Services Ecosystémiques & Biodiversité

Services de soutien

La fourniture d'un espace de vie aux végétaux et aux animaux et la préservation de la diversité des espèces végétales et animales, constituent des «services de soutien» et sont le fondement de tous les écosystèmes et de leurs services.

L'agriculture, les forêts et la pêche sont influencées par tous les types de services écosystémiques et, à l'inverse, influent sur eux. Ci-dessous, on s'intéressera à l'interaction entre les différents systèmes de production et les divers types de services écosystémiques, selon la typologie de l'initiative Économie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB).

Habitats des espèces

Les écosystèmes fournissent un espace de vie aux végétaux et aux animaux; en outre, ils perpétuent une gamme de processus complexes qui sous-tendent les autres services écosystémiques. Certains habitats abritent un nombre exceptionnellement élevé d'espèces, ce qui les rend plus diversifiés sur le plan génétique que d'autres; on les appelle des «biodiversity hotspots» (points névralgiques de biodiversité).

Convenablement gérés et diversifiés, les écosystèmes agricoles peuvent reproduire la diversité et la complexité des écosystèmes naturels et devenir un habitat précieux pour les espèces. Un grand nombre de ces systèmes, tels que les systèmes ingénieux de riziculture du patrimoine agricole mondial, sont susceptibles de garantir à la fois des rendements élevés et une production durable.

Les herbages semi-naturels peuvent faire partie des habitats abritant une biodiversité parmi les plus riches. Ils constituent un réservoir unique d'espèces, spécialement adaptées à ces habitats ouverts. Une gestion extensive de l'élevage constitue souvent le seul moyen de préserver ces habitats qui sont menacés à la fois d'abandon (en faveur des herbages les moins productifs) et d'intensification (adoption de pratiques de gestion intensives, conversion en zones de culture). Dans certains pays, ils disparaissent à un rythme alarmant. Il faut promouvoir les pratiques de gestion durable des herbages si l'on veut sauvegarder ces écosystèmes fondamentaux.

Les écosystèmes d'eau de mer et d'eau douce sont des habitats essentiels pour des millions d'espèces aquatiques qui font l'objet d'une exploitation commerciale ou sont consommées localement (par exemple, les récifs coralliens abritent 25 pour cent des espèces aquatiques marines et constituent une précieuse source d'aliments pour plus d'un milliard de personnes de par le monde). Les principales pressions que subissent les écosystèmes aquatiques sont la destruction des habitats, la pollution et les incidences de la surpêche sur le fonctionnement des écosystèmes.

Ensemble, les forêts tropicales, tempérées et boréales offrent des habitats très divers aux végétaux, aux animaux et aux micro-organismes. Dans bon nombre des pays les plus pauvres, les forêts fournissent plus de 10 pour cent du produit intérieur brut (PIB). Malgré l'importance du rôle que jouent les forêts dans l'économie mondiale, leur gestion durable ne progresse guère et, dans beaucoup de pays en développement, déforestation et dégradation des forêts suivent leur cours.

Maintien de la diversité génétique

La diversité génétique (variété des gènes au sein des populations d'espèces et entre elles) qui permet de distinguer les différentes races et lignées, sert de base à la production de cultivars adaptés aux conditions locales et constitue une réserve de gènes pour la mise au point de cultures et d'animaux produits à des fins commerciales.

La conservation et l'utilisation de la diversité génétique peuvent donner des moyens de surmonter les stress. L'aptitude des écosystèmes agricoles à conserver ou accroître leur productivité et à s'adapter à l'évolution des conditions ambiantes est vitale du point de vue de la sécurité alimentaire de la population mondiale. La promotion de l'approche écosystémique contribue à la conservation et à l'utilisation durable des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture. Les écosystèmes naturels recèlent des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture qui revêtent une importance majeure compte tenu de leur potentiel, s'agissant d'introduire des caractères génétiques utiles dans les systèmes de production, notamment: résistance à des organismes nuisibles ou à des maladies et rendements plus élevés ou plus stables. De cette manière, la diversité génétique met à la disposition de la société un plus grand choix d'options pour relever les futurs défis.

Depuis les années 1900, jusqu'à 75 pour cent de la diversité génétique des cultures ont été perdus parce que les exploitants agricoles du monde entier ont abandonné leurs innombrables variétés et races locales pour produire des variétés à haut rendement, uniformes sur le plan génétique. Il existe de 250 000 à 300 000 espèces végétales et sur les 4 pour cent d'espèces comestibles connues, seules 150 à 200 sont exploitées. Pas plus de trois d'entre elles – le riz, le maïs et le blé – apportent près de 60 pour cent des calories et des protéines d'origine végétale consommées par les êtres humains. Il est fondamental de sauvegarder la diversité végétale si l'on veut disposer des moyens d'améliorer les régimes nutritionnels, de faciliter l'adaptation à l'évolution des conditions et de résister aux agressions externes.

À l'heure actuelle, plus de 20 pour cent des races sont recensées comme étant en voie de disparition. Ces cinq dernières années, 60 races ont disparu – soit une par mois en moyenne. Les éleveurs doivent disposer d'une vaste réserve de gènes dans laquelle puiser afin d’améliorer les caractères génétiques de leurs animaux face à l'évolution des conditions. Adaptées aux conditions locales, les races traditionnelles résistent mieux que les races exotiques aux sécheresses et aux périodes difficiles et, de ce fait, offrent fréquemment aux agriculteurs pauvres une meilleure protection contre la faim.

La biodiversité des écosystèmes aquatiques et la pêche durable peuvent contribuer au maintien de la diversité génétique dans les systèmes aquatiques, avec la mise en œuvre de stratégies de prélèvement adaptées. Les pratiques de l'aquaculture peuvent aussi avoir une incidence sur la diversité génétique aux niveaux des espèces, des communautés, de l'écosystème et des paysages. Dans le souci d'assurer le maintien de la diversité génétique, la gestion de l'aquaculture doit prévoir la constitution d'une documentation sur les ressources génétiques utilisées dans le secteur ainsi que la collecte d'informations sur les interactions avec les ressources génétiques aquatiques naturelles.

Les forêts sont parmi les réserves de diversité biologique terrestre les plus riches.