Bâtir la génération #FaimZéro

Unité 1: Faim et pauvreté

Le défi

Saviez-vous que 2,1 milliards de personnes sont pauvres dans le monde et que la plupart des 821 millions de personnes souffrant de la faim vivent dans les zones rurales? Que pensez-vous que les pauvres et les affamés vivant à la campagne font quand ils se rendent compte qu’ils ne peuvent acheter ou cultiver suffisamment de nourriture pour eux-mêmes et leurs familles? Beaucoup d’entre eux migrent vers la ville en quête d’une vie meilleure, espérant trouver du travail pour pouvoir envoyer de l’argent à leurs familles restées au pays.

Certaines personnes demeurent dans les zones rurales car ce sont des agriculteurs qui ont toujours travaillé la terre. Toutefois, ils cultivent à grand-peine assez de nourriture pour eux-mêmes et pour leurs familles, et certainement pas assez pour la vendre au marché. Il se peut qu’ils n’aient même pas accès aux banques pour contracter un emprunt qui leur permettrait de démarrer une nouvelle activité pouvant leur rapporter de l’argent. Cela est tout particulièrement vrai pour les femmes et les jeunes. D’autres peuvent avoir quelques excédents à vendre, mais ils n’ont pas de marché à proximité, ou alors ils ne peuvent y accéder facilement, et l’excédent pourrait finir en gaspillage. Nombreux sont les agriculteurs qui n’ont pas d’économies pour faire face aux situations d’urgence et leurs gouvernements ne sont pas en mesure de les aider, de sorte qu’en cas de crise (par ex. pertes de récolte, sécheresse, mort du bétail), ils risquent davantage de se coucher le ventre vide ou d’avoir le sentiment qu’ils n’ont d’autre choix que de quitter leurs terres pour partir à la recherche de nourriture ou de travail.

Que pouvons-nous faire?

La FAO fait en sorte que les gens aient le choix de pouvoir rester chez eux si cela ne présente pas de danger, en les aidant à sortir de la faim et de la pauvreté. En donnant aux agriculteurs les bons outils et en leur enseignant comment produire davantage, elle permet à ces agriculteurs de cultiver des excédents de nourriture à vendre au marché pour se faire un peu d’argent. Les enfants et les jeunes des zones rurales peuvent apprendre les techniques agricoles, à résoudre les problèmes et à être autonomes en participant aux Écoles pratiques d’agriculture et de vie pour les jeunes organisées par la FAO.

La FAO travaille avec les pays pour réparer ou construire des routes permettant d'accéder aux marchés afin que les agriculteurs puissent y vendre leur excédent. Un autre moyen qu'a la FAO de venir en aide à ces habitants des zones rurales est d'encourager les pays à inciter les jeunes à travailler la terre en leur dispensant une formation et en leur donnant accès à de l'argent pour qu'ils puissent démarrer d'autres activités rurales rentables, comme les jardins potagers, la transformation et le conditionnement d'aliments comme la confiture, l'élevage de poulets, ou la production et la vente de textiles traditionnels. Nous nous efforçons de garantir que les migrants aient connaissance de leurs opportunités et de leurs droits en tant que migrants et travailleurs dans les pays qui les accueillent. La FAO aide également les migrants à utiliser l'argent qu'ils gagnent à l'étranger pour soutenir leurs communautés d'origine. Comme la migration sera toujours à l'ordre du jour, la FAO collabore aussi avec les gouvernements et les partenaires pour veiller à ce qu’elle se déroule en toute sécurité, en bon ordre et de façon régulière.