Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Mali

Eaux internationales: enjeux

Le Mali participe aux activités de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) pour la gestion des ressources communes du fleuve Niger et de ses affluents. Neuf pays—Bénin, Burkina, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigeria et Tchad—sont membres de l’organisation créée en 1980 et se substituant à la Commission du Fleuve Niger datant de 1964. Elle se dote en 2007 d’un plan d’action de développement durable du bassin du Niger (BRL, 2007) dont les trois objectifs principaux sont : i) l’amélioration de la qualité des eaux; ii) la préservation des écosystèmes ; et iii) l’aménagement du bassin versant en privilégiant la végétalisation et les bonnes pratiques agricoles luttant contre l’érosion et l’ensablement.

Le Mali est également membre de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), gérant les eaux du bassin du Sénégal pour la production d’électricité, l’agriculture, la navigation et le maintien de l’écosystème. L’OMVS regroupe le Mali, la Mauritanie le Sénégal depuis 1972 officialisant des collaborations existantes depuis les années 1930; la Guinée a rejoint l’organisation depuis 2006. Dans le cadre des accords OMVS, la gestion du barrage de Manantali garantit un débit d’étiage minimum à la frontière entre le Mali et le Sénégal et s’assure du partage des eaux stockée entre le Mali, le Sénégal et la Mauritanie. Un schéma directeur d’aménagement du fleuve Sénégal (SDAGE) déclinant des schémas sectoriels tente de promouvoir un développement durable et concerté du bassin versant (OMVS, 2009 et 2010).

Enfin le pays est aussi membre de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) aux côtés du Burkina, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, et du Togo depuis fin 2005. L’ABN a pour objectif la consultation permanente entre les pays, la mise en place de gestion intégrée des ressources en eau et leur partage équitable, l’autorisation de développement d’infrastructures, notamment conjointes, pour le développement durable et la réduction de la pauvreté. Le Mali a élaboré, au niveau national, un schéma directeur d’aménagement et de gestion des ressources en eau du bassin du Sourou—la portion malienne du bassin de la Volta (MEE, 2012).

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.