FAO.org

Accueil > Themes_collector > Peuples Autochtones > Nouvelles
Peuples Autochtones

Promouvoir la durabilité de la pêche traditionnelle en Amérique Centrale


05/09/2017 - 

Plus de 30 pêcheurs artisanaux, autorités autochtones et Gouvernementales de pays d’Amérique centrale participent à une formation visant à promouvoir la gouvernance des ressources naturelles et les pratiques durables de pêche artisanale au sein des territoires des peuples autochtones. 

D’après la FAO, environ 70% de la côte caribéenne d’Amérique centrale et des Caraïbes est située  sur des territoires habités par des peuples autochtones. Par conséquent, ces communautés sont essentielles pour assurer la durabilité de la pêche traditionnelle, mais elles doivent être soutenues par des politiques adaptées à leurs besoins et leurs cultures. 

Cette formation vise à faire connaître les Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté, un instrument international qui fournit des principes du consensus et des orientations sur la façon d’aborder les défis de la pêche artisanale. 

La formation est parrainée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), en partenariat avec le Fond pour le Développement des Peuples Autochtones d’Amérique du Sud et des Caraïbes (FILAC – acronyme anglais) et le Conseil des autochtones d’Amérique centrale (CICA – acronyme anglais). Commencée le 28 août, s’achèvera le 9 septembre.  

"Avec cette initiative, nous espérons renforcer, développer et soutenir la reconnaissance des peuples autochtones pour leur expérience de la pêche dans nos pays, ainsi que leur contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle", déclare Álvaro Pop, Secrétaire technique du FILAC.

De plus, durant la formation, les participants reverront le Cadre des Droits des Peuples Autochtones, le Droit au Consentement Préalable, donné Librement et en Connaissance de Cause, et les autres processus en place pour assurer la gouvernance des ressources naturelles sur leurs territoires.  

"Ces Directives ont été développées suite à un vaste processus participatif mondial, et ont pour but de répondre aux besoins du secteur des pêches traditionnelles de manière intégrée", déclare María Acosta, chargée des Questions Autochtones au Bureau régional de la FAO pour l’Amérique latine et les Caraïbes. 

"A partir de ces Directives, des mesures importantes ont été prises pour établir des régulations nationales avec une vision holistique, inter-organisations et inclusive, au bénéfice du secteur de la pêche artisanale et de l’aquaculture basé sur les droits de l’homme" a-t-elle ajouté.    

A la fin de la formation, les participants auront l’opportunité de mettre en œuvre des plans de plaidoyer, en coordination avec les autorités nationales et autochtones, pour le développement de la pêche durable dans leurs territoires.  

"Le résultat de cette formation sera une première étape assurant que ces Directives sont appliquées dans nos territoires, et une garantie de l’usage durable des ressources naturelles", déclare Ariel Gonzalez, Président du CICA.

La formation inclut une visite dans la région autochtone de Guna Yala, au cours de laquelle, les peuples autochtones auront l’opportunité d’apprendre et d’échanger leurs connaissances sur des techniques de pêche durable qui protègent la biodiversité, sur l’accès aux pêches et aux marchés de la pêche et sur les moyens de s’adapter aux défis du changement climatique. 

La FAO et les Peuples Autochtones: Alliés pour l’objectif "Faim Zéro".  

La FAO reconnaît les peuples autochtones comme des alliés dans la lutte contre la faim et la malnutrition, et souligne leur rôle dans l’avancement de la mise en œuvre de l’Agenda du Développement Durable. 

A cette fin, la FAO a promu un dialogue avec les peuples autochtones et développe des initiatives conjointes avec les peuples autochtones d’Amérique latine et des Caraïbes.

"Nous apprécions les efforts que fournit la FAO pour le développement des peuples autochtones et pour assurer la sécurité alimentaire de ces communautés", conclut Álvaro Pop.

Partagez