Ressources en eau

Sources d'information par pays

Fiches des ressources en eau
Section « Ressources en eau » des profils de pays
Section « Eaux Internationales : enjeux » des profils de pays
Données de la base de données *

* Les données présentées ici ne sont qu'une synthèse des données disponibles. Pour plus de détails ou pour modifier le format des données, veuillez consulter la Base de données principale AQUASTAT par pays.

Cartes mondiales sur les ressources en eau

      Ressources en eau renouvelable totales par habitant
      Part des ressources en eau renouvelable prélevée: Indicateur sur l'eau OMD
      Eau prélevée pour l'agriculture en % des ressources en eau renouvelables

Glossaire relatif aux ressources en eau

Aller au glossaire

Sujets similaires

      Bases de données géoréférencées sur les barrages
      Visualisations de flux d'eau superficielle transfrontalière        

Méthodologie d'évaluation des ressources en eau

AQUASTAT collecte des statistiques sur les ressources en eau. Ces données proviennent de références nationales et elles sont systématiquement vérifiées afin de s'assurer de la cohérence entre les définitions et entre les ensembles de pays partageant un même bassin. Afin de calculer les différents éléments des ressources en eau d'un pays, une méthode a été développée et des règles de calcul ont été établies. La méthodologie est décrite dans l'article Statistiques clés sur les ressources en eau dans AQUASTAT (en anglais. Les règles de calcul sont fournies dans les fiches des resources en eau des pays, qui peuvent être accédées à travers le menu déroulant ci-dessus.

Avec l'assistance de Jean Margat, expert en évaluation globale des ressources en eau, une analyse comparative des données disponibles sur les ressources en eau des pays est conduite à intervalles réguliers. Sur cette base, AQUASTAT compile et met à jour les meilleures estimations des principaux éléments des ressources en eau pour chaque pays.

La méthode choisie a conduit à agencer les variables de la façon suivante:

Note 1: Cliquez sur le diagramme pour l'agrandir.
Note 2: La superposition partielle entre les eaux de surface et les eaux souterraines doit être déduite de la somme de ces deux éléments.
Note 3: Le flux d'eaux superficielles sortant garanti par des traités est déduit pour obtenir les ressources en eau renouvelables extérieures totales.
Note 4: Voir le glossaire pour les définitions et les règles de calcul des variables ainsi que la terminologie utilisée dans AQUASTAT.

Ressources en eau: évolutions

Ces dernières années, des améliorations ont été apportées au mode de traitement de l'information dans AQUASTAT. La nouvelle méthodologie utilisée prévoit plusieurs nouvelles étapes permettant d'établir des notes et de vérifier les erreurs de façon plus méticuleuse. Cette évolution est due essentiellement à un suivi des points de franchissement de chaque cours d'eau d'importance internationale. Les flux en ces points sont conservés dans une base de données spécifique ù figurent également les métadonnées pertinentes, la comparaison avec les données du Centre mondial de données sur les eaux de ruissellement (GRDC), des informations sur la localisation, etc. Les données qui en sont extraites peuvent être rassemblées automatiquement dans une matrice globale des flux internationaux. Au niveau de cette matrice, les données et métadonnées peuvent être mieux évaluées et comparées aux sources nationales. Lorsque les données ont atteint un niveau de qualité acceptable, elles peuvent être transmises à la Base de données principale AQUASTAT par pays pour être publiées en ligne dans la page des résultats de la Base ainsi que dans les fichiers PDF sur les ressources en eau générés automatiquement (voir le premier menu déroulant en haut de cette page).

Visuellement, le processus ressemble à peu près à ceci, les flèches noires représentant la circulation de l'information et les flèches bleues les étapes itératives du contrôle de la qualité:

Dans le schéma ci-dessus, la Base de données par points et la Matrice constituent les éléments moteurs du processus. Autres explications:

Base de données sur les points de franchissement (1)

Données

  • Données pour chaque point de franchissement de cours d'eau important
  • Données déclarées au niveau national, si disponibles
  • Chaque rubrique de données contient les informations suivantes: Nom du cours d'eau, Pays d'origine et ISO3, Pays de destination et ISO3, Continent, Flux total, Flux garanti par des traités, Statut des frontières, Champs de métadonnées (7), Classification des cours d'eau, Icônes cartographiques, Source des données, Fichier d'analyse, Latitude, Longitude, Centre GRDC le plus proche, le cas échéant

Métadonnées

  • Jusqu'à 7 métadonnées descriptives individuelles par point

Matrice (2)

Données

  • Flux par pays
  • Valeurs totales nationales des flux ENTRANTS et SORTANTS
  • Valeurs déclarées au niveau national
  • Valeurs de la base de données AQUASTAT
  • Chacune des valeurs ci-dessus est introduite dans une matrice pour les rubriques Flux total, Flux soumis à des traités, Flux garantis par des traités, Eaux souterraines
  • De plus, les flux intérieurs sont suivis séparément (pas suivant un format matriciel), de façon spécifique: précipitations, eaux souterraines, eaux superficielles, chevauchements, ressources en eau renouvelables internes totales

Métadonnées

  • Métadonnées agrégées par pays
  • Métadonnées agrégées au niveau national
  • Métadonnées sur la base de données, à des fins de comparaison

Cette approche peut paraître à première vue inutilement complexe mais il est important de noter que les pays communiquent leurs données à des niveaux d'agrégation divers, avec des valeurs allant de l'échelle du cours d'eau à l'échelon national. Il importe avant tout de disposer d'un système permettant à AQUASTAT de stocker toutes les données et notes dans la bonne «case» et en fin de compte d'améliorer la qualité des données, de révéler davantage de métadonnées et de réduire la charge de travail pour le traitement de nouvelles données.

En outre, nous étudions actuellement, en concertation avec certains experts, la possibilité de modifier plus profondément le mode de communication des données sur les ressources hydriques dans AQUASTAT. Lorsque ces discussions seront terminées, nous publierons un rapport montrant les raisons de ce changement.



Votre accès à AQUASTAT et l'utilisation de toute information ou donnée de la base est soumis aux termes et conditions spécifiés dans le «User Agreement».