Tchad

Accueil > Tchad > Actualités > Detail

Pour veiller à la qualité et à la valeur nutritive des aliments de rue, la FAO intervient dans trois pays en Afrique subsaharienne

08/04/2014

Soucieuse des difficultés rencontrées dans l’application des normes d’hygiène, de sécurité sanitaire et de qualité des aliments de rue, la FAO a élaboré un projet régional intitulé « Assurer l’approvisionnement en aliments vendus sur la voie publique sûrs et de bonne qualité pour une meilleure santé publique » pour 3 pays à savoir la Côte d’ivoire, le Mali et le Tchad.

Dans presque toutes les grandes villes de l’Afrique subsaharienne, les rues sont encombrées de vendeurs d’aliments qui sont devenus une source principale d’alimentation pour la majorité des citadins, offrant des aliments locaux et variés vendus à un prix relativement abordable, immédiatement disponibles et facilement accessibles. Mais la majorité des restaurateurs de rue se lancent dans cette activité sans connaissance préalable des normes et exigences hygiéniques. Or ces aliments présentent des risques considérables pour la santé des consommateurs s’ils ne sont pas correctement manipulés, préparés, et conservés.

Une évaluation de la restauration de rue menée entre décembre 2011 et mai 2012 par le Bureau régional de la FAO pour l’Afrique dans les capitales de la Côte d'Ivoire et du Mali a démontré qu’il est urgent d’investir dans ce secteur dans la mesure où la majorité des populations urbaines, notamment les écoliers, consomment ces aliments plusieurs fois par semaine et que les problèmes de sécurité sanitaire persistent en dépit des formations organisées. Faisant suite à cette étude, la FAO a élaboré le projet régional intitulé «Assurer l’approvisionnement en aliments vendus sur la voie publique sûrs et de bonne qualité pour une meilleure santé publique» au profit de la Côte d’ivoire, le Mali et le Tchad.

Ce projet, d’une durée de 18 mois, débutera au Tchad au courant du mois d’avril par une étude de base portant sur les aliments de rue dans la commune de N’Djaména. L’étude permettra de collecter des informations pour mettre en place des mécanismes pour améliorer la salubrité et la qualité des aliments vendus dans la rue, tout en améliorant les conditions de vie des vendeurs et en tenant compte des besoins et priorités des consommateurs.

Les autres activités du projet concerneront la formation et la sensibilisation des propriétaires des restaurants et des garrottes ainsi que les vendeurs de ces aliments. Des sessions de plaidoyers de haut niveau (Ministères et Municipalités) seront organisées et des campagnes d’octroi d’autorisations seront menées. Le projet facilitera les signatures de conventions établies entre institutions publiques et privées.