FAO.org

Accueil > Country_collector > FAO au Burundi > Actualités > Detail
FAO au Burundi

La FAO vient de renforcer les capacités du Comité International de la Croix Rouge dans l’Organisation des foires aux semences

Vue de salle: participants à la formation
26/06/2019

Cette formation a été organisée du 18 au 19 juin 2019 à Bujumbura après que le Comité International de la  Croix Rouge(CICR) ait senti le besoin de s’aligner aux nouvelles approches de mise à disposition des moyens de productions aux populations vulnérables.

 Avant cette formation, le CICR ne se limitait qu’aux distribution directes des intrants aux bénéficiaires. C’est après avoir appris que l’Organisation   des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) utilise l’approche foires aux semences qui est plus avantageuse que le CICR a voulu en faire sienne lui aussi.

 C’est après accord par la FAO d’une une requête pour un renforcement des capacités en matière d’organisation des foires pour la saison culturale 2020 A, que le CICR a pris toutes les dispositions pour bénéficier de l’expertise de la FAO. La formation a ciblé l’équipe technique de la CICR, ses chargés de la logistique et des finances.

 « Pour la FAO, les foires aux semences constituent une bonne approche dans la mesure où elles permettent aux agriculteurs d’accéder aux semences de qualité même dans le cas où il y a des effectifs trop élevés de bénéficiaires à assister » a indiqué Mme Evelyne Nduwimana, Expert de la FAO en matière d’organisation des foires, ajoutant que les producteurs, les fournisseurs, les bénéficiaires et l’administration sont habitués à cette approche et se retrouvent impliqués dans le processus des activités.

 Avantage des foires par rapport aux distributions directes

 D’après l’Expert Evelyne Nduwimana, les foires constituent des marchés spéciaux ouverts et transparents, organisés au profit des agriculteurs vulnérables pour accéder aux semences, intrants et outils agricoles. Elles sont généralement organisées après un désastre, une catastrophe naturelle, une inondation, et d’autres crises de taille.

 Les foires ont été initiées en 2006 par la FAO puisqu’auparavant, la FAO et les ONGs effectuaient des distributions directes qui, selon les études, étaient ponctuées de problèmes tels que les retards des distributions, le faible pouvoir de germination des semences, et leur inadaptation. « Dans de telles distributions, les semences sont choisies en lieu et place des agriculteurs et les coûts associés sont très élevés. Les bénéficiaires ne sont pas impliqués dans l’approbation des semences et n’ont pas la liberté de choisir les semences qu’ils veulent. Les semences ne sont pas diversifiées et sont de provenance inconnue. Leurs coûts sont élevés et elles n’ont pas tellement d’impact sur l’économie locale », a souligné Mme Nduwimana.  

 Parmi les avantages des foires, à part la mise la disposition des intrants après passage d’une catastrophe et épuisement des stocks, les foires permettent aux agriculteurs de trouver des semences dans le voisinage auprès des commerçants, des organisations de producteurs des ONGs ou des ménages ayant eu la chance de les avoir. « La logique est qu’elles constituent un marché spécial permettant à ceux qui ont des semences de les vendre à ceux qui n’en ont pas. Ceux qui n’ont pas de semences et qui sont considérés comme extrêmement vulnérables et pauvres, obtiennent des coupons tenant lieu d’argent local pour entrer au marché et acheter les semences ainsi que d’autres intrants dont ils ont besoin », a souligné Mme Nduwimana.

 Grâce aux coupons reçus, les acheteurs ont la liberté de choix des semences. Il y a dans les foires une gamme élargie de choix. Les semences proviennent du même milieu que le bénéficiaire.

 Soulignons que les foires aux semences sont organisées dans les villages/zones où est passé le désastre. Elles se trouvent tout près des bénéficiaires dans un endroit propre, d’accès et de départ facile notamment dans les terrains scolaires, de football et les places habituelles de marché. Il est préférable qu’il y ait des infrastructures de base telles que l’eau potable, les latrines et les abris en cas de pluie. Ces espaces sont aménagés à cet effet. Les foires se déroulent en trois étapes : planification, exécution et suivi et évaluation.