Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Haiti

Ressources en eau

Haïti est divisé 7 régions hydrographiques et 30 bassins dont 3 sont subdivisées, soit 34 sous-unités au total. L’Artibonite, le plus grand bassin du pays (tableau 2), prend sa source en République dominicaine. La plupart des autres principales rivières ont leur source dans les Massifs du Nord, de la Hotte et de la Selle. Les régions du Ouest, Centre et Nord disposent du plus grand potentiel de ressources en eaux renouvelables avec environ deux-tiers des ressources nationales (DINEPA, 2008; MDE, 2001). Les débits en eau des rivières se caractérisent par une forte fluctuation saisonnière, en partie due aux précipitations irrégulières, mais aussi à cause de l’érosion et de la déforestation.


Les ressources en eaux souterraines sont présentes sous forme d’aquifères continus dans les plaines littorales et alluviales, dont les plus importants sont:

  • les plaines des Cayes et de Léogane, qui sont les plus riches du pays et sous-exploitées,
  • les plaines du Cul-de-sac et de Gonaïves qui font l’objet d’une exploitation anarchique et non contrôlée,
  • la Vallée de l’Artibonite et les plaines du Nord,
  • -le Plateau Central et les bandes côtières du Nord-Est disposent aussi de ressources en eau mais de moindre importance (DINEPA, 2008).

Il existe également des aquifères discontinus dans les zones à relief, mais dont les ressources sont moins importantes (MDE, 2001).

Les ressources en eau renouvelables souterraines internes sont estimées à 2 157 millions de m³/an et celles en eaux de surface à 10 850 millions de m³/an. Ainsi, la partie commune entre elles étant nulle, les ressources en eau renouvelables internes sont estimées à 13 010 millions de m³/an, ou 1 360 m³/an/habitant en 2013 (tableau 3). Les ressources en eau renouvelables totales sont estimées à 14 030 millions de m³/an du fait d’un flux en eau de surface entrant dans le pays de 1 015 millions de m³/an en provenance de la République dominicaine. L’indice de dépendance du pays est donc faible (7.24 pour cent). En revanche, il n’existe aucun flux d’eau superficielle quittant le pays ni aucun transfert d’eau souterraine.


Le plus grand lac naturel du pays est l’Étang Saumâtre ou Lac Azuei dans la plaine du Cul-de-Sac avec une superficie de 113 km². Il est entouré de marais et, comme son nom l’indique, contient de l’eau saumâtre. Il est frontalier et appelé Lago del Fondo en République dominicaine. L’étang de Miragoâne de 11 km2 est également important, mais 69 autres étangs couvrent au total environ 20 km². Près de la côte, existent des forêts de mangroves protégées par des marais. La plus importante se situe au sud de Gonaïves, 32 km de long et jusqu’à 5 km de large, mais il en existe également sur la côte nord entre Baie de l’Acul et Fort-Liberté, dans l’estuaire de l’Artibonite, dans les régions de la Grande Cayemite (péninsule sud) et Les Cayes, ainsi que sur l’Ile-à-Vache et l’Ile de Gonâve (USACE, 1999). Cependant la superficie des mangroves a beaucoup diminué ces dernières décennies, passant de 18 000 ha en 1980 à 13 700 en 2005. Les cascades, constituent une autre caractéristique hydrographique du pays: Cascade Pichon (Belle-Anse), Saut-d’Eau (Plateau Central) et Saut-Mathurine (Camp-Perrin) (PNUE, 2010).

Les barrages construits ont pour principaux objectifs la production d’hydro-électricité et le contrôle des inondations. Le plus important d’entre eux est le barrage de Péligre, construit en 1956, dont le réservoir artificiel s’étendant sur environ 30 km2 a perdu au moins 30 pour cent de sa capacité (USACE, 1999) à cause de la sédimentation. Les autres usines hydro-électriques sont bien plus petites (tableau 4) pour une puissance totale de 55 MW. Malgré la capacité hydroélectrique non négligeable du pays, l’hydro-énergie ne fournit que 5 pour cent de la demande nationale en énergie. Le bois représente la 1ère source d’énergie en fournissant 71 pour cent des besoins, ce qui est à l’origine de la déforestation. Deux autres barrages hydro-électriques sont à l’étude:

  • l’«Artibonite 4C» d’une puissance de 32 MW
  • le «Dos Bocas», également sur l’Artibonite, mais qui pourrait être binational avec une gestion commune avec la République dominicaine et qui aurait pour objectif non seulement l’énergie mais aussi l’irrigation et le contrôle des sédiments du barrage de Péligre (GEF et al, 2014).


Les eaux usées sont généralement déversées dans les collecteurs d’eaux pluviales, puis acheminées vers la mer. Il n’existe pratiquement pas de réseaux d’égouts dans le pays, y compris dans la capitale, et les moyens d’assainissement les plus communément utilisés sont la latrine familiale ou le simple trou dans la parcelle (DINEPA, 2008). Seules deux stations d’épuration des eaux usées et excrétas ont été construites dans l’urgence en 2010 pour parer à l’épidémie de choléra après le tremblement de terre et mises en fonctionnement en 2011 à Morne à Cabri et Titanyen (capacité de 900 à 1 000 m³/j au total) pour traiter les rejets en provenance de la région métropolitaine. Huit autres stations sont en cours de construction dans le pays. Il n’y existe aucune usine de désalinisation.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.