Leurs espoirs s’éloignant en ce qui concerne la réalisation, d’ici à 2030, des objectifs de développement durable, les pays d’Asie et du Pacifique sont exhortés à transformer rapidement leurs systèmes agroalimentaires

Lors d’un colloque de la région Asie-Pacifique, la FAO préconise de concentrer les efforts sur la protection sociale, l’accès aux semences et aux engrais, le développement des échanges commerciaux et une agriculture résiliente face au climat

©FAO/Kazi Riasat

Plus de 80 pour cent des petits producteurs et des familles agricoles dans le monde vivent uniquement de la terre dans la région Asie-Pacifique.

©FAO/Kazi Riasat

05/10/2022

Bangkok – À l’occasion d’un colloque tenu par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dont le thème est la transformation des systèmes agroalimentaires en Asie et dans le Pacifique, les gouvernements, le secteur privé et les autres parties concernées sont exhortés à accélérer vigoureusement la transformation de leurs systèmes agroalimentaires sous peine de voir la malnutrition et les dégâts environnementaux s’aggraver dans cette région, qui est la plus peuplée du monde.

La hausse des prix des denrées alimentaires, les inondations, les sécheresses, les pénuries d’eau, la multiplication des catastrophes d’origine climatique, la pandémie mondiale et les conflits favorisent l’insécurité alimentaire dans la région. Ces problèmes touchent directement les populations les plus vulnérables, notamment les petits agriculteurs, les autres personnes qui dépendent de la terre pour assurer leurs moyens d’existence ainsi que les millions de pauvres des zones urbaines.

La modification des régimes des pluies, qui sont cruciaux pour l’agriculture dans cette région exposée à la mousson, ainsi que l’évolution de la fréquence et des périodes d’apparition de foyers d’organismes nuisibles et de maladie se conjuguent et entraînent une baisse de rendement des cultures. À l’heure actuelle, 60 pour cent des décès dans le monde se produisent dans la région Asie‑Pacifique, qui subit également 40 pour cent des pertes économiques résultant de nombreux risques et aléas.

En résumé, les systèmes agroalimentaires de la région, qui sont caractérisés par leur complexité, sont exposés à des contraintes considérables.

Une région au premier plan après le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires

Confrontés à la pandémie mondiale, les dirigeants de la planète se sont engagés l’année dernière à transformer leurs systèmes agroalimentaires afin de les rendre plus efficients, plus inclusifs, plus résilients et plus durables. 

Le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, a prononcé une allocution à l’occasion de l’ouverture d’un colloque Asie-Pacifique organisé pendant trois jours – le premier à se tenir au niveau mondial après le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires –, qui vise à accélérer la transformation des systèmes agroalimentaires dans cette vaste région. Il a déclaré que cette transformation devait mettre l’accent sur des résultats permettant d’améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie pour tous, en veillant à ne laisser personne de côté.

La FAO a établi quatre domaines d’action prioritaires dans lesquels il est nécessaire d’accélérer la transformation:

  1. en fournissant un appui immédiat aux populations vulnérables par l’intermédiaire de dispositifs de protection sociale, notamment dans les zones rurales et parmi les groupes vulnérables;
  2. en intensifiant la production agricole et en veillant à ce que les agriculteurs familiaux bénéficient d’un accès à moindre coût aux semences, aux engrais, à des fonds de roulement et à une assistance technique, ainsi qu’à des liens vers les marchés;
  3. en facilitant les échanges commerciaux de produits et d’intrants agricoles afin de prévenir de nouvelles perturbations dans la production de denrées alimentaires;
  4. en investissant dans une agriculture résiliente face au climat afin de lutter contre les effets de la crise climatique et d’y remédier.

Le Directeur général a averti que les objectifs de développement durable ne pourraient être atteints en l’absence d’une détermination collective à éliminer la faim, en priorité, dans la région en cette période faisant suite à la pandémie de covid-19.

M. Qu a fait observer que les crises actuelles, notamment les effets de la covid-19, les sécheresses et les inondations, les conflits et la guerre, perturbent l’approvisionnement de céréales dans le monde ainsi que d’autres produits essentiels. Il en résulte des récessions économiques et des pertes d’emplois qui ont aggravé la sous-alimentation, dont la prévalence, qui était de 8 pour cent, s’est établie à plus de 10 pour cent au cours de la première année de la pandémie, ce qui s’est traduit par une hausse de 150 millions du nombre de personnes sous-alimentées. «Cette hausse touche avant tout l’Asie et le Pacifique, où près de 85 millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim, ainsi que l’Afrique et l’Amérique latine», a déclaré le Directeur général de la FAO. «Pour atteindre les objectifs de développement durable, nous devons opérer une transformation de grande ampleur en commençant par transformer nos systèmes agroalimentaires de sorte qu’ils puissent satisfaire les besoins actuels et futurs de chacun des acteurs concernés et des consommateurs.»

La région Asie-Pacifique enregistre un recul critique dans la réalisation des objectifs de développement durable

Selon un rapport récent de l’Organisation des Nations Unies sur les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable dans la région Asie-Pacifique en 2022, la région accuse un retard si important qu’il lui faudrait 35 années supplémentaires, ce qui reporterait à 2065 l’horizon fixé pour réaliser l’intégralité des 17 objectifs.

La récente perturbation des chaînes d’approvisionnement ainsi que le bouleversement concomitant de la vie et des moyens de subsistance des populations provoquent une crise marquée par des pénuries d’aliments destinés à la consommation humaine et animale, des pénuries de carburant et d’engrais ainsi que par des manques de financements. Selon des prévisions, il pourrait en découler une baisse de la production de céréales en 2023, les engrais faisant défaut dans certains pays de la région.

Cependant, ce recul est même antérieur à la pandémie, comme l’ont montré les éditions annuelles successives de la publication phare de la FAO sur L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition, qui ont averti des mauvais résultats de la lutte contre la faim et la malnutrition dans la région. En 2021, plus de 400 millions de personnes souffraient de malnutrition dans la région Asie-Pacifique, dont la plupart en Asie du Sud, et 40 pour cent de l’ensemble des habitants de la région ne pouvaient se permettre une alimentation saine.

Le temps est venu d’accélérer la transformation des systèmes agroalimentaires dans la région Asie-Pacifique, pour ne laisser personne de côté

Plus de 80 pour cent des petits exploitants et des exploitants familiaux dans le monde tirent leur subsistance de l’agriculture dans la région Asie-Pacifique. Lors du colloque, il a été indiqué qu’il était nécessaire de préserver leurs intérêts et leurs moyens d’existence à l’aide de mesures telles que des dispositifs de protection sociale ainsi que des programmes de recyclage professionnels afin d’améliorer leurs perspectives d’emploi. La FAO a préconisé que des mesures audacieuses soient prises concernant la transformation des systèmes agroalimentaires de la région. Elle a déclaré que les gouvernements devaient montrer la voie à suivre et que le secteur privé de la région Asie‑Pacifique devait élargir sa clientèle afin de fournir des solutions abordables aux petits exploitants. Elle a ajouté que la société civile devait coopérer de manière plus volontariste avec les décideurs et les acteurs privés et que le milieu universitaire devait accélérer ses travaux de recherche tandis que les partenaires fournisseurs de ressources devaient faire de cette transformation leur priorité absolue, la FAO étant résolue à aider ses Membres et ses partenaires à atteindre ces objectifs.

Contacts

Allan Dow Bureau régional de la FAO pour l’Asie et le Pacifique [email protected]

Francis Markus FAO Actualités et Médias (Rome) [email protected]

FAO Actualités et Médias (+39) 06 570 53625 [email protected]