Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Mauritania

Environnement et santé

L’expansion des aménagements a considérablement porté atteinte à la flore et à la faune de la vallée et aggravé certains conflits d’usage, accentuant par là les difficultés des autres agriculteurs et des éleveurs. Le choix de l’irrigation par submersion pourrait avoir des répercussions négatives sur l’environnement en: i) représentant un gaspillage de l’eau, ii) accélérant la détérioration des sols (diminution de la fertilité, salinisation des sols de surface en facilitant la remontée des nappes). Ces phénomènes sont amplifiés par les insuffisances au niveau du drainage. Les périodes de sécheresse successives ont fortement altéré le milieu naturel dans la vallée en: i) accélérant la mise en place des aménagements, ii) intensifiant la descente des populations et des troupeaux des zones septentrionales, iii) agissant sur le milieu et le potentiel de ressources naturelles soit directement soit par l’intermédiaire des populations, dont les pressions sur les ressources ont concerné notamment les eaux de surface et les nappes, les produits ligneux (bois de feu, charbon de bois), les pâturages et les terres de culture.

La culture irriguée a, de plus, entraîné le développement de maladies dans la vallée du fleuve où le paludisme et la schistosomiase sont endémiques. Depuis 1991, un programme national de lutte contre le dracunculose (ver de Guinée) est mis en œuvre et son impact sur la diminution du nombre de malades et de villages endémiques a été remarquable. En effet le nombre de personnes atteintes est passé de 10 000 en 1991 à 562 en 1996. L’endémie concerne sept villages dans le Gorgol et le Brakna, le Trarza étant exempt de cette maladie. Entre 1994 et 1996, le nombre de cellules endémiques est passé de 125 à 47 au Gorgol, et de 13 à 5 dans le Brakna. Le paludisme est endémique dans les wilayas de la vallée, tout comme la bilharziose. On recense pour le paludisme en 2003, 46 198 cas dans le Gorgol, 42 411 cas au Brakna, 23 024 cas au Trarza.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.