FAO.org

Accueil > Faim zéro > detail

La pénurie d’eau – un des plus grands défis de notre temps

« L’eau est une ressource précieuse, essentielle à la réalisation des Objectifs de développement durable » -- Ban Ki-moon


12 Apr 2017

L'eau est essentielle pour la production agricole et la sécurité alimentaire.  L’eau est l’élément vital des écosystèmes - qui comprennent les forêts, les lacs et les zones humides - dont dépendent la sécurité alimentaire et la nutrition des générations présentes et futures. Pourtant, nos ressources en eau douce s’épuisent à un rythme alarmant. La pénurie croissante d’eau est un des principaux défis pour le développement durable, qui va devenir plus pressant avec l’augmentation constante de la population de la planète, l’amélioration des niveaux de vie, les changements de régimes alimentaires et l’intensification des effets du changement climatique.

La quantité d’eau que nous « mangeons » chaque jour à travers les aliments que nous consommons est bien plus importante que la quantité d’eau que nous buvons. Saviez-vous qu’il faut entre 2 000 et 5 000 litres d’eau, suivant le régime alimentaire, pour produire les aliments que consomme quotidiennement une personne. Comme la population mondiale devrait atteindre 10 milliards d’habitants en 2050, la demande de nourriture devrait augmenter de plus de 50 pour cent. D’après les données disponibles, les deux tiers des habitants de la planète pourraient vivre dans des pays soumis à un stress hydrique en 2025 si les modèles de consommation actuels restent les mêmes. Si nous voulons que le monde soit libéré de la faim d’ici à 2030, il faut agir sans attendre. Voici quatre domaines d’action sur lesquels nous pouvons nous concentrer pour sauvegarder cette ressource précieuse. 

1. Agriculture

Si l’agriculture est une des principales causes de la pénurie d’eau, elle en est aussi une des premières victimes. L’agriculture représente près de 70 pour cent des prélèvements d’eau, et jusqu’à 95 pour cent dans quelques pays en développement. Des améliorations sont cependant possibles, notamment dans la manière d’utiliser l’eau pour produire des aliments. Par exemple, le choix des cultures a une incidence notable sur la quantité d’eau requise. Saviez-vous que les cultures de légumineuses ont une faible empreinte hydrique, en ce sens qu’il faut seulement 1 250 litres d’eau pour produire 1kg de lentilles, alors qu’il en faut 13 000 litres  pour produire 1kg de bœuf ! 

2. Changement climatique

La pénurie d’eau devrait s’intensifier sous l’effet du changement climatique. On prévoit qu’il s’accompagnera d’une hausse des températures mondiales comprise entre 1,6°C et 6°C en 2050. Chaque degré de réchauffement de la planète s’accompagnera d’une diminution des ressources renouvelables (-20 % au moins) pour 7 % de la population du globe. La fréquence et la sévérité accrues des sécheresses ont d’ores et déjà un impact sur la production agricole, alors qu’avec la hausse des températures, les plantes ont besoin de plus d’eau.  Nous devons non seulement améliorer l’efficacité d’utilisation de l’eau et la productivité agricole, mais aussi prendre des mesures pour récolter et réutiliser nos ressources en eau douce et intensifier l’utilisation sûre des eaux usées. Cela n’empêchera pas que des sécheresses se produisent, mais cela pourra éviter les famines et les perturbations socio-économiques dues aux sécheresses.

3. Pertes et gaspillage alimentaires

La réduction des pertes et des gaspillages alimentaires peut contribuer dans une large mesure à économiser l’eau. Chaque année, un tiers de la production alimentaire mondiale est perdu ou gaspillé- ce qui se traduit par un gaspillage d’eau agricole équivalent à trois fois le volume du lac de Genève. Il faut savoir que, lorsque nous jetons des aliments, nous gaspillons aussi une partie des ressources qui ont été nécessaires pour les produire. Nous pouvons tous changer de petites choses dans notre vie quotidienne pour réduire nos gaspillages alimentaires, comme par exemple faire des plats avec nos restes ou n’acheter que ce dont nous avons besoin. 

4. Systèmes alimentaires

La plupart du temps, l’eau est utilisée de façon inefficace dans la filière alimentaire. En outre, des décisions majeures, comme le choix du site, des technologies ou des fournisseurs sont souvent prises sans tenir compte de leurs effets sur la disponibilité et la qualité des ressources hydriques, surtout quand l’eau n’est pas un facteur limitant, en termes de quantités et/ ou de prix. Nous pouvons aider à diffuser les bonnes pratiques adoptées par le secteur privé et encourager d’autres acteurs à intégrer de manière explicite ces effets dans leurs plans d’entreprise.

La FAO collabore avec les pays pour que l’utilisation de l’eau en agriculture devienne plus efficace, plus productive, plus équitable et plus respectueuse de l’environnement. Cela suppose de produire plus d’aliments avec moins d’eau, de renforcer la résilience des communautés agricoles face aux inondations et aux sécheresses, et d’utiliser des technologies d’épuration de l’eau qui préservent l’environnement. 

La question de la pénurie d’eau est au cœur du développement durable. Nous devons agir dès maintenant pour préserver cette ressource précieuse pour les générations futures. 

 

Partagez