Objectifs de développement durable

Indicateur 5.a.1 - (a) Proportion de la population agricole totale ayant des droits de propriété ou des droits garantis sur des terres agricoles, par sexe; (b) proportion de femmes parmi les titulaires de droits de propriété ou de droits garantis sur des terrains agricoles, par type de droit

Cet indicateur se compose de deux sous-indicateurs. La partie a) mesure la prévalence de personnes dans la population de référence ayant des droits de propriété ou des droits garantis sur des terres agricoles. La partie b) correspond à la proportion de femmes parmi les titulaires de droits de propriété ou de droits garantis sur des terres agricoles. Cet indicateur peut donc être utilisé pour effectuer un suivi de la sous-représentation des femmes parmi les titulaires de ce type de droits. Il s’agit d’un indicateur de facto relatif aux progrès accomplis au regard de la cible 5.a des ODD.

Cible 5.a

Entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes droits aux ressources économiques, ainsi que l’accès à la propriété et au contrôle des terres et d’autres formes de propriété, aux services financiers, à l’héritage et aux ressources naturelles, dans le respect de la législation interne.

(a) Proportion de la population agricole totale ayant des droits de propriété ou des droits garantis sur des terres agricoles, par sexe (en anglais)

(b) Proportion de femmes parmi les titulaires de droits de propriété ou de droits garantis sur des terrains agricoles, par types de droit (en anglais)

Impact

L'indicateur 5.a.1 mesure l’ampleur des handicaps rencontrés par les femmes dans les domaines de la propriété et des droits à la terre, ainsi que l’égalité des droits en matière de propriété foncière. Avec l'indicateur 2.5.2, il permet de concevoir des mesures politiques destinées à garantir l’égalité des chances et l’accès aux droits et aux ressources.

Résultats clés

Les femmes sont relativement moins nombreuses que les hommes à posséder des droits de propriété et/ou des droits garantis sur des terres agricoles.

La terre est l’un des actifs les plus importants pour soutenir la production agricole et assurer la sécurité alimentaire et la nutrition. Il est prouvé que le fait de posséder de la terre ou d’avoir des droits sur elle réduit la dépendance des femmes vis-à-vis de leurs partenaires masculins et de leurs proches et accroît leur pouvoir de négociation dans l’économie et au sein du ménage. Cela améliore également les chances des femmes d’accéder aux services de vulgarisation et au crédit, et les encourage à entreprendre, à développer leurs investissements et à rejoindre des organisations de producteurs. Par conséquent, il est essentiel que des femmes possèdent et/ou contrôlent de la terre si l’on veut atteindre la dimension économique de l’égalité des genres, la propriété foncière conférant aux femmes une multitude d’avantages en accroissant leur pouvoir de négociation au sein du ménage et de l’économie. Ces avantages ne se limitent toutefois pas aux femmes, des études suggérant que si les femmes avaient un accès égal à la terre, cela réduirait considérablement la pauvreté et l’insécurité alimentaire dans le monde.

Cependant, cette vision est loin d’être réalisée. Les données montrent que dans la plupart des pays, moins de 50 pour cent des femmes de la population agricole ont des droits de propriété et/ou des droits garantis sur des terres agricoles; en outre, dans 29 de 33 pays étudiés, les femmes sont relativement moins nombreuses à posséder ces droits que leurs homologues masculins. En effet, dans 15 de ces 33 pays, la part des femmes agricultrices ayant des droits de propriété et/ou des droits garantis sur des terres est inférieure à la moitié de celle des hommes. En outre, la part des hommes parmi les propriétaires fonciers est supérieure à celle des femmes dans 26 de 32 pays étudiés. Par conséquent, même s’il n’est pas toujours vrai que les propriétaires fonciers masculins sont plus nombreux que les femmes, c’est de loin la situation la plus répandue. En effet, la part des hommes parmi les propriétaires fonciers atteint plus de 65 pour cent dans 12 pays sur 33. Les inégalités globales en matière de propriété foncière sont donc assez évidentes à travers le monde.

En évidence

Partagez