Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     
République démocratique du Congo

Année: 2005 Date de révision: -- Type de révision: --

Rapport régional: Rapport sur l'eau 29, 2005

Version PDF:

Faits:

Barrages:

H2O:
(Cliquer sur la carte pour voir une carte détaillée)
Déni de responsabilité


Géographie, climat et population

La République démocratique du Congo (ex-Zaïre), située en Afrique centrale à cheval sur l’équateur, possède un territoire de 2 344 860 km2 et, après le Soudan et l’Algérie, est le troisième pays le plus grand d’Afrique. Elle est semi-enclavée, avec un littoral de moins de 100 km sur l’océan Atlantique. Onze provinces la composent et elle partage ses frontières avec neuf pays: au nord la République centrafricaine et le Soudan, à l’est, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie, au sud, l’Angola et la Zambie et, à l’ouest, la République du Congo et l’enclave du Cabinda (Angola). Elle possède 80 millions d’hectares de terres cultivables ayant un bon potentiel de fertilité. La végétation est dense et diversifiée. La moitié équatoriale du pays est couverte de forêts (125 millions d’hectares). Proche des tropiques, l’autre moitié est dominée par la savane. Les superficies cultivées en 2002 s’étendaient sur 7.8 millions d’hectares, dont 1.1 million en cultures permanentes (tableau 1).


Le pays se divise en trois zones agro-écologiques:

  • une vaste cuvette alluviale au centre, dont l’altitude s’étage entre 300 et 500 m, couvre le tiers du territoire. Sa végétation se compose de forêts équatoriales et de marais. Elle est assez peu peuplée;
  • des plateaux étagés de savane bordent cette cuvette au nord et au sud (700 - 1 200 m d’altitude), et sont plus densément peuplés;
  • les massifs montagneux volcaniques de haute altitude à l’est et au nord-est (1 500 - 5 000 m) (dans la région de Kivu) ont une densité de population très importante. Cette chaîne sépare le bassin du fleuve du Congo de celui du Nil.

Le climat est équatorial, chaud, humide au centre, et progressivement plus tropical vers le sud et le nord. La pluviométrie y est régulière et abondante (1 545 mm/an en moyenne), mais variable dans le temps et dans l’espace (de 800 à 1 800 mm). Elle permet deux cycles agricoles. La saison des pluies proprement dite, qui dure en moyenne huit mois sur 12; alterne avec une saison sèche.

La population était estimée en 2004 à environ 54.4 millions d’habitants dont 68 pour cent de ruraux (tableau 1). La densité moyenne est de 23 habitants/km2 mais avec de grandes disparités selon les régions. La croissance démographique annuelle s’élève à 3.3 pour cent. En 2001, 80 pour cent de la population vivaient en dessous du seuil de pauvreté et seulement 4 pour cent de la population active avaient un emploi. En 2000, seuls 29 pour cent des habitants en milieu rural avaient accès à l’eau potable et 83 pour cent en milieu urbain (46 pour cent à l’échelle nationale). L’espérance de vie à la naissance était de 46 ans en 2001 et le taux de prévalence VIH/SIDA de 4.9 pour cent dans la tranche d’âge de 15 à 49 ans. Enfin le taux net de scolarisation en primaire est de 33 pour cent pour les garçons et de 32 pour cent pour les filles.

Économie, agriculture et sécurité alimentaire

L’agriculture occupe une place prépondérante dans l’économie. Elle contribuait pour 58 pour cent au PIB en 2002, contre 35 pour cent en 1985 et moins de 10 pour cent dans les années 1970 (figure 1). Cette part importante du secteur agricole dans le PIB tient à une forte contraction du secteur minier et des autres branches de l’activité économique. Elle procurait près de 17 pour cent de la valeur des exportations en 1995 mais les exportations de produits de rente ont connu une diminution continue entre 1959 et 1996. Enfin, en 2002 le secteur agricole employait 61 pour cent de la population et faisait vivre 70 pour cent (39 millions d’individus) contre 63 pour cent en 2000. Avec une croissance annuelle de 2 pour cent (inférieure à la croissance démographique), l’agriculture du pays ne couvre pas les besoins alimentaires nationaux pour tous les produits. De ce fait, 11 pour cent des céréales sont importés. Le pays a recours aux importations et parfois à l’aide humanitaire pour nourrir sa population; car en milieu rural 73 pour cent de la population souffrent de malnutrition et 30 pour cent des enfants de moins de 5 ans de malnutrition chronique contre 22.4 pour cent en milieu urbain.


On distingue deux types d’agriculture: un secteur moderne constitué de grandes exploitations agricoles ou d’élevage et un secteur traditionnel de type familial, où sont cultivées des surfaces réduites suivant des techniques relativement rudimentaires. Les petites exploitations sont au nombre de 3 ou 4 millions, réparties sur 4.5 à 6 millions d’hectares, chaque ménage cultivant en moyenne 1.5 ha. Le système d’exploitation est peu productif et les rendements sont en fonction de la superficie plutôt que de la productivité de l’unité de surface. Les systèmes de production des cultures vivrières sont essentiellement pluviaux et les cultures dominantes sont les plantes à tubercules, la banane plantain, le maïs, le riz, l’arachide, le haricot, et le palmier à huile. L’exploitation agricole moderne se fonde essentiellement sur les cultures de rente (café, thé, palmier à huile, hévéa, cacao, quinquina, canne à sucre). Récemment, les zones périphériques des centres urbains ont vu se développer la production maraichère irriguée.

