Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Equatorial Guinea

Géographie, climat et population

La République de Guinée équatoriale, située en Afrique occidentale, occupe une superficie de 28 050 km2. Elle partage ses frontières avec le Gabon et le Cameroun et est limitée à l’ouest par le golfe de Guinée. Le pays, qui comprend sept îles, est divisé en deux régions, l’une continentale et l’autre insulaire. La première est constituée par le territoire continental de Rio Muni (26 000 km2) et les petites îles adjacentes (Corisco, Elobey Grande et Elobey Chico). La région insulaire est formée de l’île la plus étendue, Bioko (2 000 km2), qui héberge la capitale Malabo, et de la petite île d’Annobon.

Dans la région continentale prédomine la forêt et la pêche; on y produit principalement des cultures annuelles et pérennes qui ne nécessitent pas de sols de bonne qualité. L’île de Bioko, au contraire, se caractérise par un climat, des reliefs et des sols aptes surtout à la culture du cacao, alors que la plupart de ses zones forestières, pour des raisons de conservation de la biodiversité, sont classées comme réserves non exploitables. Son territoire est très accidenté et son point le plus élevé, le Pico de Basilé, a une altitude de 3 012 m. Le potentiel de l’île de Annobon, située à environ 340 km du continent et dont le sommet culmine à 650 m, est principalement la pêche. La couche superficielle du sol est très fine, rendant difficile sa culture. Les forêts occupent environ 15 982 km2, soit 58 pour cent du pays, et constituent l’une de ses principales richesses. Les superficies cultivables occupent 850 000 ha, dont 770 000 ha se situent dans la région continentale et 80 000 ha sur l’île de Bioko. Environ 100 000 ha portent des cultures permanentes, des plantations abandonnées ou des cultures de rente (cacao, café, coco et fruitiers), et le reste étant destiné à la culture itinérante d’aliments de base (yuca, banane plantain, arachide, banane, igname, etc.). Les superficies cultivées représentaient environ 230 000 ha en 2002.

Le climat est déterminé par la proximité du pays à l’équateur, et se caractérise par des températures élevées et constantes (moyenne annuelle de 29ºC), l’abondance des pluies (2 156 mm/an en moyenne) et le haut taux d’humidité (70-99 pour cent). Les variations sont en fonction des régions:

  • Dans l’île de Bioko, le climat revêt un caractère particulier à cause de sa proximité de la mer. Les accidents de relief et les vents alizés créent de grandes différences entre le sud et le nord, et permettent de distinguer trois types de climat: i) un climat équatorial humide au-dessous de 800 m, avec des températures moyennes de 23-25ºC et des précipitations qui oscillent entre 2 000 et 2 500 mm/an; ii) un climat équatorial atténué, aux altitudes supérieures à 800 m, avec des températures moyennes supérieures à 23ºC et des précipitations de 4 000 mm/an; iii) le climat de la partie méridionale, avec des pluies oscillant entre 10 000 et 14 000 mm/an qui en font l’une des zones les plus pluvieuses de la planète.
  • La région continentale se caractérise par un climat de forêts tropicales avec des valeurs moyennes d’humidité de 80-85 pour cent, des températures au niveau de la mer de 26-27ºC, les extrêmes dépassant rarement les 35ºC et ne descendant guère au-dessous de 15ºC, et des précipitations de 1 500 mm/an dans la zone centrale qui vont en augmentant vers la côte.
  • Sur l’île de Annobon, les précipitations atteignent 1 016 mm/an avec deux saisons des pluies: avril-juin et octobre-novembre.

La population en 2004 était estimée à 507 000 habitants dont 51 pour cent de ruraux. La densité s’élevait à 18 habitants/km2 (tableau 1). La croissance démographique en 2003 était de 2.5 pour cent. L’eau potable n’était accessible qu’à 44 pour cent de la population en 2003 (45 pour cent en milieu urbain et 42 pour cent en milieu rural). L’espérance de vie à la naissance en 2003 atteignait tout juste 49 ans et 50 pour cent de la population vivaient en dessous du seuil de pauvreté en 1993 (PNUD). Le taux net de scolarisation pour la période 1996-2003 était de 61 pour cent seulement.


     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.