Indications Géographiques

fruit market

PROJECT: Promouvoir les indications Géographiques comme outil du développement rural durable

 

 

OBJECTIFS PRINCIPAUX

 

La mise en place de politiques de qualité spécifique adaptées aux réalités
économiques, sociales et culturelles locales, notamment en recourant
aux Indications géographiques (IG).

 

CONTEXTE

 

 

Les consommateurs exigent aujourd’hui davantage de produits de qualité
spécifique issus de démarches éthiques et durables dont l’origine et le mode
de production sont garantis. Ancienne dans les pays développés, cette
tendance croît également dans les pays émergents, notamment dans les
centres urbains. La labélisation de la qualité liée à l’origine témoigne souvent
de la préservation des ressources locales, du maintien de l’emploi en milieu
rural et de l’amélioration du revenu des petits producteurs, contribuant ainsi
à la sécurité alimentaire et au développement durable.
D’une durée initiale de deux ans mais reconduit à quatre reprises en raison
des résultats atteints, le projet visait à soutenir, sur tous les continents,
la mise en place de politiques de qualité spécifique adaptées aux réalités
économiques, sociales et culturelles locales, notamment en recourant
aux Indications géographiques (IG).

 

 

RÉALISATIONS

Le projet s’est attaché à développer et à diffuser des connaissances et
des outils adaptés. Basés sur des études de cas et des séminaires régionaux,
des outils méthodologiques pratiques et des guides de référence ont été
publiés en plusieurs langues et régulièrement actualisés. On peut notamment
citer le guide «Territoires, produits et acteurs locaux, des liens de qualité»
ainsi qu’une étude sur les impacts économiques des IG en vue de déterminer
leur contribution au développement durable. Un site internet a été créé et
déployé: il est désormais hébergé par le site internet de la FAO. Après avoir
sensibilisé les parties prenantes et renforcé les compétences en Europe de
l’Est, en Asie et en Amérique latine, le projet s’est concentré plus récemment
sur le continent africain et a apporté un appui à l’Union africaine (UA) pour
la préparation de la Stratégie continentale des indications géographiques en
Afrique.
Plusieurs pays ont bénéficié d’un accompagnement dans la définition
et
la mise en oeuvre de projets d’assistance technique financés sur d’autres
fonds (Programme de coopération technique de la FAO, Agence française
du développement AFD , Banque européenne pour la reconstruction et le
développement BERD , etc.). Les bureaux régionaux et nationaux de la FAO
ont été impliqués dans cette composante du projet et ont ainsi développé
leurs compétences dans le domaine de la labélisation liée à l’origine.
Le projet a constamment encouragé le dialogue au niveau international entre
parties prenantes (organisations internationales, organisations non
gouvernementales, experts, instituts de recherche, universités, etc.) en
soutenant notamment l’organisation de nombreux événements centrés
sur le développement des IG. Plusieurs partenariats déterminants ont ainsi
été noués, dont un plus récemment avec l’UA

 


IMPACT

 

La FAO a développé une expertise internationale reconnue sur
les approches territoriales de développement durable s’appuyant sur
les IG qui contribuent à son Cadre stratégique (Objectif stratégique 4).
De nombreux enjeux de développement ont pu être pris en compte
au travers de ces démarches comme en témoignent les diverses
collaborations sur des thèmes variés (appui à la petite agriculture,
protection des consommateurs et flexibilité des normes sanitaires, action
collective et développement de la coopération, durabilité et caractère
inclusif des filières, création d’emplois et maintien des populations
rurales, conservation de la biodiversité, préservation de l’environnement
et résilience, agritourisme et stratégies d’exportation). De telles
démarches IG mises en oeuvre dans de nombreux États peuvent, si elles
respectent l’approche recommandée par la FAO, contribuer à atteindre
les objectifs de développement durable en encourageant la mise en place
de systèmes agricoles et alimentaires plus inclusifs et plus efficaces. La
sensibilisation au niveau international, la variété et la qualité des parties
prenantes engagées et les partenariats scellés concourront à pérenniser
les acquis du projet.

 

 

ACTIVITÉS

  • Publications de dix outils de référence sur les IG et notamment du
    guide pratique « Territoires, produits et acteurs locaux, des liens de
    qualité » mis à jour et disponible en sept langues.


    Appui à l’UA pour l’établissement de la Stratégie continentale pour
    le développement des IG en Afrique et de son plan d’action en
    collaboration avec plusieurs partenaires.


    Formulation de 11 projets (notamment d’un projet régional dans
    quatre pays d’Asie financé à hauteur de 1,8 million d’USD par l’AFD).


    Coordination directe de 27 projets/activités d’assistance technique
    sur la qualité liée à l’origine dans toutes les régions du monde.


    Co organisation de 14 activités internationales avec les
    administrations nationales et les acteurs engagés dans la promotion
    des IG et de la propriété intellectuelle (forums, conférences,
    séminaires, etc.).


