Un cas d’utilisation de LandVoc

FAO/Luis Tato

A use case by Laura Meggiolaro, the Land Portal Foundation

La Land Portal Foundation et LandVoc 

Les métadonnées sont au cœur de notre activité sur le Land Portal. Étrange affirmation pour une organisation qui s’occupe de terres ! Mais il faut se souvenir de notre raison d’être : nous croyons fermement que l’accès à l’information est crucial* si l’on veut parvenir à une bonne gouvernance foncière et à des droits fonciers garantis pour les personnes sans terres et les personnes vulnérables. Lorsque nous avons créé il y a 10 ans le portail Land Portal comme point d’accès mondial pour les problèmes de gouvernance foncière, nous voulions collecter le plus possible de données éparpillées et les rendre plus visibles. C’est en nous concentrant sur les métadonnées que nous pouvons faire une bonne partie de notre travail, qui comprend les aspects suivants :  

  • Offrir une plateforme pour les données foncières, les publications, les nouvelles, les blogs, les contenus multimédias et bien d’autres éléments provenant d’un réseau international d’organisations et d’institutions. En regroupant des contenus divers et très dispersés, on contribue à mettre des données cachées à la disposition de tous. 
  • Alimenter l’écosystème d’informations en reliant les bases de données foncières, en groupant des collections de données fragmentées et en enrichissant les contenus de métadonnées conformes aux normes et principes des données ouvertes.
  • Stimuler le débat entre ceux qui travaillent sur des problèmes fonciers dans le monde entier, par des manifestations, des discussions et des webinaires.
  • Créer, en donnant à voir et en regroupant des données de sources diverses, des portefeuilles uniques d’informations sur la gouvernance foncière, présentés en contexte et exploitables pour l’action.
  • Soutenir les fournisseurs d’information sur les questions foncières pour les inciter à appliquer les normes de données ouvertes, et encourager la création et l’adoption d’infrastructures de données normalisées basées sur les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable and Reusable = faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables).
     


Infographie LandVoc, septembre 2021. Source : Land Portal Foundation, 2021
(fichier photo original visible ici)

LandVoc est le premier sous-vocabulaire AGROVOC hébergé par la FAO. Lorsque la Land Portal Foundation a découvert pour la première fois AGROVOC en 2012, le vocabulaire d’AGROVOC ne comportait que 20 concepts concernant la gouvernance foncière, ce qui dénotait l’existence d’un problème plus étendu dans la communauté des activités foncières, une étude réalisée en 2016 ayant montré que les organisations foncières étaient très peu nombreuses à utiliser des vocabulaires normalisés.

Nous avons compris que pour qu’AGROVOC soit pertinent pour le secteur de la gouvernance foncière, celui que dessert le portail Land Portal et où il fonctionne, ces 20 premiers termes n’étaient pas suffisants. En 2013 le Land Portal  a entrepris d’ajouter à AGROVOC de nouveaux termes et définitions provenant de glossaires fonciers existants, tels que le Glossaire multilingue des régimes fonciers de la FAO (Multilingual Land Tenure Thesaurus), et le glossaire GLTN GLII. Nous sommes devenus de plus en plus attachés à AGROVOC à mesure que nous demandions à des partenaires externes de valider les nouveaux ajouts à LandVoc. 

En 2016, LandVoc a atteint une masse critique dans AGROVOC, et nous avons demandé à la FAO la possibilité de l’« isoler » de l’énorme liste d’AGROVOC. Cette demande correspondait directement à notre mission, qui est de rendre les données plus accessibles pour les utilisateurs. Ces derniers ont donc pu, par exemple, télécharger LandVoc comme système distinct. LandVoc a franchi une autre étape en 2020, lorsque le Land Portal a sondé la FAO sur la possibilité de créer un ensemble de relations indépendant pour LandVoc, incorporant pour la première fois une hiérarchie indépendante dans AGROVOC.

LandVoc, actuellement dans sa deuxième version, consiste en 310 concepts fonciers organisés hiérarchiquement et disponibles en 10 langues (anglais, arabe, birman, espagnol, français, khmer, portugais, swahili, thaï et vietnamien). Il a son propre site Web, géré par le Land Portal. Nous avons aidé à mettre en place en 2020 une Communauté d’experts (COE) LandVoc, qui se réunit régulièrement pour continuer à développer le thésaurus et donner des traductions. LandVoc est pour l’essentiel une initiative bénévole, sans personnel à plein temps, animée uniquement par l’amour de l’ouvrage ! 

