Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Haiti

Économie, agriculture et sécurité alimentaire

De 2000 à 2013 le produit intérieur brut (PIB) est passé de 3 665 à 8 459 millions de dollars EU. Le PIB par habitant est estimé à 820 dollars EU par an et la part de l’agriculture dans le PIB représente environ 22 pour cent du PIB total en 2013 contre 45 pour cent dans les années 70. Le secteur emploie 57 pour cent de la population active à l’échelle nationale et constitue la principale source de revenus en milieu rural. Les catastrophes naturelles périodiques accentuent la variabilité de la productivité agricole et la fragilité de l’économie dans son ensemble.

Le recensement agricole de 2008-2009 comptabilisait un peu plus d’un million d’exploitations agricoles d’une superficie moyenne de 0.93 ha. L’agriculture haïtienne est donc très morcelée, majoritairement familiale et 32.7 pour cent de la superficie cultivée est destinée à l’autosubsistance avec des cultures céréalières et vivrières comme le maïs, le riz, le sorgho, le haricot, la patate douce, le manioc, la banane plantain (MARNDR, 2013). Parmi la production destinée à la vente, certains produits sont exportés comme le café, la mangue, le cacao, le sisal, le tabac, les noix de coco, le coton. Cependant, leur production, comme celle de tous les produits agricoles en général, a accusé ces dernières décennies une baisse, résultant notamment d’une baisse aussi de la productivité et des rendements liée à la dégradation des sols (PNUE, 2010). Le cheptel national s’élève à plus de 4.6 millions de têtes, dont 45 pour cent de caprins, 24 pour cent de bovins, 23 pour cent de porcins, et 8 pour cent d’ovins (MARNDR, 2013a). L’insécurité des droits fonciers est également une forte contrainte du secteur.

La production agricole nationale assure en 2011 environ 50 pour cent de la disponibilité alimentaire (MARNDR, 2013b) qui est donc complétée par des importations commerciales (45 pour cent) et l’aide alimentaire. Au début des années 1980, ces importations ne représentaient que 19 pour cent de l’offre alimentaire. Haïti est l’un des pays où l’insécurité alimentaire est la plus forte; 51.8 pour cent de sa population est en situation de sous-alimentation chronique. Bien que cela représente une diminution de la prévalence de la sous-alimentation (elle était de 61.1 pour cent au début des années 90), le nombre absolu de personnes sous-alimentées est passé de 4.4 millions en 1990-1992 à 5.3 millions en 2012-2014, le rythme du développement n’ayant pas été suffisant pour contrebalancer la croissance démographique (FAO, 2014).

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.