Portail de la FAO pour le renforcement des capacités
 

Capitaliser et partager les savoirs en matière de sécurité alimentaire
et d’autonomisation des populations rurales

Pourquoi la gestion des connaissances et le genre?

Pourquoi la gestion des connaissances?

Parce que nous avons besoin d’une véritable stratégie pour capitaliser les acquis et éviter de perdre ce qui a été appris. Le défi de ce Programme est de démontrer qu’il y a plus à gagner en partageant ce que l’on sait. Ce partage permet de délivrer la bonne information et conduire à la bonne action en influant dans le bon sens sur son environnement.

Une stratégie de gestion des connaissances efficace passe par plusieurs étapes:

  1. Acquérir les savoirs afin de documenter les expériences, les traduire en plusieurs langues, et les vulgariser.
  2. Mettre en place un système de gestion de tout ce contenu, pouvoir archiver, et retrouver facilement ce que l’on recherche.
  3. Partager et diffuser les savoirs selon les différents modes de communication.
  4. Appliquer ce qui aura été échangé en obtenant un changement.

Pourquoi le genre?

La recherche de l’égalité hommes-femmes est indispensable pour traiter, dans une perspective de durabilité, certaines des questions essentielles du développement dont celles de l’insécurité alimentaire et de la pauvreté. L’égalité des sexes est donc primordiale pour l’accomplissement du mandat de la FAO pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition, améliorer les conditions de vie, accroître la productivité agricole et assurer l’accès égal des populations rurales - femmes, hommes, jeunes - aux ressources, aux biens, aux services et à la prise de décision.

Le Rapport sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture (SOFA 2010-2011) attire l’attention sur la contribution fondamentale des femmes au secteur agricole dans de nombreux pays en développement. Il insiste sur la nécessité de permettre aux femmes rurales d’avoir accès aux mêmes ressources et opportunités que les hommes pour produire mieux et davantage. Mieux produire signifie aussi avoir accès à l’information, à l’éducation, la prise de décision pour pouvoir agir. Voir aussi la animation de la FAO: Combler le fossé entre les hommes et les femmes dans l'agriculture.

Il est important de clarifier les concepts lorsque l’on parle du genre. Les termes « sexe » et « genre » ne sont ni synonymes ni interchangeables. Le terme sexe est un concept biologique alors que le terme « genre » est un concept sociologique en mouvement permanent. Genre ne signifie pas « femmes » et n’exclut pas les hommes.

Le tableau suivant souligne ces différences :

« Sexe ou genre »

Sexe

Genre

Concept biologique
Caractéristiques biologiques (sexe biologique).

Concept sociologique
Caractéristiques et interactions des rôles et responsabilités attribués aux femmes et aux hommes (sexe social).

Caractère inné
Défini à la naissance (naturel).

Caractère acquis
Inculqué socialement (non naturel).

Portée universelle
Dans le monde entier, on est homme ou on est femme.

Portée spécifique
Influencé par le lieu, l’époque, la culture, la religion, la classe sociale, le groupe ethnique, etc.

Nature définitive
Généralement immuable au cours du temps.

Nature dynamique et évolutive
Soumis aux dynamiques sociales, évolutions économiques, modifications politiques, changements environnementaux, etc.

Illustration

Sauf cas exceptionnel, la femme possède une paire de chromosomes sexuels XX et l’homme une paire de chromosomes sexuels XY.

Hommes et femmes peuvent diriger un gouvernement, piloter un avion, s’occuper des personnes âgées, être garde du corps, etc. Les obstacles ne sont ni physiques ni biologiques ; ils sont le produit de la société.

FAO-Dimitra, 2011. Communiquer le genre pour le développement rural. Intégrer le genre dans la communication pour le développement

Le genre est un concept sociologique et une approche de développement, c’est aussi une stratégie opérationnelle et une méthode d’analyse. Le genre est aussi une approche: l’approche « Genre et développement » (GED), qu’il ne faut pas confondre avec l’approche « Intégration des femmes dans le développement » (IFD). L’une ne remplace pas l’autre.

Genre et développement s’inscrit davantage dans une dynamique de prise de conscience des préjugés et des discriminations afin de les combattre ; elle cherche à agir sur les inégalités et questionne le fonctionnement des institutions et les modèles de développement.

L’ Intégration des femmes dans le développement cherche surtout à améliorer les conditions de vie des femmes, reconnaissant celles-ci dans leurs rôles productifs e reproductifs.

Deux approches de développement: IFD et GED

IFD (Intégration des femmes au développement)

GED (Genre et développement)

L’approche

• « Le problème, c’est les femmes ! »

• Considère ensemble et interactivement hommes et femmes 

Le centre d’intérêt

• Les femmes

• Les rapports et les relations hommes-femmes

La question à traiter

• L’exclusion des femmes du processus de développement

• Les relations de pouvoir inégales qui empêchent et freinent la participation des femmes au développement

La finalité

• Un développement plus efficient, plus efficace

• Un développement efficace, égalitaire, équitable et durable

L’objectif

• Intégrer les femmes au processus de développement économique existant

• Accroître le pouvoir des plus démunis, dont les femmes

Les stratégies

• Projets pour femmes
• Volets femmes
• Accroître la productivité des femmes
• Accroître le revenu des femmes
• Accroître la capacité des femmes à effectuer les tâches liées à leur rôle

• Identification participative et prise en compte :
- des besoins pratiques des femmes et les hommes en vue de l’amélioration de leur condition
- des intérêts stratégiques des uns et des autres en vue de l’évolution de leur situation  

FAO-Dimitra, 2011. Communiquer le genre pour le développement rural. Intégrer le genre dans la communication pour le développement