L'Emploi rural décent

Mauritanie : Consultation nationale sur les défis et les opportunités pour l'emploi et la résilience des jeunes ruraux

19/11/2021

Dans le cadre du projet Renforcer la résilience dans la région du Sahel par la création d'emplois pour les jeunes, le 28 et 29 octobre 2021 ont marqué le lancement de la première consultation nationale des jeunes organisée en Mauritanie.

Le projet a débuté fin 2020 et est mis en œuvre par la FAO, avec un financement du gouvernement fédéral allemand, ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture (BMEL). L'un de ses principaux objectifs est de soutenir les jeunes qui font encore face à un accès limité à des opportunités d'emploi rural décent.

La population mauritanienne, en croissance rapide, est confrontée à des défis majeurs, notamment l'insécurité alimentaire, la malnutrition, l'inégalité entre les sexes et la dégradation des sols. Quarante et un pour cent de la population vit en zone rurale, et la moitié dépend de l'agriculture pour ses revenus. Les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentent 40 pour cent de la population totale et sont particulièrement vulnérables à une forte exclusion sociale. Le renforcement des opportunités d'emploi décent pour les jeunes est donc au cœur de la rupture du cycle de la pauvreté et de la promotion de l'inclusion sociale dans le pays.

La consultation nationale des jeunes, organisée par la FAO en partenariat avec l'Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR) et avec le soutien du gouvernement mauritanien, a réuni 31 jeunes femmes et hommes de différentes régions et circonscriptions ainsi que plus de 20 représentants du gouvernement mauritanien, du PAM, de l'OIT, du PNUD, de la GIZ, d'Enabel, du GRET et des experts des questions de jeunesse en Mauritanie et dans les pays du G5 Sahel.

L'événement a fut l’occasion de mener un dialogue intergénérationnel axé sur les défis auxquels les jeunes ruraux mauritaniens sont confrontés, ainsi que sur leurs aspirations et les solutions qu'ils proposent. La consultation a également permis aux participants d'échanger des informations sur la façon dont les projets agricoles (pisciculture, élevage, agro-technologie et financement rural), lorsqu'ils sont conçus conjointement avec les jeunes et pas seulement "pour" eux, peuvent faciliter la prévention de l'extrémisme, de la radicalisation et des mécanismes d'adaptation négatifs, en favorisant la paix et la cohésion sociale.

Quatre thèmes centraux ont été débattus lors des sessions :

  • Les défis et les opportunités liés à l'autonomisation et à l'insertion socioprofessionnelle des jeunes ruraux dans le secteur agroalimentaire ;
  • L'importance des systèmes d'information, tels que des ‘pôle emploi’ structurés et répandus, fournissant des informations sur la demande et les opportunités du marché du travail;
  • L’implication des jeunes dans les plans d'urgence, à la consolidation de la paix, à la protection sociale et aux interventions de sécurité ;
  • La place de la jeunesse rurale dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques et de programmes inclusifs qui favorisent les emplois verts et ont un impact positif sur la prévention de la radicalisation et des mécanismes d'adaptation négatifs. 

Les participants ont souligné la nécessité de mettre en place un dispositif de conseil technique pour tenir des consultations régulières qui permettraient un soutien systématique aux entreprises de jeunesse dans l'accès à l’information et aux opportunités de financement.

En outre, il a également été souligné la nécessité de développer un plan d'action spécifique pour la jeunesse ainsi qu'une plateforme d'échange de connaissances dans le pays.

La consultation nationale des jeunes fait partie d'une série d'activités menées dans le cadre du projet global «Renforcer la résilience dans la région du Sahel par la création d'emplois pour les jeunes », axé sur la promotion de solutions par les jeunes pour favoriser l'emploi rural décent et renforcer la résilience, tout en rapprochant le nexus entre l'humanitaire, le développement et la paix en Mauritanie et dans les pays du G5 Sahel en général.