Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Côte d'Ivoire

Perspectives pour la gestion de l’eau en agriculture

Pour remédier aux déficits chroniques alimentaires, a été prévue l’exécution d’un programme triennal (2000-2002) comprenant un important volet relatif à la maîtrise de l’eau et de l’irrigation. L’accentuation du déficit hydraulique sur l’ensemble du territoire, conjuguée à l’irrégularité croissante de la pluviométrie constatée lors de ces dernières campagnes agricoles, a amené le gouvernement à mettre en œuvre un programme d’investissement en infrastructures de maîtrise de l’eau concourant au développement de l’irrigation. Ce programme vise la réalisation sur une dizaine d’années de 50 000 nouveaux hectares sous irrigation, toutes spéculations vivrières confondues. Diverses technologies adaptées aux conditions du milieu seront utilisées, notamment la prise au fil de l’eau, le forage, les petits barrages collinaires, et les stations de pompage. L’accent sera mis notamment sur le développement de la petite irrigation privée. La stratégie du secteur agricole propose, quant à elle, de réaliser, d’ici l’an 2010, 350 000 ha de bas-fonds rizicoles améliorés, 25 000 ha de riziculture irriguée en maîtrise totale de l’eau et 10 000 ha de petite irrigation (maraîchage) pour un coût total de l’ordre de 500 millions de dollars EU.

Pour assurer l’efficacité de la gestion des ressources en eau il sera procédé à une réforme institutionnelle qui se traduira par la création d’agences de bassin qui géreront la ressource en eau par bassin versant. Le regroupement se fera autour de trois délégations de régions hydrauliques épousant les aires géographiques des trois grands bassins hydrologiques (Comoé-Agnéby, Bandama-Boubo, Cavally-Sassandra). Treize districts hydrauliques correspondant aux sous-bassins des trois grands bassins versants hydrologiques sont proposés. Le cadre institutionnel de gestion pourrait s’organiser autour de trois entités:

  • une Autorité de l’eau assumant les prérogatives de l’administration;
  • une Agence de l’eau dotée de l’autonomie de gestion et placée sous la tutelle de l’Autorité de l’eau; elle aurait entre autres compétences celle de gérer les fonds collectés;
  • une entité consultative composée d’un conseil interministériel et d’un comité de l’eau.

En outre, il est prévu de mettre en place une assiette de redevances pour optimiser l’exploitation économique de la ressource en eau.

Ces réformes devraient permettre de lever les deux contraintes qui s’opposent au développement de la petite irrigation:

  • les appuis essentiellement productifs qui ne prennent pas suffisamment en compte l’environnement économique de l’exploitation (rentabilité, comptes d’exploitation, commercialisation et stockage), ainsi que les aspects fonciers, sociaux et environnementaux;
  • l’absence d’une structure formelle spécifique permettant aux usagers de l’eau de gérer rationnellement les systèmes collectifs de mobilisation de l’eau et d’entretenir les périmètres.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.