FAO.org

Accueil > Mécanisme multidonateurs flexible > Exemples de réussite > Story-7
Mécanisme multidonateurs flexible

Dimitra: Réduire la pauvreté rurale grâce à une mobilisation communautaire participative

PRINCIPAUX RÉSULTATS

  • Les 1 900 clubs Dimitra existants, forts de leurs 57 000 membres, transforment leur environnement, ce qui a un retentissement positif sur plus de 1,5 million de personnes.
  • Les compétences de direction de 38 000 femmes et jeunes filles ont été améliorées.
  • En République démocratique du Congo, 133 clubs Dimitra comptant près de 4 000 membres ont été créés dans 100 villages pauvres et isolés, dans le cadre d’un projet mixte FAO-UNICEF financé par l’Union européenne.
  • Des champs communaux ont été mis en place par 30 pour cent des clubs.
  • En 2018, 1 500 nouveaux clubs Dimitra devraient voir le jour.

Le projet Dimitra de la FAO fonctionne en Afrique depuis plus de 20 ans. Il est devenu un label de qualité pour ce qui est d’améliorer l’égalité des sexes et la visibilité des femmes en tant que productrices agricoles et actrices du changement. Les clubs Dimitra, conçus au cours des 10 dernières années, constituent une approche distinctive qui unit les femmes, les hommes et les jeunes dans une action collective destinée à améliorer la vie de chacun.

Fin 2017, on estimait que 57 000 personnes, dont deux tiers de femmes, participaient à 1 900 clubs et se retrouvaient régulièrement pour réfléchir à des solutions face aux défis à relever, ce qui avait un retentissement positif sur 1,5 million de personnes bénéficiant des activités du club.

Dans la province de la Tshopo (nord-est de la République démocratique du Congo), par exemple, le grand chef traditionnel de Kombe constate les effets positifs que les clubs ont eus sur la parité hommes-femmes et la place des femmes dans la prise de décision.

«Les jeunes participent aux clubs et les femmes sont investies dans la prise de décision. Les femmes sont désormais motivées à l’idée de se présenter aux élections locales, ce qui montre que leurs compétences de direction se sont renforcées, a-t-il expliqué. S’agissant des tâches liées au foyer, la division du travail commence à évoluer... Les hommes commencent à jouer un plus grand rôle, ce qui allège la liste des corvées quotidiennes dévolues aux femmes.»

Beaucoup de personnes interrogées ont signalé que la violence sexiste s’en était également trouvée diminuée.

«Maintenant, les coups ou les insultes sont rares dans le village», a confirmé une sage-femme de Kwadarawa, au Niger.

«Par ailleurs, les femmes sont plus présentes dans les activités commerciales que les hommes; elles consacrent tout leur temps à des activités rémunératrices.»

Des évolutions similaires s’opèrent actuellement dans toute l’Afrique, ce qui aide les populations à amorcer de nouvelles dynamiques sociales qui les rendent plus résilientes face au changement climatique et à l’insécurité alimentaire.

À Saré Boubou (Sénégal), par exemple, les membres du club se sont penchés sur les techniques d’agriculture intelligente face au climat et ont pris des mesures de protection des sols. Au total, 30 pour cent des clubs ont mis en place des champs communaux, dont la production est consommée ou vendue sur les marchés locaux.

Des changements positifs se profilent également dans d’autres domaines, comme les infrastructures, l’éducation, la santé et la réduction des pratiques culturelles dangereuses comme le mariage des enfants.

«Chaque femme peut désormais s’exprimer, nous pouvons le faire, et le reste du village nous écoute et tient compte de nos propositions et de nos idées, a déclaré Rougui Ba, jeune dirigeante d’un club Dimitra au Sénégal. C’est formidable de pouvoir participer aux décisions et aux actions de la collectivité.» said Rougui Ba, a young Dimitra Club leader in Senegal. “It’s great to be able to take part in community decisions and actions.” Les clubs devraient se multiplier en 2018 car d’autres organisations et donateurs ont choisi l’approche Dimitra comme outil d’autonomisation et de mobilisation communautaire. Au moins 1 200 nouveaux clubs devraient voir le jour en 2018.