Ressources en eau

Le réseau hydrographique est dense. Il comprend notamment une trentaine de grandes rivières totalisant plus de 20 000 km de berges. Ces eaux débouchent dans le Congo, fleuve de 4 670 km de long avec, à l’embouchure, le deuxième débit le plus important du globe (30 000 m3 d’eau par seconde).

La République démocratique du Congo est le pays le plus arrosé du continent, avec une moyenne de ressources hydriques renouvelables internes de 900 km3/an, ce qui représente presque le quart des ressources en eau douce du continent africain (tableau 2). Ce potentiel est immense et presque entièrement inexploité.


Avec une capacité finale de 44 000 mégawatts, le barrage hydroélectrique d’Inga sur le fleuve Congo est à même de couvrir les besoins en énergie de toute l’Afrique, mais seul 650-750 mW sont produits en raison du non-fonctionnement des deux tiers des turbines.

Eaux internationales: enjeux

La République démocratique du Congo est incluse dans les bassins du fleuve Congo (ou Zaïre) avec huit autres pays: Angola, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Congo, Rwanda, Tanzanie et Zambie, et du Nil avec neuf autres pays: Burundi, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Rwanda, Soudan, Tanzanie et Ouganda. Elle est membre de l’Initiative du bassin du Nil lancée en 1999.

Utilisation de l’eau

En 2000, les prélèvements d’eau étaient estimés à 356 millions de m3, dont 112 millions pour l’agriculture (32 pour cent), 186 millions pour les usages domestiques (52 pour cent) et 58 millions pour l’industrie (16 pour cent) (tableau 3 et figure 2).




Irrigation et drainage

Le potentiel d’irrigation estimé varie de 4 à 7 millions d’hectares, incluant les petits périmètres de bas-fonds. Malgré ce potentiel très important, les périmètres aménagés ne dépassaient pas 13 500 ha en 1995. Les périmètres en maîtrise totale couvraient 10 000 ha et les zones basses équipées 500 ha. Les superficies de bas-fonds et marais non équipés représentaient alors 2 000 ha et les cultures de décrue 1 000 ha (tableau 4 et figure 3). Il ressort de la répartition par taille des périmètres en maîtrise totale/partielle qu’environ 15 pour cent sont des périmètres ayant moins de 100 ha, 2 pour cent des périmètres de 100 à 1 000 ha et 83 pour cent des périmètres ayant plus de 1 000 ha (tableau 4 et figure 4). En 2000, il était estimé que seuls 6 800 ha des superficies équipées étaient réellement irriguées.






Les systèmes d’irrigation à petite échelle avec une participation majeure des producteurs sont réputés très performants. Par ailleurs, l’horticulture et la riziculture irriguées ont un potentiel productif et rémunérateur élevé sur les sites de Pool Malebo (vaste zone inondable par les crues saisonnières et située entre Kinshasa et le fleuve Zaïre avec une potentialité de 6 000 ha) et Loma (potentialité de 400 ha), grâce à la proximité des villes de Kinshasa et de Mbanza-Ngungu (figure 5). De plus, l’irrigation et le drainage sont souvent mal maîtrisés: les champs des horticulteurs (zones urbaines et périurbaines) souffrent, suivant les saisons, aussi bien d’un excès d’eau (mauvais drainage) que de manque d’eau (eau insuffisante ou équipement d’exhaure et d’irrigation indisponible ou mal utilisé).


Le Programme national riz (PNR) a réaménagé 150 ha, y compris la réfection des canaux d’irrigation et de drainage et la dotation de matériel de pompage. Il a également réalisé l’aménagement total de 300 ha de bas-fonds dans la région de Kikwit. Sa cellule de génie rural y a effectué des études et des plans relatifs aux petits aménagements et a assisté les paysans dans la construction des périmètres. Enfin un projet d’aménagement portant sur 2 800 ha dans les marais du Pool Malebo était en voie de finalisation en 1996.

Gestion de l’eau, politiques et dispositions législatives régissant l’utilisation d’eau en agriculture

Institutions

Parmi les institutions les plus actives en matière de gestion de l’eau et des terres figurent:

  • le Ministère de l’agriculture et de l’élevage avec sa Direction du génie rural et son Service national d’hydraulique rurale (SNHR);
  • le Ministère de l’environnement, des eaux et des forêts et sa Direction des ressources en eaux (DRE) qui gère les eaux en tant qu’écosystème;
  • le Ministère du développement rural.

L’exploitation et la distribution d’eau relèvent d’une société d’État, la Régie des eaux (REGIDESO), pour le milieu urbain et du SNHR pour le milieu rural.

