Portail de la FAO pour le renforcement des capacités
Bonnes Pratiques
 

Gestion et conservation des pêches et de l’aquaculture

  1. Réduction de l’incidence de la pêche des crevettes au chalut sur l’environnement en zone tropicale
  2. Transformation des produits après récolte: le four Chorkor
  3. Promotion de l’approche écosystémique à la pêche
  4. FishCode : Des partenariats mondiaux pour une pêche responsable
  5. Promotion du microcrédit dans les communautés de pêcheurs
  6. Programme pour des moyens d’existence durables dans la pêche


Établir et utiliser des programmes de micro-finance pour aider les communautés de pêcheurs vulnérables et défavorisées

Quel problème est abordé, et où?

Au cours des deux dernières décennies, l’importance de la micro-finance en tant qu’outil déterminant pour réduire la pauvreté s’est imposée. Une stratégie générale de micro-finance comporte la promotion de moyens d’existence durables en milieu rural et d’un accès plus équitable aux ressources, en particulier pour les groupes vulnérables et défavorisés, tels que les ménages de petits pêcheurs et pisciculteurs. Les programmes de micro-finance sont considérés comme un moyen pour ces communautés de pouvoir accéder à des services de crédit indispensables et appropriés.

Les objectifs de développement de la micro-finance pour les communautés de pêcheurs pauvres consistent à permettre aux familles de pêcheurs d’augmenter leurs revenus, de régulariser la consommation, de créer des micro-entreprises, de mieux gérer les risques et de renforcer les capacités de chacun de gagner sa vie, réduisant ainsi la vulnérabilité économique et sociale. Du fait que les femmes représentent un pourcentage important des familles de pêcheurs pauvres, la micro-finance devrait aussi les aider à devenir plus autonomes.

Les programmes de micro-finance aident à résoudre les problèmes particuliers auxquels sont confrontées les communautés de pêcheurs:

  • Les communautés de pêcheurs engagent des capitaux peu importants, produisent peu et ont un pouvoir de négociation limité. Cela les rend vulnérables aux menaces extérieures, en particulier la pêche industrielle.
  • Les communautés de pêcheurs sont dispersées le long des côtes et, du fait qu’elles dépendent principalement des écosystèmes marins à proximité, elles sont particulièrement sensibles à l’épuisement des ressources.
  • La nature des écosystèmes et les espèces particulières qui sont exploitées déterminent en grande partie de nombreuses caractéristiques culturelles, y compris l’organisation sociale et économique, les engins de pêche et les technologies halieutiques qui sont utilisés.
  • Les diverses activités de pêche exercées par les petits pêcheurs seront une partie indissociable du tissu culturel des communautés.
  • Il y a une division systématique du travail en fonction du sexe et de l’âge, avec les attentes correspondantes quant au rôle des hommes, des femmes, des enfants, des adultes et des personnes âgées.
  • Dans la plupart des communautés, les producteurs primaires sont les hommes, tandis que les femmes sont censées jouer un double rôle: comme soutien principal du ménage et des enfants et comme soutien principal des systèmes de transformation, de commercialisation et de distribution du poisson.
  • L’accès au crédit et aux assurances pose des problèmes dans la plupart des communautés de petits pêcheurs et limite l’effort de pêche et la production de poisson.
  • Les communautés de petits pêcheurs actuelles subissent de plus en plus les effets de problèmes extérieurs, y compris la mondialisation croissante, la pollution marine et, dans certaines régions, le développement de l’industrie du tourisme côtier.

Les programmes de micro-finance assistés par la FAO se sont révélés utiles dans les communautés de pêcheurs au Viet Nam, aux Philippines, en Inde et dans les pays d’Afrique occidentale; des études de cas s’y référant sont disponibles.

Comment?

L’élaboration par la FAO de conseils de gestion pour les programmes de fonds de prêts renouvelables et de crédit en faveur des communautés de pêcheurs fournit des principes et des considérations de base sur les services de micro-financement aux pêches et à l’aquaculture. Des modèles, méthodologies et politiques de prêt sont élaborés qui sont applicables aux pêches tout en étant conformes aux meilleures pratiques dans le domaine de la micro-finance.

Deux études de cas de projets exécutés par la FAO incorporant des programmes de micro-finance pour le développement des communautés côtières de pêcheurs aux Philippines et pour le développement de l’aquaculture à petite échelle au Viet Nam fournissent des exemples de la manière dont la micro-finance peut contribuer à rendre les femmes autonomes dans les communautés de pêcheurs et de pisciculteurs, aider à atténuer la pauvreté et contribuer au bien-être socio-économique et à la sécurité alimentaire des pêcheurs et des pisciculteurs.

Le Rapport de l’Atelier national sur les meilleures pratiques dans les programmes de micro-finance visant les femmes des communautés de pêcheurs côtiers à Panaji, Goa, Inde a mis en lumière les aspects positifs des projets de micro-finance en ce qui concerne les politiques et initiatives gouvernementales, la recherche, le développement technologique, des services de soutien appropriés et d’autres aides et interventions financières pour le secteur des pêches.

Et maintenant où?

Les programmes de micro-finance peuvent être adaptés à toutes les communautés de pêcheurs, en particulier là où la réduction de la pauvreté est déjà intégrée dans les stratégies nationales.

Contactez notre équipe