-Unis d’Amérique. En revanche, les prix internationaux de l’huile de colza et de l’huile de tournesol se sont affaissés en novembre, compte tenu, respectivement, de l’offre mondiale abondante attendue et du renouvellement de l’Initiative céréalière de la mer Noire.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers a enregistré une valeur moyenne de 137,5 points en novembre, soit 1,7 point (1,2 pour cent) de moins qu’en octobre. Il s’agit de la cinquième baisse mensuelle d’affilée de l’indice, dont la valeur demeure toutefois supérieure de 11,6 points (9,2 pour cent) à celle de l’année dernière. En novembre, les cours internationaux du lait écrémé en poudre ont accusé la plus forte baisse, du fait d’un recul de la demande à l’importation, car les besoins à court terme des acheteurs étaient bien couverts et les disponibilités exportables avaient augmenté en Europe. Les prix du lait entier en poudre ont sensiblement diminué, principalement en raison d’une baisse de la demande en Chine, qui n’a que partiellement compensé une hausse des achats dans les pays de l’Asie du Sud-Est. Par ailleurs, les prix mondiaux du beurre ont fléchi, compte tenu de la faiblesse de la demande à l’importation due au niveau élevé des prix au détail et des incertitudes sur le marché concernant les achats des consommateurs dans les mois à venir. En revanche, les prix internationaux du fromage ont augmenté, du fait de la stabilité de la demande à l’importation et de disponibilités exportables moins abondantes dans les principaux pays exportateurs d’Europe de l’Ouest.

» L’Indice FAO des prix de la viande* a affiché une valeur moyenne de 117,1 points en novembre, soit 1,1 point (0,9 pour cent) de moins qu’en octobre. Il s’agit, là aussi, de la cinquième baisse mensuelle d’affilée de l’indice, dont la valeur demeure toutefois supérieure de 4,6 points (4,1 pour cent) à celle de l’année dernière. En novembre, les prix internationaux de la viande bovine ont reculé pour le cinquième mois consécutif, car les disponibilités exportables en provenance Australie, qui se sont accrues, sont venues s’ajouter à l’offre déjà élevée du Brésil, malgré une demande à l’importation restée forte en Chine. En revanche, les prix mondiaux de tous les autres types de viande ont rebondi, la plus forte hausse étant à mettre au compte des prix de la viande d’ovins, qui ont été tirés vers le haut par une solide demande à l’importation, malgré la hausse saisonnière de l’offre en provenance d’Océanie. Les prix internationaux de la viande de volaille sont également remontés, en raison d’un resserrement des disponibilités exportables au niveau mondial, sur fond de régression de la production dans de nombreux pays producteurs importants due à une intensification des épidémies de grippe aviaire. Par ailleurs, les prix de la viande porcine ont augmenté du fait de l’essor de la demande à la veille de la période de vacances qui s’annonce et des répercussions des fluctuations monétaires.

» L’Indice FAO des prix du sucre s’est établi à en moyenne à 114,3 points en novembre, soit une hausse de 5,7 points (5,2 pour cent) par rapport au mois d’octobre qui fait suite à six baisses mensuelles consécutives. Le rebond enregistré en novembre était principalement imputable à l’abondance des achats dans un contexte de resserrement de l’offre mondiale de sucre dû au retard pris dans les récoltes dans certains importants pays producteurs et au fait que l’Inde ait annoncé une réduction des quotas d’exportation de sucre. L’augmentation des prix de l’éthanol au Brésil, qui fait craindre un accroissement de l’utilisation de la canne à sucre aux fins de la production d’éthanol, a accentué la pression haussière sur les prix mondiaux du sucre. Malgré la hausse enregistrée en novembre, les cours internationaux du sucre cèdent encore 5,9 points (4,9 pour cent) par rapport à leur valeur au même mois l’année dernière, car on prévoit une offre mondiale abondante pour la campagne 2022-2023.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Pour accéder aux cours de référence de différentes denrées alimentaires de base exportées et aux prix nationaux des aliments au détail ou en gros, veuillez consulter la page de l’Outil de suivi et d’analyse des prix alimentaires (FPMA) de la FAO.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.

 


Télécharger l'ensemble des données: Excel