FAO.org

Accueil > Country_collector > La FAO au Tchad > Actualités > Detail
La FAO au Tchad

Lancement du projet de renforcement des capacités d’adaptation aux changements climatiques des systèmes agro-sylvo-pastoraux dans le Bassin du Lac Tchad (Lac, Kanem, Bahr El Ghazal et une partie de Hadjer-Lamis Province)

@ Estelle Madjilem
13/06/2019

Le ministère de la production, de l'irrigation et des Equipements Agricoles et la FAO ont organisé un atelier de lancement du processus de formulation du projet de renforcement des capacités d'adaptation aux changements climatiques des systèmes agro-sylvo-pastoraux dans le Bassin du Lac Tchad (Lac, Kanem, Bahr El Ghazal et une partie de Hadjer-Lamis Province).


Pour la ministre de la production, de l'irrigation et des Equipements Agricoles, Lydie BEASSEMDA « les différents documents de politiques et de stratégies sectorielles de développement du secteur rural [...] soulignent tous l'importance de protéger les ressources naturelles dans un contexte d'accentuation des phénomènes climatiques au Tchad, et la nécessité de mettre en œuvre des actions qui favorisent la sécurité alimentaire et renforcent les capacités d'adaptation des populations affectées ». Mme la ministre précise également dans ses propos qu'au Tchad, le Plan National d'Investissement du Secteur rural (PNISR) est défini comme étant l'unique cadre de coordination et de planification sectorielle pour le développement rural sur la période 2016 – 2022.


Le PNISR opérationnalise le Plan National de Développement dans les cinq domaines thématiques prioritaires du secteur rural à savoir « la gestion durable des ressources naturelles et adaptation aux changements climatiques ; le développement des infrastructures et des équipements du secteur rural ; le développement des filières agro-sylvo-pastorales et halieutiques ;la sécurité alimentaire et nutritionnelle ; genre et renforcement de la résilience des ménages ruraux et la recherche, l'adoption, la diffusion des technologies et le renforcement des capacités humaines et institutionnelles ».

L'assistance fournie par la FAO pour la formulation de ce projet entre dans le cadre du partenariat avec l'État du Tchad dans le domaine des politiques sectorielles prioritaires. Selon le Représentant de la FAO, Mansour N'DIAYE, « La phase actuelle de formulation permettra de construire un projet dont l'objectif est de renforcer les capacités de planification et de mise en œuvre au niveau local et de diversifier les systèmes de production agro-sylvo-pastoraux par l'application de l'approche Champs-Ecoles-Paysans et Champs-Ecoles-Agropasteurs.Le projet qui sera formulé aura une durée de 4 ans avec une contribution du Fonds de l'Environnement Mondial (FEM) estimé a 4 050 913 USD et un cofinancement evalué à 18 100 000 USD ».

Les problématiques importantes qui seront abordées par le projet comprennent aussi et surtout les questions de renforcement des capacités des acteurs institutionnels et la prise en compte de la dimension changement climatique dans toutes les phases de planification et de mise en œuvre du projet dans le bassin hydrologique du Lac-Tchad. Cette dimension est fondamentale car elle va mieux préparer le Tchad à s'adapter aux variations climatiques récurrentes, poursuit le Représentant de la FAO.

La FAO, partenaire traditionnel du Gouvernement, marque par sa disponibilité à continuer d'accompagner le Tchad dans cet effort visant à relever le niveau de performance du secteur agricole, sans lequel nous ne pourrons pas atteindre les objectifs de sécurité alimentaire.