Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

16 octobre 2022

Journée mondiale de l'alimentation

Les entreprises privées, quelle que soit leur taille, devraient viser à créer des marchés vraiment inclusifs avec des modèles commerciaux respectueux des droits humains, promouvoir le travail décent et l’égalité des sexes, valoriser la responsabilité et le respect de l’environnement.

Les entreprises privées doivent agir pour promouvoir une plus grande inclusion. Les groupes marginalisés, comme les femmes, les jeunes et les peuples autochtones sont souvent exclus des processus décisionnels alors qu’ils sont des acteurs clés de la transformation des systèmes agroalimentaires. Assurer la croissance inclusive contribue à faire de chacun un agent à parts égales du développement durable. 

Les systèmes alimentaires sont responsables pour plus d’un tiers des gaz à effet e serre émis par les humains à l’échelle mondiale, contribuant ainsi fortement au changement climatique. Cela touche de manière disproportionnée les pauvres en milieu rural qui dépendent de l’agriculture pour leur survie. Le secteur privé doit promouvoir des pratiques responsables de production et de consommation, tandis que l’industrie alimentaire peut offrir des ingrédients produits de manière durable, réduire le gaspillage et opter pour des emballages plus durables.

L’industrie alimentaire doit offrir, produire et promouvoir des aliments nutritifs, tandis que le secteur hôtelier doit proposer au menu des aliments sains et peu traités, et veiller à améliorer la sécurité et la qualité alimentaires. Les établissements publics, comme les écoles, les universités ou les hôpitaux devraient être les premiers à demander aux sociétés de restauration de leur fournir des solutions alimentaires saines. 

Les entreprises privées doivent s’engager pleinement dans le développement durable mondial pour que les objectifs de développement durables du Programme 2030 soient atteints. Elles doivent créer des marchés inclusifs, prioriser des principes de développement standards, les droits humains et la responsabilité, et appuyer les organisations internationales et les organisations non gouvernementales locales quand elles s’engagent auprès de pays en développement.

Environ un tiers des denrées alimentaires produites pour la consommation humaine est soit perdue soit gaspillée. Et pourtant la faim ne cesse d’augmenter ainsi que la demande récente des banques alimentaires, y compris dans certaines économies les plus développées du monde. Le secteur de la vente au détail des denrées alimentaires et le secteur hôtelier peuvent jouer un rôle clé pour aider à réduire le gaspillage alimentaire et garantir que ceux qui souffrent n’en manquent pas. Les supermarchés et les restaurants peuvent unifier leurs programmes de dons d’aliments sains qui autrement s’abîmeraient ou seraient gaspillés, au profit des banques alimentaires ou des organisations de secours. 

L'augmentation de la pauvreté en milieu rural se double souvent de conséquences sociales négatives pour les communautés rurales, telles que des augmentations des migrations ou le travail des enfants dans l’agriculture. Les acteurs du secteur privé peuvent contribuer à rendre l’agriculture à nouveau rentable et offrir des possibilités d’emploi pour que les populations restent chez elles, à condition d’être en sécurité, en accélérant les investissements inclusifs and les zones rurales et en permettant un accès aux financements. 

La science, l’innovation et les technologies sont les facteurs fondamentaux du développement durable. Davantage d’investissements dans ces trois domaines peuvent aider ceux qui ont été laissés le plus de côté, en encourageant la croissance économique, l’inclusion sociale et la protection environnementale. Si les entreprises privées investissent plus, elles peuvent agrandir et appuyer des structures socioéconomiques et politiques locales existantes qui facilitent la création de savoirs. 

Les entreprises doivent créer des modèles commerciaux respectueux de droits humains, promouvoir le travail décent et protéger les employés. Un niveau élevé d’emploi informel dans le secteur de l’agriculture est une barrière importante, et pas seulement pour les pauvres, qui empêche l’accès à la protection sociale. Et cela rend les personnes plus vulnérables aux chocs. Offrir une protection sociale ne devrait pas être perçu comme un coût mais comme un investissement. En plus de protéger les employés, cela augmente leur potentiel économique et productif, et ils en tirent profit à long terme. 

Travaillez avec la FAO et d’autres entreprises mondiales afin de construire un avenir où tout le monde a accès à une alimentation saine et durable. Appuyez les efforts des gouvernements pour la mise en œuvre des Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition proposées par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Et également le Cadre d’action du CSA pour la sécurité alimentaire et la nutrition lors des crises prolongées, qui offre une liste complète d’actions permettant de faire face aux problèmes d’insécurité alimentaire et de malnutrition lors de crises récurrentes ou prolongées.