FAO index page AG index page
Print this page | Close
Large scale fattening unit

Le secteur porcin et l’environnement


Avec le processus d'intensification en cours menant à des densités d'animaux élevées dans les principales zones de production, la charge environnementale croissante de la production porcine doit être prise en compte. En outre, les aspects globaux comme les émissions de gaz à effet de serre liées à la production animale reçoivent une attention grandissante. De plus en plus de personnes sont désormais sensibilisées à cette problématique au niveau international.


L’impact environnemental direct prédominant de la production porcine est lié à la production de fumier. Les technologies utilisées pour le stockage et l'utilisation du lisier de porc ont des implications sur la quantité de gaz à effet de serre émise. Un stockage approprié du fumier peut éviter les écoulements dans le voisinage direct des exploitations porcines et réduire le niveau des gaz à effet de serre produits pendant cette période. La phase de stockage de fumier peut permettre de produire des combustibles (biogaz) et contribue à faire un meilleur usage des ressources naturelles impliquées dans le cycle de production.


Le fumier peut soit accroître la fertilité du sol lorsqu'il est utilisé de façon appropriée soit mener à la dégradation des sols et de l'eau. Les zones où les densités de porcs ont augmenté sont souvent confrontées à des quantités excessives d'azote et de phosphore rejetées dans l'environnement en plus de l’accumulation dans le sol de cuivre et de zinc, qui sont présents dans l’alimentation des porcs pour améliorer leur croissance.

 

D’après l’évaluation des émissions globales de gaz à effet de serre liées à la production de porc en suivant l'approche de l’analyse du cycle de vie (ACV), la porciculture a tendance à émettre moins de gaz à effet de serre que les autres sous secteurs (ruminants).

 

Peu d'attention est accordée à l'impact positif des pratiques durables d'élevage porcin sur l'environnement. C’est le cas par exemple dans les systèmes agro-sylvo-pastoraux ou dans le secteur de l'agriculture biologique lorsque l’élevage de porcs en plein air est intégré à la rotation des cultures.