Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Madagascar

Ressources en eau

Madagascar est drainé par de nombreux fleuves et rivières se jetant soit vers l'est dans l'Océan Indien ou vers l'ouest dans le Canal de Mozambique. Tous prennent leur source dans les hautes terres centrales qui divisent l'écoulement oriental–souvent torrentiel–de l'écoulement occidental–lent et irrégulier. Les cinq principaux bassins versants sont donc naturellement divisés et sont proches des quatre grandes régions climatiques de l'île:

  • le versant nord-est et la montagne d'Ambre
  • le versant du Tsaratanana, traversant l'île d'est en ouest, au sud du versant nord-est
  • le versant est
  • le versant ouest
  • le versant sud

Les cours d'eau sont généralement temporaires dans le sud où le climat est plus sec. De manière générale, le régime des eaux est très lié à celui des précipitations. Tout retard ou irrégularité affecte l'approvisionnement en eau. Environ 1 300 lacs et lagunes sont recensés. Les plus grands lacs naturels sont Kinkony, Anketraka, Ihotry, Tsimanampetsotsa à l'ouest, Alaotra à l'est et Itasy au centre. Les principaux lacs littoraux sont concentrés à l'est, où ces lacs réunis par des canaux artificiels le long de la cote sur plus de 600 km constituent le canal des Pangalanes. Neuf sites sont listés Ramsar en 2013 pour une superficie cumulée de plus d'un million ha, dont 0.7 million ha pour les zones humides entourant le lac Alaotra et plus de 0.35 million ha pour la rivière Nosivolo et ses affluents (Ramsar, 2013).

Les eaux souterraines sont utilisées principalement dans les zones semi-arides du sud et très peu dans les zones humides orientales.

Les eaux de surface renouvelables sont évaluées à 332 000 millions m³/an pour l'ensemble du pays. Les eaux souterraines renouvelables sont estimées à 55 000 millions m³/an. Compte tenu d'une partie commune entre eaux de surface et eaux souterraines estimée à 50 000 millions m³/an, les ressources renouvelables totales seraient de 337 000 millions m³/an, soit 13 900 m³/an/habitant en 2015 (tableau 2). Madagascar étant état insulaire, les ressources en eau renouvelables externes sont nulles, de même que l'indice de dépendance. Les 13 retenues les plus importantes ont une capacité totale d'environ 493 millions de m3, dont 108 millions sont destinés à l'irrigation et 385 millions à l'hydroélectricité.


L'assainissement est rudimentaire à Antananarivo, la capitale, comme dans l'ensemble du pays. La plupart des foyers ne disposent pas d'assainissement. Le système d'assainissement est constitué de cinq stations de pompage, de 47 km de réseau d'égouts collectant les eaux usées et les refoulant sans traitement vers les marais Masay, le canal d'Andriantany, le lac Anosy pour finir dans le fleuve Ikopa, à l'aval de la ville.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.