La recherche incombe à l’Institut national pour l’étude et la recherche agronomique (INERA), au Centre de recherche agro-alimentaire (CRAA) et au Centre de l’information environnementale (CNIE) qui cherche à apaiser les préoccupations inhérentes aux lacunes constatées dans la production, le traitement, l’analyse, la valorisation et la circulation de l’information environnementale.

Politiques et dispositions législatives

En RDC, le régime foncier est régi par la loi n°73-021 du 20 juillet 1973, modifiée et complétée par la loi n° 80-008 du 18 juillet 1980 qui fait de l’État le seul propriétaire du sol et du sous-sol. Cette loi prévoit l’accord préalable du chef du clan propriétaire avant l’entérinement par l’autorité administrative de l’attribution des terres. L’accès aux terres est très inégal, malgré leur abondance, en raison de ce droit foncier encore très fortement marqué par les coutumes qui prévoient la détention en propriété par les chefs de vastes domaines.

Environnement et santé

Les eaux sont sujettes à différentes formes de pollution:

  • la pollution liée à l’état d’insalubrité généralisé des villes;
  • la pollution complexe liée à l’activité industrielle et au transport (notamment pour les lacs, le fleuve Congo et les rivières sur des biefs navigables);
  • la pollution liée à l’activité pétrolière, notamment le long du littoral atlantique où deux entreprises exploitent le pétrole brut, et une raffinerie le pétrole brut importé.

Perspectives pour la gestion de l’eau en agriculture

Il ressort des études réalisées dans le cadre de la formulation du document national du Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA) que la maîtrise de l’eau, grâce aux aménagements hydro-agricoles des bas-fonds dans les zones situées autour de Kinshasa et dans le Bas-Congo, pourrait contribuer à combler rapidement le déficit alimentaire. Cependant, la capacité nationale d’aménagement et de mise en valeur des bas-fonds a été sérieusement affectée par les multiples crises sociopolitiques. Un nombre important de techniciens a quitté le pays, les services d’encadrement nationaux ne sont plus opérationnels et les producteurs ruraux ne bénéficient presque plus d’une assistance technique et matérielle, ce qui a provoqué l’abandon de certains périmètres aménagés. Pour la relance du sous-secteur des aménagements hydro-agricoles, il est nécessaire d’investir dans la construction de nouveaux périmètres et dans la remise en état des anciens, de renforcer la capacité locale par le biais d’une formation technique adaptée aux besoins des producteurs et des encadreurs nationaux et de mettre à disposition les intrants nécessaires à la production agricole.

Principales sources d’information

Association nationale pour l’évaluation environnementale (ANEE). 2004. République démocratique du Congo - Actes des séminaires de formation et atelier de haut niveau en évaluation environnementale.

Banque mondiale. 1988. Mémorandum sur le secteur agricole. Zaïre: vers un développement agricole soutenu. Rapport 7356-ZR.

Fonds africain de développement (FAD). 2004. République démocratique du Congo - Projet d’appui à la réhabilitation du secteur agricole et rural dans les provinces de Bandundu et Bas-Congo (PASAR). Rapport d’évaluation.

FAO. 1990. Orientations pour un schéma régional d’aménagement de l’Équateur et pré-identification de projets d’investissement. FAO/CI Rapport 98/90 TA -ZAI 39.

FAO. 2000a. République démocratique du Congo - Stratégie actualisée de développement du secteur agricole: horizon 2010.

FAO. 2000b. République démocratique du Congo - Suivi du Sommet mondial de l’alimentation - Projet de stratégie pour le développement agricole national - Horizon 2010.

FAO. 2001. Étude prospective nationale (FOSA) - République démocratique du Congo.

FAO. 2003a. Appui à la maîtrise et à la gestion de l’eau dans le cadre du PSSA, bas-fonds de Tshuenge et de Loma. TCP/DRC/2906.

FAO. 2003b. Profil des politiques et stratégies de sécurité alimentaire et de développement agricole - République démocratique du Congo.

FAO. 2004. Suivi du Sommet mondial de l’alimentation: cinq ans après - Eléments de stratégie nationale pour la sécurité alimentaire et le développement agricole - Horizon 2015 - République démocratique du Congo.

FIDA. 2003. Democratic Republic of Congo - Country strategic opportunities paper.

Ministère de l’agriculture et de l’élevage, FAO. 1999. Projet d’appui au développement de l’horticulture urbaine et périurbaine - Document de projet. Projet GCP/DRC/028/BEL.

PNUD. 2000. Projet de la République démocratique du Congo - Appui aux producteurs du secteur agricole.

PNUD, FAO. 1996. Zaïre - Renforcement du Programme national riz (PNR) - Conclusions et recommandations du projet. AG: DP/ZAI/92/001 rapport terminal.

Système commun des Nations Unies. 1999. République démocratique du Congo - Bilan commun de pays.

     
   
   
       
arrow Printer friendly version
     

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    aquastat@fao.org
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.