Élevage à l'herbe, sous-système mobile dans les espaces communautaires

Dans la majorité des cas, le déplacement des animaux suppose l'accès aux pâturages communautaires ou aux espaces ouverts.

Les systèmes d'élevage à l'herbe mobiles se caractérisent par des déplacements annuels ou saisonniers d'une partie ou de tout le groupe familial avec le bétail vers de nouveaux pâturages selon les disponibilités en eau et les ressources en fourrage. La mobilité doit être considérée comme une technique et elle est en fait le principe de base du pastoralisme. La mobilité est basée sur deux acquis techniques : l'expérience du berger et la domestication des animaux. Elle est associée à un haut degré de souplesse et à des formes de sociétés adaptées.

Il y a deux principaux types de mobilité du bétail. Le nomadisme et la transhumance.

Le concept de semi-transhumance est utilisé lorsque seule une partie du troupeau et de la famille se déplacent pour trouver des pâturages, alors que l'autre partie est sédentaire, reste sur un lieu fixe, pour traire les vaches et cultiver les champs.

Le déplacement de longue durée de la famille et des troupeaux avec l'installation dans une nouvelle région s'appelle une migration. Celle-ci peut résulter d'une décision soudaine en réponse à la sécheresse ou à des conflits, ou à une progression continue vers une région au plus fort potentiel.

Lorsque les pasteurs abandonnent la mobilité, ou si des décisionsou des incitations administratives limitent la mobilité des éleveurs, nous parlons alors de sédendarisation. Dans ce cas, le système devient un système sédentaire d'élevage à l'herbe, ou bien, si des champs sont cultivés, un système d'exploitation mixte.

[Accueil Élevage & Environnement]