FAO.org

Accueil > Publications > sofi > L' état de l’insécurité alimentaire dans le monde

Les multiples dimensions de la sécurité alimentaire

L'édition de 2013 de L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde contient les dernières estimations de la sous-alimentation et décrit les progrès accomplis en matière de réalisation des cibles de lutte contre la faim fixées dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et lors du Sommet mondial de l'alimentation (SMA). D'après les dernières évaluations, de nouveaux progrès ont été faits en ce qui concerne la réalisation, à l'horizon 2015, de la cible visée par les OMD. Cette cible reste à la portée des régions en développement, prises dans leur ensemble, même si des écarts notables persistent entre les régions, et si des efforts supplémentaires importants et immédiats devront être consentis.

Dans l'édition de 2013, on ne se contente pas de mesurer les pénuries alimentaires. On expose un large éventail d'indicateurs visant à rendre compte des multiples dimensions de l'insécurité alimentaire, de ses tenants et de ses aboutissants. Ces indicateurs permettent de brosser un tableau plus nuancé de la situation de chaque pays au regard de la sécurité alimentaire, sur lequel peuvent s'appuyer les décideurs pour la conception et la mise en œuvre de politiques ciblées et efficaces pouvant contribuer à éradiquer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition.

Grâce à la série d'indicateurs, il est possible de décrire plus en détail les diverses expériences de six pays, et le rapport présente un bilan mitigé d'avancées et de revers. L'expérience de ces pays montre l'importance des systèmes de protection sociale et d'interventions visant à améliorer la nutrition, de politiques axées sur le renforcement de la productivité agricole et du développement rural, de la diversification des sources de revenus, ainsi que d'un engagement à long terme en faveur de l'intégration de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans les politiques et les programmes publics.

À propos de la collection

L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde sensibilise sur les problèmes liés à la faim dans le monde, analyse les causes profondes de la faim et de la malnutrition et suit les progrès accomplis en direction des objectifs de réduction de la faim fixés lors du Sommet mondial de l’alimentation en 1996 et du Sommet du Millénaire. Il vise un large public, notamment les responsables politiques, les organisations internationales, les institutions scientifiques et universitaires et les citoyens dans leur ensemble, en examinant en particulier les liens entre sécurité alimentaire, développement humain et développement économique.

Pour plus d’informations, contacter: sofi@fao.org

Messages clés

  • D'après les estimations, en 2011-2013, 842 millions de personnes dans le monde, soit près d'une personne sur huit, souffraient de faim chronique, c’est-à-dire qu’elles ne recevaient pas assez de nourriture de façon régulière pour mener une vie active. Ce chiffre est inférieur aux 868 millions de personnes dans cette situation en 2010-2012. Depuis 1990 1992, le nombre total de personnes sous-alimentées a baissé de 17 pour cent.

  • Les régions en développement prises dans leur ensemble ont enregistré des avancées considérables dans la réalisation de la cible de l'OMD 1 consacrée à la réduction de la faim. Si la baisse annuelle moyenne enregistrée ces 21 dernières années se poursuit jusqu'en 2015, la prévalence de la sous-alimentation devrait s’établir à un niveau proche de celui de la cible. Pour y parvenir, il faudrait consentir immédiatement des efforts supplémentaires considérables.

  • La croissance peut se traduire par une augmentation des revenus et une réduction de la faim, mais l'intensification de la croissance économique ne profite pas forcément à tous. Elle n’aboutit par forcément à la création d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité, sauf si on met en place des politiques qui ciblent spécialement les pauvres, notamment dans les zones rurales. Dans les pays pauvres, seule une croissance non seulement durable mais aussi largement partagée permettra de réduire la faim et la pauvreté.

  • Même si globalement la situation s’est améliorée, des écarts importants persistent entre les régions. L'Afrique subsaharienne est la région où la prévalence de la sous-alimentation reste la plus élevée, avec cependant de modestes progrès ces dernières années. L'Asie de l'Ouest ne présente aucun progrès, alors que l'Asie du sud et l'Afrique du Nord enregistrent un faible progrès. Les pays de l'Asie de l'Est et du Sud-Est, ainsi que ceux d'Amérique latine, ont quant à eux nettement revu à la baisse leurs estimations quant au nombre et à la proportion de personnes sous-alimentées.