    Effet levier dans d’autres divisions de la FAO: neuf projets mis en
    oeuvre par le Centre d’investissement en collaboration avec la BERD
    (4,1 millions d’USD).


    Conduite de 26 études de cas dans toutes les régions du monde en
    collaboration avec des instituts ou des organisations de renom.


    Organisation de six séminaires ou ateliers régionaux sur tous les
    continents réunissant des acteurs engagés dans la promotion des IG.


    Création , gestion et développement d’un site internet hébergé par
    la FAO. http://www.fao.org/in action/quality and origin program/fr //.











 

LEÇONS APPRICES

  • Les indications géographiques représentent une approche multidisciplinaire et multi-acteurs performante pour contribuer aux systèmes alimentaires durables,  qui de fait requiert une importante maitrise technique dans la coordination des projets.
  • Une telle approche a permis de nouer des partenariats clefs avec de multiples acteurs dans différents secteurs et nombreux pays: réseaux de chercheurs et universités, agences des Nations Unies, organisations inter-gouvernementales et organisations non gouvernementales ; ces collaborations ont contribué à la richesse des résultats, tant dans l’assistance technique que dans les productions normatives.
  • En ce qui concerne l’assistance technique, une forte mobilisation des acteurs locaux est essentielle à la réussite du projet ainsi que l’adoption d’un calendrier approprié doit être prévu pour la mise en œuvre d'une IG (plusieurs années).. Le renforcement des compétences visant l’autonomie des acteurs au niveau local, national est régional est crucial. 



Davantage de détails sur les leçons apprises sont présentés ci-après :
Le niveau de maîtrise technique du sujet a permis l’ancrage, dès 2007, de la thématique nouvelle de la qualité liée à l’origine et des IG, dans les activités de la FAO et au niveau international. 




Des partenariats clés ont été noués avec :

  •  des réseaux de chercheurs et les équipes d’autres projets, notamment le réseau sur les Systèmes agroalimentaires localisés (SYAL), le projet Strengthening International Research on Geographical Indications (SINER GI, 2007 2012), le projet Food Quality for Sustainibility and Health (Strenght2Food, 2016-2020), des universités italiennes (Universités de Florence et de Parme notamment) et des organismes de recherche français comme l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE),  le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), le Master Food Identity d’Angers, VetAgro Sup Clermont Ferrand, SupAgro Montpellier, 
  • des agences des Nations Unies telles que  notamment l’OMPI, l’ONUDI, la CNUCED et le Centre du commerce international (ITC)
  • des organisations inter-gouvernementales engagées :  la Commission de l’UE (DG-AGRI),  l’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture (IICA), le Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM), l’UA, l’OAPI et l’ARIPO.
    • des partenaires français (Institut national de l’origine et de la qualité [INAO], l’Agence française de développement (AFD) et suisse (Office fédéral de l’agriculture [OFAG], Association suisse pour le développement de l’agriculture et de l’espace rural [AGRIDEA], REDD, Institut fédéral pour la propriété intellectuelle [IPI]) et des organisations représentant les IG (OriGIn, AREPO) 


    Ces partenariats ont constitué un solide réseau, renforcé au fil de la mise en œuvre du projet et des collaborations, au niveau normatif et sur le terrain efficaces et opérationnelles. Cette expertise technique a permis d’approfondir les différentes composantes de la démarche IG


    La méthode du travail en réseau a assuré le succès de publications associant la réflexion scientifique (coordination entre réseaux de chercheurs) à une approche pratique répondant aux besoins des praticiens.
    Un autre enseignement important est que dans le cadre de développement de stratégies régionales ou nationales sur les IG, il est crucial de fournir un soutien technique et un renforcement des capacités adéquats aux institutions et acteurs régionaux, tout en leur laissant clairement le siège de premier plan, afin de faciliter l'autonomisation et l'appropriation régionale.


    Enfin, en ce qui concerne l’assistance technique sur le terrain, Il semble qu'un projet ne puisse réussir que s'il existe une forte volonté des acteurs locaux de mener le projet à son terme : la mise en place d'un réseau d'acteurs locaux compétents sur les IG est un facteur clé de succès. Un calendrier approprié doit être prévu pour la mise en œuvre d'une IG, généralement de nombreuses années, car le développement des capacités des acteurs et des décideurs locaux, ainsi que leur engagement, nécessitent des processus exigeants en temps.

 

cabrito
Project contributing to:
this project contributes to SDG

Duration

2007-2020

 

Partners

Banque Européenne pour la reconstruction et le Développement  (BERD) et Ministère français de l’agriculture 

Beneficiaries

 

Les communautés et les producteurs
locaux, les petites et moyennes
entreprises, les praticiens soutenant
le développement rural, les autorités
publiques et institutions en charge
de la propriété intellectuelle, de
l’agriculture, de l’alimentation,
et du développement rural

t



 

Related links

FAO Investment Center

 

Contact

[email protected]