Mécanisme multidonateurs flexible (FMM)

Égalité des sexes et autonomisation des femmes dans l'alimentation et l'agriculture

Objectif

Veiller à ce que les cadres politiques et institutionnels et les stratégies de réduction de la pauvreté rurale, de sécurité alimentaire et d'agriculture durable soient plus sensibles à la dimension de genre et favorisent l'autonomisation économique des femmes rurales ainsi qu'une voix plus forte au sein des communautés et des organisations.

Statut du sous-programme
En cours d’exécution

Principaux résultats

PARTENARIATS

  • Renforcement des partenariats avec le Programme alimentaire mondial (PAM), ONU Femmes (Éthiopie, Italie et Rwanda) et le personnel de CARE USA en Éthiopie, en Tanzanie, en Ouganda et au Zimbabwe dans le cadre du Produit 3.
  • Le partenariat au sein de la FAO est au cœur de l'approche Club Dimitra. L’Équipe sous-régionale pour la résilience en Afrique de l’Ouest et au Sahel (REOWA) a inclus les clubs Dimitra dans son ensemble d'approches utilisées dans les caisses de résilience. La collaboration avec les champs‑écoles de producteurs est également essentielle à cet égard dans le cadre des caisses.
  • Des discussions ont été entamées par la Représentation de la FAO au Sénégal sur un éventuel partenariat avec le projet financé par le Fonds pour l'environnement mondial et mis en œuvre par la FAO visant à accroître la résilience climatique pour la sécurité alimentaire par le biais de champs‑écoles des producteurs et de clubs Dimitra. Ce partenariat permettrait de créer des synergies positives entre l'amélioration de l'impact environnemental des interventions et une plus grande égalité des sexes, au bénéfice des deux projets.

DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS

  • Les capacités de 25 praticiens de terrain ont été renforcées pour mettre en œuvre l'approche de l'école d'entrepreneuriat agricole pour l'autonomisation des femmes, visant à autonomiser les femmes en appliquant une optique de genre au développement des compétences commerciales dans le domaine de l'agriculture familiale (Kenya, novembre 2019).
  • Des formations seront organisées directement par les projets sur le terrain pour toucher environ 5 000 personnes, couvrant des questions telles que le genre, les activités de groupe, la participation inclusive, la communication et l'approche des clubs Dimitra. Les participants transmettront à leur tour les connaissances apprises aux membres de leurs clubs (75 000 personnes). De nouveaux facilitateurs de clubs Dimitra (100) ont été formés pour apporter un soutien adéquat aux clubs.

EFFETS CATALYTIQUES

  • Les réalisations des clubs Dimitra ont conduit de nouveaux pays à solliciter la création de clubs (par exemple, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Libéria); de nouveaux projets ont intégré l'approche, notamment des projets de résilience et des pays dans des contextes post-conflits ou fragiles. Au Niger, par exemple, ONU Femmes a décidé d'utiliser l'approche dans son vaste projet de lutte contre la violence sexiste.

ACTIONS TRANSVERSALES

La nature transversale du projet (égalité entre les sexes) et de l'approche des clubs Dimitra incite à la collaboration entre de nombreuses divisions et programmes stratégiques au Siège de la FAO et dans les bureaux décentralisés.

DIMENSION DE L'ÉGALITÉ DES SEXES

L'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes sont les domaines d'intervention au cœur de ce sous-programme.

INNOVATION

  • L'approche des clubs Dimitra a été utilisée avec succès dans plusieurs projets financés par le Fonds pour la consolidation de la paix afin de réduire les conflits entre agriculteurs et éleveurs, ainsi que dans des projets financés par le Fonds pour l'environnement mondial afin de stimuler les actions communautaires visant à atténuer et à prévenir le changement climatique.
  • Quatre bureaux pays de la FAO (République démocratique du Congo, Mali, Niger et Sénégal) investissent dans le développement des capacités et engagent des experts FAO des clubs Dimitra pour suivre les projets.

DÉFIS ET ENSEIGNEMENTS TIRÉS

  • Compte tenu de l'imprévisibilité des ressources mobilisées par le FMM, il sera difficile de garantir le financement nécessaire pour travailler dans trois pays différents et continuer à apporter un soutien aux clubs Dimitra dans un nombre croissant de pays. Même si les pays trouvent des ressources pour mettre en place de nouveaux clubs, le processus d'apprentissage, de suivi-évaluation et de développement des capacités nécessitera constamment des fonds supplémentaires.
  • L'insécurité domine dans presque tous les pays, (Burkina Faso, République démocratique du Congo, Mali, Niger).

En raison de la pandémie de covid-19, les contraintes suivantes doivent être surmontées:

  • Restrictions des voyages et des déplacements. Les représentations de la FAO en Afrique subsaharienne et le Siège ont vu et voient encore leurs missions, ateliers et contacts avec les populations réduits. Plusieurs missions ont déjà été annulées; d'autres sont reportées. Les efforts de développement des capacités et de formation en seront retardés.
  • Le recrutement de consultants est suspendu.
  • Les règles de distanciation sociale posent des défis à la modalité de fonctionnement/création des clubs Dimitra.

Mesures de mitigation adoptées:

  • De plus petits rassemblements respectant la distance sociale ont été organisés au niveau des villages pour sensibiliser au virus et aux mesures à prendre.
  • Les clubs Dimitra ont été sélectionnés par les bureaux pays de la FAO au Niger et au Sénégal pour sensibiliser les communautés aux mesures de prévention contre la covid-19 et pour s'assurer que les activités de développement ne subissent pas trop de retard. Une note technique est en cours de préparation pour illustrer le rôle que les clubs Dimitra pourraient jouer dans ce contexte.
  • Des consultants locaux ont été recrutés pour des tâches initialement prévues pour des consultants internationaux.
  • Certaines activités ont été reportées.

Partagez