FAO.org

Accueil > Country_collector > FAO au Sénégal > Programmes et projets > Nos programmes
FAO au Sénégal

Nos programmes

Le présent Cadre de Programmation par Pays (CPP) du Sénégal établit les relations de collaboration entre l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Gouvernement du Sénégal sur les 5 ans à venir: de 2019 à 2023.

Le CPP 2019-2023 est le fruit de concertation avec les institutions nationales, la société civile, le secteur privé, les populations à la base et les partenaires au développement du Sénégal, y compris les Agences du Système des Nations Unies (SNU).

A l'issue de ces concertations, les domaines prioritaires du CPP ont été définis sur la base des priorités de développement du Gouvernement du Sénégal, l'Agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable (ODD), les Initiatives Régionales (RI), les missions et les avantages comparatifs de la FAO. Ces domaines prioritaires prennent en compte les résultats de l'étude de l'évaluation du CPP 2013-2017 et du Bilan Commun Pays du Plan-cadre des Nations Unies d'Aide au Développement (PNUAD 2012-2018) du Sénégal.

Domaine prioritaire 1. Promotion d'un secteur agro-sylvo-pastoral, halieutique et aquacole, durable, diversifié, compéttitif, inclusif et porteur de croissance

La FAO contribuera à: (i) la modernisation, la diversification et l'intensification des productions agro-sylvo-pastorales, halieutiques et aquacoles, à travers la maîtrise de l'eau, la promotion de l'emploi décent des jeunes en milieu rural y compris les migrants et la réduction des pertes post récolte; (ii) la conservation, la transformation et la mise en marché des productions agro-sylvo-pastorales, halieutiques et aquacoles; (iii) l'appui à la promotion d'une gouvernance foncière viable, sur la base des Directives Volontaires (DV); (iv) la mise en place d'un système permanent et opérationnel d'information du secteur agro-sylvo-pastoral, halieutique et aquacole, à travers la production et la diffusion de données statistiques normées et durables; (v) l'appui à la formulation de politiques, de projets et de programmes intégrant les dimensions changement climatique (CC), genre, nutrition, migration, protection sociale, etc.

Domaine prioritaire 2. Amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition et renforcement de la résilience des populations vulnérables

La FAO vise cet objectif à travers: (i) le renforcement de la gouvernance de la sécurité alimentaire et de la nutrition; (ii) la promotion de bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles auprès des populations vulnérables; (iii) l'appui à la transformation et à la fortification des aliments locaux; (iv) l'appui à la mise en place de filets sociaux productifs sensibles à la nutrition et de programmes de résilience, ciblant des bénéficiaires composé au moins de 50% de femmes; (v) l'appui à la mise à l'échelle des pratiques agricoles intégrant les changements climatiques (CC) et à la mise en oeuvre du plan national d'adaptation du secteur de la pêche et de l'aquaculture; (vi) l'appui à la promotion de l'approche caisse de résilience; (vii) l'appui à la protection et la restauration des écosystèmes; (viii) l'appui aux systèmes d'information et d'alerte rapide en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, y compris les menaces transfrontalières; (ix) l'appui à la sécurité sanitaire des aliments (Codex Alimentarius); (x) le renforcement des capacités de surveillance, d'alerte précoce et de réponse aux maladies animales; (xi) l'appui aux groupes vulnérables, notamment les femmes et les jeunes, par l'amélioration de leur accès aux marchés institutionnels et les programmes d'achat locaux.

Domaine prioritaire 3. Gestion durable de l'environnement et des ressources naturelles

La FAO prévoit de concentrer ses efforts dans: (i) la promotion de modèles de microentreprises communautaires à base de produits forestiers non ligneux (PFNL), dont la vente améliorera les revenus des femmes résidentes dans les zones cibles de la FAO; (ii) la préservation et la restauration des terres dégradées; (iii) la promotion de réserves pastorales communautaires dont la vente de produits fourragers fournit des substantiels revenus aux femmes et aux jeunes; (iv) la restauration des écosystèmes aquatiques et la protection des aires marines dans le cadre de la gestion durable des ressources halieutiques; (v) l'institutionnalisation et l'intégration des pratiques agro-écologiques, aux stratégies, aux programmes et aux projets à travers le renforcement de la planification et de la gouvernance du secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique au niveau national et local; (vi) la mise à l'échelle des bonnes pratiques agro-écologiques dans les systèmes de production, en lien avec les champs-écoles de producteurs et agropastoraux (CEP/CEAP).

Activités innovantes

Des activités innovantes adoptant une approche participative et associant tous les professionnels du secteur ont également vu le jour. Voici quelques initiatives:

Fenêtre sur l'agriculture qui est une rencontre thématique informelle initiée par la FAO Sénégal depuis septembre 2014 et organisée conjointement avec des partenaires de tous horizons afin de créer un espace de débats sur les questions liées à l’agriculture et à la sécurité alimentaire. Fenêtre sur l’agriculture réunit tous les deux à trois mois des partenaires de l’Etat, d’Institutions du Système des Nations Unies (SNU), de la société civile, d’instituts de recherche, de Fédérations ou d’Organisations de producteurs, de la presse, des consultants ou experts, pour aborder de nouvelles pistes de réflexion et d’action. Trois éditions ont eu lieu sur les thèmes «Résilience & Protection Sociale pour une meilleure sécurité alimentaire », « Emploi des jeunes et agriculture» et «Warrantage ».

Coopération Sud-Sud (CSS), dans le cadre sa mise en œuvre entre la Chine et le Sénégal (GCP/SEN/064/CPR), vingt-deux experts et techniciens chinois ont partagé leur expérience dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de l’aquaculture avec leurs homologues sénégalais et avec des producteurs dans les régions de Kaolack, de Louga et de St Louis. Deux voyages d’études ont été organisés en Chine en juillet et en novembre 2013 au profit de hauts cadres sénégalais. Ces deux missions ont permis une compréhension des politiques et des stratégies opérationnelles de la Chine en matière de développement social. Aussi, des échanges d’expériences et d’appropriation de techniques innovantes éprouvées en Chine ont eu lieu dans les domaines de la sécurité alimentaire, des unités de transformation des produits agricoles et de l’agriculture au sens large.

Brésil – Bourses de sécurité familiale : Le gouvernement du Sénégal s’est engagé à bâtir une politique de protection sociale afin de lutter contre la vulnérabilité et l’exclusion sociale des familles. Celle-ci devra favoriser leur accès aux transferts sociaux. L’expérience dans la mise en œuvre du Programme ‘’Bourses familiales’’ au Brésil, a été partagée avec le Gouvernement. Il s’agit notamment d’un fichier unifié (cartographie de toutes les populations cibles) à partir duquel tous les sectoriels mettent en œuvre les interventions publiques dans le domaine de la Protection Sociale, de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle.

Partenariats inter-agences

A propos des partenariats inter-agences PNUAD/UNDAF au sein du Système des Nations Unies – United Nations Country Team (UNCT)-Sénégal, la FAO a marqué sa présence active dans les groupes : Communication, Opérations, Genre-droits de l’Homme, Equipe Humanitaire Pays, Comité des Programmes (incluant les groupes thématiques sur la création de richesse, les services sociaux de base et la gouvernance). La FAO a aussi pris part aux processus d’élaboration du Plan de Réponse Stratégique Sahel 2014-2016 et du Sénégal 2014 (SRP: décembre 2013 – janvier 2014) sous la supervision de l’Equipe Humanitaire Pays (EHP) et la coordination de OCHA. Elle a également contribué à la conception du document «Aperçu des Besoins Humanitaires-Sénégal 2014» (HNO – novembre 2013).