2. Cas d’utilisation basée sur un ou plusieurs système(s) d’information ou cas d’utilisation concrète

LandVoc est l’ossature du portail Land Portal. Chaque contenu du site est systématiquement enrichi de termes LandVoc. Le contenu du portail, tant créé en interne que glané sur l’ensemble de l’Internet et regroupé, va d’articles de type académique et de rapports officiels à des indicateurs statistiques, à des récits sur des données, à des blogs et à des notes d’actualité. Regrouper des contenus externes, en les enrichissant de nos métadonnées, représente un de nos services particulièrement importants, car il y a de nombreux éditeurs d’information foncière qui n’utilisent pas les normes de métadonnées. De plus, quand nous étiquetons des contenus avec des termes LandVoc, les étiquettes sont affichées de manière transparente, de sorte que les lecteurs peuvent facilement découvrir d’autres contenus et y accéder. Par notre activité, nous aidons à rendre plus visible et plus facile à découvrir par ceux qui les cherchent les informations provenant de nos partenaires.

LandVoc étant un outil de liaison, il peut être utilisé de manières très diverses, beaucoup plus largement que le portail proprement dit. Primo, les centaines de termes qu’il contient peuvent être intégrés dans des bibliothèques, des systèmes de dépôt et des sites Web qui publient tout type d’information concernant la gouvernance foncière. L’information peut donc être classifiée et indexée, ce qui la rend plus aisée à découvrir. Secundo, ce qui est étroitement lié à ce premier avantage, du fait que l’information est ainsi classifiée et indexée, les personnes qui cherchent des sujets essentiels de gouvernance foncière ont alors accès à une large gamme d’informations sur le sujet choisi, y compris sur les termes liés et les traductions.

D’autres organisations utilisent simplement LandVoc comme glossaire et gèrent leur information manuellement. Certains chercheurs s’en servent pour s’assurer quand ils rédigent d’utiliser les termes appropriés. Globalement, LandVoc favorise la découverte d’informations linguistiques. C’est un outil de base qui permet d’accroître l’effet potentiel des données et garantit que les informations sont faciles à découvrir et que la recherche y est aisée.

Nous encourageons nos partenaires, nos contributeurs et les éditeurs partout dans le monde à se mettre en rapport avec nous pour obtenir plus de renseignements sur l’usage de LandVoc avec leurs propres métadonnées de contenu, et sur la manière dont nous pourrons renforcer nos pratiques de gestion des données et de l’information. LandVoc est prévu pour être réutilisé, car c’est ainsi que l’écosystème d’information foncière devient plus robuste.

3. Avantages de l’utilisation d’AGROVOC  

LandVoc va plus loin que les questions foncières. Il permet de se connecter avec d’autres bases de données, liées à d’autres vocabulaires, et d’échanger des informations avec ces bases. Du fait qu’il fait partie d’AGROVOC de la FAO, ses concepts correspondent à d’autres vocabulaires, notamment les suivants : 

  • EUROVOC,
  • Cadastre and Land Administration Thesaurus (CaLAThe) [Thésaurus du cadastre et de l’administration foncière] ;
  • Chinese Agricultural Thesaurus (CAT) [Thésaurus agricole chinois] ;
  • Résumés d’articles de sciences aquatiques et halieutiques (ASFA) ;
  • Linked Thesaurus fRamework for Environment (LusTRE) [Cadre de thésaurus lié pour l’environnement] ;
  • National Agricultural Library Thesaurus (NALT) [Thésaurus de la Bibliothèque nationale agricole des États-Unis] ;
  • Thésaurus du Système d’information bibliographique de l’ONU (UNBIS), 
  • General Multilingual Environmental Thesaurus (GEMET) [Thésaurus général multilingue sur l’environnement]. 

Les connexions entre termes ont un objet principal, rendre l’information plus facile à découvrir et plus accessible. LandVoc a certes une hiérarchie distincte, mais l’infrastructure en est commune avec AGROVOC, et donc avec d’autres sous-systèmes. Ces connexions automatiques offrent de grandes possibilités de collaboration, et nous sommes toujours ouverts à toutes possibilités de partage.

Les avantages de l’utilisation d’AGROVOC comprennent aussi la mesure de l’impact et la promotion.