  • La sécurité alimentaire est une question complexe. Il est plus facile de comprendre ses diverses dimensions – disponibilité, accès, utilisation et stabilité – lorsqu'elle est présentée par le biais d'une série d'indicateurs.

  • La sous-alimentation et la dénutrition peuvent coexister. Toutefois, dans certains pays, le taux de dénutrition, mesuré d’après la proportion d’enfants accusant un retard de croissance, est considérablement plus élevé que la prévalence de la sous-alimentation telle que reflétée par l’insuffisance des apports énergétiques alimentaires moyens. Dans ces pays, il est essentiel d’agir en faveur d’une meilleure nutrition si l’on veut améliorer les aspects nutritionnels de la sécurité alimentaire. Il faut mettre en place un ensemble d’interventions axées sur la sécurité alimentaire et sur l'amélioration de la nutrition dans les domaines de l'agriculture, de la santé, de l'hygiène, de l'approvisionnement en eau et de l'éducation, en ciblant tout particulièrement les femmes.

  • Il est possible de réduire la faim même en situation de pauvreté généralisée grâce à des politiques visant à augmenter la productivité agricole et les disponibilités alimentaires, notamment des politiques qui ciblent les petits exploitants. Associées à un dispositif de protection sociale et à d'autres mesures propres à augmenter le revenu dont disposent les familles pauvres pour acheter à manger, ces politiques peuvent avoir un effet encore plus important et stimuler le développement rural, en dynamisant les marchés et en suscitant la création d'emplois, rendant possible une croissance économique équitable.

  • Les envois de fonds effectués par les migrants, dont le montant au niveau mondial est devenu trois fois plus élevé que l'aide publique au développement, ont un impact non négligeable sur la pauvreté et la sécurité alimentaire. On verra dans le présent rapport que ces envois de fonds peuvent contribuer à faire reculer la pauvreté, ce qui se traduit par une réduction de la faim, de meilleurs régimes alimentaires et, en présence de politiques adaptées, une augmentation des investissements dans les exploitations agricoles.

  • S’engager sur le long terme à intégrer la sécurité alimentaire et la nutrition dans les politiques et les programmes publics est un élément clé de la réduction de la faim. Pour obtenir une réduction notable de la pauvreté et de la sous-alimentation, il est essentiel de donner à la sécurité alimentaire et à l'agriculture une place de choix dans les programmes de développement, grâce à des réformes en profondeur et à l'instauration d'un climat favorable à l'investissement, complétés par une protection sociale soutenue.

Entretien avec Pietro Gennari, Directeur, Division de de la statistique de la FAO.


Autres éditions

2013: Les multiples dimensions de la sécurité alimentaire

2012: La croissance économique est nécessaire mais elle n’est pas suffisante pour accélérer la réduction de la faim et de la malnutrition

2011: Quelles sont les conséquences de l’instabilité des cours internationaux pour l’économie et la sécurité alimentaire des pays?

2010: Combattre l’insécurité alimentaire lors des crises prolongées

2009L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde – Crises économiques: répercussions et enseignements

2008: Prix élevés des denrées alimentaires et sécurité alimentaire – Menaces et perspectives

2006: Éradiquer la faim dans le monde – Bilan 10 ans après le Sommet mondial de l’alimentation

2005: Éradiquer la faim dans le monde pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement

2004: Suivi des progrès accomplis en vue de la réalisation des Objectifs du Sommet Mondial de l’Alimentation et de la Déclaration du Millénaire

2003: Suivi des progrès accomplis en vue de la réalisation des Objectifs du Sommet mondial de l’alimentation et de la Déclaration du Millénaire

2002: L'insécurité alimentaire – la faim au quotidien et la crainte permanente de la famine

2001: L'insécurité alimentaire – La faim au quotidien et la crainte permanente de la famine

2000: L'insécurité alimentaire – La faim au quotidien et la crainte permanente de la famine

1999: L'insécurité alimentaire – La faim au quotidien et la crainte permanente de la famine