Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Benin

Perspectives pour la gestion de l’eau en agriculture

Les possibilités de développement de l’irrigation sont multiples: l’importance relative du potentiel hydro-agricole, qui offre d’intéressantes possibilités techniques et économiques de mise en valeur, l’existence d’une multitude de technologies endogènes utiles à faible coût et adaptées au niveau de technicité des producteurs (la pratique la plus répandue est celle consistant à irriguer manuellement les cultures par pomme d’arrosage sous pression alimentée par de petits groupes motopompes pompant l’eau de la nappe alluviale à moins de sept mètres de profondeur), et enfin une dynamique associative naissante permettront une meilleure organisation du monde paysan. Parmi les contraintes qui s’opposent à l’essor de l’irrigation, on peut citer: le faible niveau de revenu de la population et sa difficulté d’accès au crédit, la non-maîtrise des itinéraires techniques de production irriguée et l’inexistence d’un dispositif d’encadrement à la base, la pression agrodémographique excessive sur les terres au sud du pays, et l’inexistence d’infrastructures de stockage, de conservation et de transformation des produits.

«Vision Eau Bénin pour 2025» prévoit l’aménagement de 35 000 ha de terres supplémentaires par rapport aux 45 000 ha prévus (1 400 ha de périmètres irrigués avec maîtrise totale de l’eau et 1 500 ha avec maîtrise partielle de l’eau sont déjà financés). De plus, on envisage pour 2025 la construction de barrages hydro-électriques entraînant la mobilisation d’environ 4 km3 d’eau. Enfin, la décentralisation du pouvoir de l’État portera à un réajustement de la politique de gestion des ressources en eau et du cadre institutionnel actuel. En effet, elle attribue d’importants rôles décisionnels aux communautés locales en matière de gestion des ressources naturelles. L’eau ne sera vraisemblablement pas un facteur limitant pour le développement de l’irrigation et socioéconomique du pays dans le court et le moyen terme. Le défi majeur que devra relever le pays consiste dans la conservation de cet important atout et la réalisation d’une bonne planification et d’une gestion intégrée et durable des ressources en eau disponibles.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.