Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Глобальный форум по продовольственной безопасности и питанию
• Форум FSN

Re: The 11th WTO Ministerial Conference (MC11) and its significance for food security in Africa

Fenosoa Ratsimandrata
Fenosoa Ratsimandrata Ministère de l'Industrie et du Développement du Secteur Privé Madagascar

English translation below  

A propos de la complémentarité entre les efforts d'intégration multilatérale et régionale, un participant a envoyé un commentaire sur l'application des tarifs extérieurs communs et de mesures complémentaires pour soutenir les consommateurs au niveau régional. Un commentaire connexe concerne l'amélioration du respect des dispositions des accords régionaux ou multilatéraux au niveau national. Quelles sont, à votre avis, les lacunes à combler en termes de capacités pour que, d'une part, les pays africains respectent davantage les dispositions des accords régionaux et multilatéraux, et d'autre part, pour qu’ils renforcent leur engagement dans les négociations commerciales?

Réponse

Le problème pour les pays comme Madagascar est que beaucoup d’accords commerciaux ont été signés mais ces derniers ne profitent pas réellement au pays. Pour basculer la situation il faudrait en premier une volonté politique de la part des dirigeants pour réellement s’engager dans les différents accords commerciaux. Toutefois, l’engagement gouvernemental seul ne suffit pas, il faut également impliquer le secteur privé. A Madagascar par exemple, il existe déjà une plateforme de dialogue public-privé. Ce qu’il faut c’est de la rendre effective car ses fondements ne sont même pas encore clairement régis. Il faut ainsi veiller à ce que chacune des problématiques portées au niveau de cette plateforme soit résolues et qu’une planification des actions à mettre en œuvre soit réalisée, ce qui n’est pas encore le cas. Par ailleurs, l’implication de tous les partenaires potentiels dans cette plateforme devrait également être envisagée pour avoir un retour plus enrichi sur les stratégies à mettre en œuvre.

Si cette plateforme est réellement effective, le premier point qui devrait être discutée concerne le renforcement de la compétitivité du secteur privé malgache et l’amélioration de leur accès aux marchés extérieurs. Il faudrait ainsi une consultation publique-privée pour voir les orientations stratégiques et donc les actions à mettre en place pour favoriser les échanges commerciaux du pays avec les pays signataires des accords. Toutes les actions doivent s’articuler autour de l’amélioration de la productivité des produits concernés par les accords, en termes de quantités et de qualité. En effet, il faut que le pays assure une production suffisante et de qualité pour pouvoir honorer les accords et permettre qu’ils profitent réellement à l’Etat malgache. En ce sens, il faudrait voir ensemble les améliorations à mettre en œuvre en termes d’infrastructures (transport de marchandises, infrastructures industrielles, infrastructures d’appui, etc.), en termes de renforcement de capacités pour tous les acteurs des chaînes de valeurs concernées par les accords commerciaux (formation, suivi et accompagnement), en termes d’amélioration de la normalisation (laboratoires de référence, vulgarisation des normes internationales, techniques de contrôle et de certification internationales, etc.).

Toujours dans cette optique d’amélioration des échanges commerciales, les efforts devraient également se concentrer sur la facilitation des procédures douanières. Le fait est que les procédures de dédouanement des marchandises prennent énormément de temps à Madagascar. Ainsi, il faudrait se pencher sur les actions à mettre en œuvre pour pallier à ce problème. Mais dans l’un ou l’autre des 2 axes d’amélioration proposés, le tout est de veiller à ce qu’ils soient validés entre les secteurs publics et privés et qu’il n’y ait pas de décisions unilatérales.

***

In relation to the synergy between the multilateral and regional integration efforts, one of the participants sent a commentary on the application of common external tariffs and complementary measures to support consumers at regional level. A related commentary is concerned with the improvement of respect for the provisions of regional or multilateral agreements at national level. What are, in your opinion, the weaknesses to be overcome in terms of capacities so that, on one hand, African countries have more respect for the provisions of regional and multilateral agreements, and on the other, they reinforce their involvement in commercial negotiations?

Response

The problem for countries like Madagascar is that many commercial agreements have been signed but they do not really benefit the country. To transform the situation, firstly, there should exist a political will on the part of the leaders to commit themselves fully to the different commercial agreements. Nevertheless, governmental commitment alone is not enough the private sector should also be involved. In Madagascar for example, there is already a platform for public - private dialogue. What is missing is to make it effective because its bases are not yet really clearly laid out. We must ensure that each one of the problems brought to the level of this platform is solved and that a plan of actions to be implemented is drawn up, which so far is not the case. Furthermore, the involvement of all the potential partners in this platform should equally be foreseen in order to have a more enriched feedback on the strategies to be implemented.

If this platform is really effective, the first point that should be discussed relates to the strengthening of competitiveness of the Malagasy private sector and the improvement of their access to external markets. A public-private consultation will be needed to look at strategic orientations and therefore the actions to be implemented to promote the country’s commercial trade with the countries signing the agreements. All the actions must be formulated around improving the productivity of the products affected by the agreements, in terms of quantities and quality. Indeed, it is necessary that the country ensures sufficient production and quality so as to be able to honor the agreements and ensure that they really benefit the Malagasy State. In this respect, we should jointly review the improvements to be implemented in terms of infrastructures (transport of goods, industrial infrastructure, support infrastructure, etc.); in terms of strengthening capacities of all actors in the value chains affected by the commercial agreements (training, follow-up and support); in terms of improvement of standardization (reference laboratories, common application of international norms, audit mechanisms and international certification, etc.).

Always with the aim of improving commercial trade, efforts should equally be concentrated on simplifying customs procedures. It is a fact that the process of clearing goods through customs takes an enormous amount of time in Madagascar.  Thus, we need to concentrate on the actions   required to solve this problem. But in whichever of the two lines of action proposed for solving this problem, the essential is to take care that they are validated between both the public and private sectors and that there are no unilateral decisions.